En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

guidecultureldeliran

Ses blogs

Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg

Le blog du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg

Articles, documents, images, liens et bibliographies sur la culture iranienne et informations autour et au-delà du Guide culturel de l'Iran de Patrick Ringgenberg
guidecultureldeliran guidecultureldeliran
Articles : 56
Depuis : 12/03/2011
Categorie : Mode, Art & Design

Articles à découvrir

Le mihrab d'Uldjâitu (1310)

Le mihrab d'Uldjâitu (1310)

Le mihrab dit d’Uldjâitu fut créé en 1310. Sculpté dans le plâtre, autrefois peint, il est l’un des plus beaux mihrabs de ce type, d’une virtuosité technique et d’un raffinement esthétique remarquable. Il se trouve aujourd’hui dans une salle de la mosquée du Vendredi d’Ispahan, située à côté de l’iwan ouest. Photographies
Qom : le sanctuaire de Fâtemeh al-Ma'sumeh

Qom : le sanctuaire de Fâtemeh al-Ma'sumeh

Après Mashhad, qui accueille la tombe du VIIIe Imam Rezâ, Qom est la deuxième ville sainte d'Iran. Elle accueille le mausolée de Fâtemeh al-Ma'sumeh, soeur de l'Imam Rezâ, qui mourut dans la ville en 816. Comme à Mashhad, le tombeau de Fâtemeh devint un lieu de pèlerinage à l'importance croissante, et la ville de Qom est aujourd'hui une c
Collections d'art iranien sur Internet

Collections d'art iranien sur Internet

Le tapis d'Ardabil, Iran, 1839-40. Victoria and Albert Museum, Londres. Trois musées offrent sur leur site une documentation exceptionnelle sur l'art iranien. À travers la fonction "Search the collections", il est possible d'accéder à la majeure partie des pièces, exposées ou non. Chaque objet est généralement illustré d'une ou de plusieur
La calligraphie : art et spiritualité

La calligraphie : art et spiritualité

Le texte ci-dessous est une préface, écrite en 2012 pour un ouvrage d'un calligraphe contemporain, Seyyed Vahid Jazayeri, à paraître prochainement à Téhéran, en version anglaise et persane. Coran en écriture kufi, attribué (légendairement) à l'Imam Ali. Musée des Corans d'Âstân-e Qods-e Razavi, Mashhad. PREFACE Le livre de Seyyed Vahi
Culture persane - En guise de prélude

Culture persane - En guise de prélude

Ce blog est en train de déménager sur D'un Orient l'autre Guide culturel de l'Iran - parution de la 3e édition Configure Le Guide culutrel de l'Iran, 3e édition (2015), est à présent disponible sur Amazon.fr La 3e édition du Guide culturel de l’Iran a paru à Téhéran. En Iran même, il est largement disponible dans les lieux touristiques
Les peintures "à l'européenne" du Palais du Golestân de Téhéran

Les peintures "à l'européenne" du Palais du Golestân de Téhéran

À l’époque qâdjâre (1779-1925), le décor architectural fut beaucoup influencé par la peinture européenne, par ses thèmes comme par son esthétique. Dans l’un des édifices du palais du Golestân à Téhéran, l’Emârat-e Bâdgir (XIXe siècle), des paysages, des monuments, des nus et des natures mortes, peints dans un style occidental
Les peintures du palais de Chehel Sotun (Ispahan, XVIIe siècle)

Les peintures du palais de Chehel Sotun (Ispahan, XVIIe siècle)

Construit au XVIIe siècle, le palais de Chehel Sotun (« Quarante colonnes ») est l’un des rares palais qui subsistent de l’Ispahan des Safavides. Entouré d’un jardin, dominant un long bassin, ce palais comprend un grand portique, au toit et aux colonnes de bois, plusieurs petites salles et une grande salle voûtée réservée aux récepti
Le mausolée de Ferdowsi à Tus

Le mausolée de Ferdowsi à Tus

A environ vingt kilomètre de Mashhad, le mausolée du poète Ferdowi à Tus est l’un des lieux de visite favoris des Iraniens de passage à Mashhad. Au XIXe siècle, pourtant, la tombe du poète fut peu à peu oubliée et l’édicule qui la marquait, dans les ruines de l’ancienne cité de Tus, disparut. Le voyageur anglais James Baillie Frase