En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Carole

Ses blogs

Chemin des jours
Articles : 1110
Depuis : 15/12/2011

Articles à découvrir

Tante Yvette

Ma tante Yvette... on était fier d'elle, dans la famille... Parce que c'était vraiment quelqu'un, tante Yvette. Une Parisienne. Et pas n'importe laquelle. Une dame. Une vraie. Il n'y avait personne comme ma tante Yvette. Elle était si jolie, si bien habillée... et puis c'était incroyable, ce monde qu'elle connaissait... On pouvait même dire s
La mare

La mare

Il faisait si froid ces jours-ci. Chaque matin et chaque soir, moi qui me hâtais de foncer quelque part, je passais devant eux qui n'allaient nulle part, je courais devant eux qui attendaient toujours, posés sur la glace de la mare, communiant immobiles dans la même patience. Qu'attendaient-ils, ainsi groupés ? Que l'eau dégèle, libérant les

L'aile du printemps

Pour ce printemps errant qui pose à la fenêtre comme une aile de papillon ses yeux de soie et d'encre où tremble la lumière sur le pinceau des ombres, un haiku de Bashoo, que je viens de m'essayer à traduire : 白 芥 子 に 羽 も ぐ 蝶 の 形 見 か な shirageshi ni hane mogu tefu no katamikana piquée sur le coquelicot blanc l'aile d
Quijada de burro

Quijada de burro

Description A la Folle Journée, j'avais découvert, en écoutant les Tembembe, invités dans la Grande Halle, un étrange instrument de percussion : une mâchoire d'os crépitante qui mêlait son rire jaune aux doux accents du théorbe et de la guitare. Bien sûr, m'a expliqué tout à l'heure le chanteur mexicain : c'est une mâchoire d'âne. Una
Rien sans peine

Rien sans peine

L'inscription ornait un de ces pavillons de petite banlieue que les métropoles d'aujourd'hui promettent à la démolition. Rien sans peine... Les lettres de fer semblaient trembler de rouille, de froid et de vieillesse. Comme ceux qui vivaient encore là. C'était le temps où les maisons de banlieue parlaient, où elle racontaient de modestes his
Le piano sur le toit

Le piano sur le toit

Folle Journée de Nantes - L'auditorium à la fenêtre Depuis la Folle Journée de Nantes je vous envoie un piano sur le toit quelques notes d'étoiles et ces pas de polka un peu fous un peu ivres comme un éclat de rire du grand Shostakovitch. https://www.youtube.com/watch?v=BLHBKOX8uWk
Pierres tassées

Pierres tassées

C'était un de ces tas de pierres qui tiennent lieu de murets, dans nos banlieues rapidement poussées. Juste un de ces gabions de pierres irrégulières, aiguisées à la pioche ou à la dynamite, avant d'être jetées en vrac et brutalement encagées. Il aurait très bien pu s'écrouler, écraser les passants en renversant sur le trottoir sa carg
A la peinture dorée

A la peinture dorée

Ce n'étaient que des feuilles de lierre sur un mur de banlieue. Mais un passant généreux avait jeté sur elles un peu de peinture d'or, et elles se frottaient au soleil du trottoir, luisantes comme des louis. Je me suis souvenue de cette histoire bizarre, de pinceaux d'or et de flacon magique, que Delahaye raconte dans ses souvenirs sur Verlaine
Gilles (réédition)

Gilles (réédition)

Jardin - quartier de la Balinière - Rezé "Qui est né à Nantes comme tout le monde ? Qui est né à Nantes ?" (Louis Aragon) A Rezé, où est né Benjamin Péret, qui venait de Nantes comme tout le monde, on peut très bien vivre dehors, en hiver.On peut très bien mourir aussi. Comme Gilles, qu'on a déjà oublié et dont je voudrais raconter l

Le banc - Petite fantaisie de Saint-Valentin

—Excusez-moi, madame, je vois que vous êtes installée sur ce banc... —En effet, monsieur. —Cela vous dérangerait-il si je m'y installais aussi ? —Je vous en prie, monsieur, je vais me pousser un peu... —Je sais qu'il y a d'autres bancs libres... —En effet... —Qu'il y a même de nombreux autres bancs restés libres, que la plupart d