En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

la freniere

la freniere

Bibliographie: L'Autre Versant, Chemin de plume, Nice Parce que, Chemin de plume, Nice Manquablement, Chemin de plume, Nice, Un feu me hante, Art Le Sabord, Trois-Rivières, 2010 La langue est mon pays, Éditions Trois-Pistoles, Trois-Pistole

Ses blogs

LaFreniere&poesie

LaFreniere&poesie

les mots de la vie
la freniere la freniere
Articles : 7178
Depuis : 23/12/2005

Articles à découvrir

La langue du coeur

P as besoin de bateau pour être ababouiné. Il suffit que l'homme manque d'amour comme la voile de vent. André Forcier a voulu intitulé l'un de ses films Ababouiné, mais le distributeur n'a pas voulu. Il se nomme Le vent du Wyoming, mais personne ne sait qu'il n'y a presque jamais de vent au Wyoming. Les gros minous de poussière n'y volent pas
Speak white

Speak white

Un Film de l'ONF de Pierre Falardeau & Julien Poulin D'après le poème ''Speak White'' de Michèle Lalonde Dit par Marie Eykel, Le film dénonce le colonialisme et l'impérialisme.
L'écrivain Jim Harrison est mort

L'écrivain Jim Harrison est mort

On le surnommait « Big Jim ». On le qualifiait de « Gargantua yankee ». C’est que l’auteur américain se doublait d’un épicurien. Jim Harrison s’est éteint à l’âge de 78 ans, samedi 26 mars, à la suite d’une crise cardiaque qui l’a fauché chez lui dans l’Arizona, laissant derrière lui une œuvre considérable : quatorze r
Ile Eniger

Ile Eniger

Au mois d'avril paraît, aux Editions Chemins de Plume, un livre regroupant des extraits de ses 5 livres publiés entre 2000 et 2004 aux Editions Cosmophonies Internationales : La parole gelée - Les terres rouges - Une pile de livres sous un réverbère - Du feu dans les herbes - Celle qui passe -, sous le titre : "Textes poétiques 2000-2004". Vo

Dans le secret des lieux communs

I l faut bien vivre en attendant la fin du monde. Savoir qui je suis, je n'écrirais plus rien. Le mouvement des feuilles donne une forme à l'air. Les nuages dialoguent avec la lumière. On ne croit pas vraiment aux fantômes, mais ils bougent parfois avec les anges et les démons, les os qui craquent , les ailes qui nous frôlent. Les regards son

Éloge du fou

Il existe sur cette terre un peuple dont on ne parle jamais mais ils se reconnaissent entre eux ; ils s’aiment ou se haïssent mais surtout, sans cesse, ils se renvoient la même question, la seule à leurs yeux qui mérite d’être posée. Ils cherchent, cherchent sans répit, sinon quelques plages de mensonges et certaines formes d’oubli.Cet

Ne me dites pas

... N'est-ce pas ce qui importecette vie des mots d'avant et d'après l'amour? Ne me dites rien je sais déjào mes amis férus de printempsun certain matin nous serons si petitsque le monde ne nous retrouvera plus et nous débarquerons d'un sillage nocturneavec une cargaison de poèmes pour recréer le monde.... André Chenet extrait d'un poème e

Besoin d'amour

Le vieux avait coutume d'abandonner son verre à demi plein sur le seuil du jardin. Jamais très longtemps, juste ce qu`'il faut pour cueillir des doryphores et attacher les scaroles. Il savait y découvrir au retour quelques mouches et devoir, d'un geste digne et bref, jeter la mixture aux chats endormis. Mais rien n'aurait su le dissuader de pose