En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

la freniere

la freniere

Bibliographie: L'Autre Versant, Chemin de plume, Nice Parce que, Chemin de plume, Nice Manquablement, Chemin de plume, Nice, Un feu me hante, Art Le Sabord, Trois-Rivières, 2010 La langue est mon pays, Éditions Trois-Pistoles, Trois-Pistole

Ses blogs

LaFreniere&poesie

LaFreniere&poesie

les mots de la vie
la freniere la freniere
Articles : 7280
Depuis : 23/12/2005

Articles à découvrir

Petit mot à mes amis, après une longue absence

Amis, le vent mauvais m'a bousculé, comme il a bousculé les miens et comme en ce moment il bouscule aussi bon nombre de mes amis.Quinze jours près les mois lents et très pénibles qui ont précédé le départ de ma mère, Léo mon chat a été agressé par un sans doute dément et j'ai dû devenir à plein temps et plus de deux mois durant, l'

Tant qu'il y aura des hommes

Tant qu'il y aura de l'argent, il y aura des pauvres et des riches. Tant qu'il y aura des dieux, il y aura des athées mis à nu et des croyants armés. Tant qu'il y aura des banques, il y aura des imbéciles heureux pour croire aux promesses d'élection. Tant qu'il y a des hommes, il y a de l'hommerie et des vendeurs de chars. Tant qu'il y a des h

Pourtant

Ici se décourage, ou quelque chose comme ça. L'inconséquence de l'espèce, ses papiers gras, ses souillures, ses mensonges, ses illusions, ses cacophonies, ses hue et à dia, épuisent. Dans les arbres souffreteux, des oiseaux claquent du bec, ils survivent. Sur les branches noires du peu, la saison triste est un mouroir. Une mauvaiseté infléc

Quand je mourrai

Quand je mourrai ne le dites à personne je ne veux pas de leurs mains jaunes et de leur voiture noire vous me mettrez debout les bras sur vos épaules et vous me conduirez tout au bord de la mer où le sable est si fin et j'attendrai la marée haute si vous ne pouvez pas montez-moi en Cévennes et puis couchez-moi seul au milieu des genêts la tê

Je cours avec mes mains nues

J’ai l’intention de toucher à la larme des fleurs, à l’épaisseur du moindre souffle empoté comme une confiture de muguet. Certains creusent, d’autres amassent la terre du trou. La terre, notre terre est à chacun. Je glisse sur le dos du monde et mon corps avance tout seul. L’enfance que je n’ai pas eue se cache dans le foulard de s
Petite complainte du marais

Petite complainte du marais

Uploaded by Jacques Desmarais on 2017-06-20. Improvisation avec Wawa & Goulevent. Enregistrement, harmonica et photo: Jacques Desmarais Béthanie, 19 juin 2017.

Ma tête de mort

C hacun porte mille routes. Tous ceux qui prennent le même chemin finissent dans un embouteillage. On demande des papiers à la porte du ciel, des talons de paie, des visas, des diplômes. À quoi bon garder la porte ouverte si le cœur est fermé. Le paraître cherche à cacher le vide. Chez les plus démunis, le rêve ne dépasse guère la peau

Fête des Pères

Père, tu ne disais rien ces temps où tu étais seul et malheureux. Je faisais comme si je n'entendais pas que tu ne disais rien. Nous étions nourris de ciel muet. Et que pouvait le ciel sur cette terre aride où l'épilet sauvage piquait et séchait au talus poussiéreux ? Que pouvait le ciel quand le mufle des vents malmenait des feuilles amonc