En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Alexandre Anizy

Ses blogs

Alexandre Anizy

Alexandre Anizy

Ecrivain - Membre des Economistes Atterrés. Commentaires sur l'économie, la littérature et la politique.
Alexandre Anizy Alexandre Anizy
Articles : 1411
Depuis : 31/03/2007
Categorie : Politique

Articles à découvrir

A l'hôtel Franz Bartelt

L'aubergiste ardennais invite les curieux à une dégustation littéraire : qui refuserait quelques moments de bonheur ? Franz Bartelt vient de commettre un nouveau polar : Hôtel du grand cerf (Seuil, mai 2017, en livrel). Il embarque ses clients dans une histoire tarabiscotée, avec rebondissements inattendus, fausses pistes maîtrisées, désarr

Mostarghia de Maya Ombasic

Inexorablement, la diaspora yougoslave émet des répliques littéraires de l'explosion balkanique, qui nous rappellent l'horreur de la guerre civile aux portes de l'Europe, comme disaient les planqués de Bruxelles. Maya Ombasic y met aussi beaucoup de talent dans son Mostarghia. Laissons-lui la parole, même si sa mémoire est parfois défaillant

Dans la caverne d'Alikavazovic

Pas grand-chose dans la caverne d'Ali kava (zovic). Nous attendions beaucoup de Jakuta Alikavazovic depuis 2010 (1) alors, après avoir lu L'avancée de la nuit (éditions de l'Olivier, août 2017, en livrel), la déception est à la hauteur de l'attente. Il semble qu'elle ait trouvé son style : tricotage laborieux autour de personnages fantomatiq

Comme Zéno Bianu commençons à être

Dans Rituel d'amplification du monde, Zéno Bianu se projette. Je commencerai par être un maquisard de l'esprit un étoilement de précipices pour saluer sans fin les grands isolés une secousse de moelle à mourir de fou rire un accomplisseur secret préférant le coup de sang au coup de dés un infini départ je commencerai par être repassionn

Un haïku de Zéno Bianu

Le premier des Sept haïkus pour lâcher prise. C'est mon lac intérieur ― dans l'ombre rôde un tigre noir ( Kaneko Tôta ) Dire creuser son immensité danser jusqu'au bout avec son poids de naufrage être le félin de sa propre disparition ( Zéno Bianu )

La juste place de Michel Monnereau

Chacun doit se faire une raison, et le faire tôt rend les choses plus faciles : trouver sa juste place, dont parle Michel Monnereau. Sa juste place Quittant l'adolescence hautaine et ses impatiences, Rimbaud à la petite semelle, on s'est jeté dans la vie et ses revers liftés. Dans la myopie de l'instant, on a pris les raccourcis sans issue et l

Bel-Ami Macron Premier des Pingouins

Lire le monde avec les yeux d'Anatole France et du philosophe Alain. Le 14 octobre 1908, le désabusé Anatole France publiait L'île des Pingouins chez Calmann-Lévy, et trois ans plus tard dans Les Dieux ont soif, l'écrivain socialiste déniaisé révélait son désenchantement. « Comme tous les vrais aristocrates, comme les patriciens de la Ro

La plaie de Patrick Pécherot

A trop plonger dans l'Histoire, Patrick Pécherot noie le lecteur dans une fosse Commune. Quelle plaie ouverte (Folio policier, en livrel) que celle commise par Pécherot en nous embarquant dans un embrouillamini architectonique en guise de suspense se résolvant par une confusion mentale ! Alexandre Anizy

Tous avec Bernie Sanders !

Si un Américain pose des bonnes bases, il ne faut pas désespérer, n'est-ce pas ? Quelles sont ces bases ? « La crise majeure que traverse notre nation ne tient pas seulement aux problèmes objectifs auxquels nous sommes confrontés ― une économie truquée, un système financier corrompu, une justice pénale sinistrée, plus l'extraordinaire

Enrique Vila mi ha Matas (do)

Enrique Vila Matas ? 95 fois sur 100, on s'emmerde en le lisant. Nous admettons sans problème que cet auteur espagnol est un homme de génie, un romancier immortel, mais qu'on aille chercher du plaisir dans Mac et son contretemps (Christian Bourgois éditeur, 2017, en livrel), là où il n'y a que brio architectonique, plume acérée et culture en