En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Zirem youcef

Zirem youcef

Ses blogs

L'Homme qui n'avait rien compris

L'Homme qui n'avait rien compris

pensées dispersées sur le temps qui passe...
Zirem youcef Zirem youcef
Articles : 411
Depuis : 09/03/2015

Articles à découvrir

Un appel...

Un appel...

Aux dirigeants de ce pays Ce 10 Décembre à Bgayet, journée mondiale des droits de l’Homme, nous avons participé et soutenu la marche des libertés pour la libération de Merzouk Touati. Nous étions des milliers à brader l’interdit dans la fierté et la dignité en criant haut et fort contre l’injustice dont il a été victime. Nous avon
Le retour de la pensée unique...

Le retour de la pensée unique...

La langue kabyle est l'une des langues amazighes ; c'est la langue qui a porté, pour la première fois, la contestation et la résistance face à la dictature et l'aliénation...Les régimes politiques d'Afrique du Nord, largement autoritaires, sont en retard...Vouloir imposer une seule langue amazighe est une erreur, c'est juste le retour de la p
Convictions profondes...

Convictions profondes...

Lounès Matoub restera dans la mémoire amazighe comme le poète que personne n'a pu corrompre, celui qui n'a jamais dévié de ses convictions profondes, celui qui a été toujours à l'écoute des plus faibles...
Traversées...

Traversées...

Comme le vent, tu vas d'une terre à une autre ; toutes les terres connaissent ceux qui les ont traversées, elles ne se plaignent pas...Comme le vent, tu te souviens du temps ancien, celui où tout paraissait possible...Comme le vent, comme la terre, tu ne te plains pas ; tu sais que tu entreprends un long voyage dont personne ne peut connaître l
Fulgurances...

Fulgurances...

" Je viens de le terminer. Il est d'autant plus beau que c'est un fait réel ignoré de beaucoup; et comme d'habitude plein "de fulgurances" comme seul Youssef Zirem sait les faire." L'existence humaine est bien étrange: parfois,il suffit d'une simple phrase pour que la lumière vienne inonder le coeur d'une femme ou d'un homme et dans ce cas là,
Dans nos mémoires, Tuviret est éternelle...

Dans nos mémoires, Tuviret est éternelle...

C'est l'une des plus belles cités au monde ; elle est au pied d'un massif montagneux impressionnant, Jerjer...C'est une cité-carrefour, une cité généreuse et hospitalière...Je me vois déambuler dans ses rues, je me revois courir m'installer dans un fauteuil dans ses cinémas...Je me revois, avec mes amis, y contester l'ordre établi d'un pou
Tagrawla...

Tagrawla...

Le groupe Tagrawla se produit à Alger au stade du 5 juillet en 1986...( Merci à Lounès Tagrawla pour la photo ) C'était l'époque bénie de la belle et rebelle chanson kabyle des groupes...Imazighen Imula, Isulas, Igudar, Inaslyen, Yugurten, Inemlayen, Abranis, Ideflawen, Afus, Tagrawla et tant d'autres...Des années 70 jusqu'aux années 1990,
Les étoiles se souviennent de tout ...

Les étoiles se souviennent de tout ...

(... ) Deux tableaux de peinture étaient accrochés aux murs de la salle de réception; deux copies de deux œuvres du même peintre, Edvard Munch. Le premier tableau s'appelait le Cri, peint en 1893; sur le point de se coucher, le soleil donnait une couleur rouge au fond de la mer tandis qu'un homme criait son malaise. Le peintre norvégien n'ava
La beauté de la démarche...

La beauté de la démarche...

Nous avons du coeur, nous avons l'Histoire, nous avons la conviction, nous avons la beauté de la démarche, nous avons les valeurs ancestrales, nous avons la nostalgie d'un futur meilleur...Oui, nous sommes peu, comme nous avons toujours été dans cette belle quête...Mais il faut regarder cet énorme éveil à travers toute l'Afrique du Nord, ce
Scribouillard...

Scribouillard...

Toi le petit et pauvre scribouillard de la nuit, tu es toujours dans l'excès, quand tu donnes ton coeur, tu offres aussi tout ce que tu as, tu ne connais aucune retenue; tu n'as qu'une seule croyance: l'amour...