Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Catheau

Ses blogs

Ex-libris

Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
Catheau Catheau
Articles : 1295
Depuis : 06/03/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Proust et le muguet.

Proust et le muguet.

(Dessin publié par la Société des amis de Marcel Proust et des amis de Combray) En ce 1er mai où le muguet est roi, j’en ai recherché la trace chez Proust. J’ai trouvé ces deux brins de muguet dessinés par Madeleine Lemaire (1845-1928), comme illustration pour Les Plaisirs et les Jours. Elle fut un peintre de natures mortes et de fleurs
Proust et l'anacoluthe.

Proust et l'anacoluthe.

Vendredi 30 avril 2021, c’était la 99e lecture par la Comédie-Française de La Recherche. Dans Sodome et Gomorrhe, Pierre-Louis Calixte a lu les épisodes du duel avorté de Charlus et de l’échec de la séance de voyeurisme, organisée par Jupien dans la maison de femmes de Maineville, afin que le baron surprenne Morel en compagnie du prince
Du côté de Chez Proust, par Jacques Sereys.

Du côté de Chez Proust, par Jacques Sereys.

En cherchant un DVD dans ma bibliothèque, j’ai retrouvé celui du spectacle de Jacques Sereys, Du côté de Proust, vu il y a une dizaine d’années. Il avait été créé par Jean-Luc Tardieu et filmé en 2005 au Petit Montparnasse. L’interprétation du pensionnaire de la Comédie-Française lui a valu le Molière du comédien en 2006. L’a
Proust dans une chapelle.

Proust dans une chapelle.

Chapelle de Saint-Arnould à Soussigné (Photo ex-libris.over-blog.com) Samedi 07 août 2021, en compagnie de deux amies, j’ai effectué le parcours du circuit d’Art et Chapelles en Anjou 2021. Autour de Chemillé et Martigné-Briand, il permet de découvrir de petites chapelles méconnues, source d’inspiration pour des artistes contemporains
"Nous tuons tout ce qui nous aime" : la mère dans A la Recherche du Temps perdu.

"Nous tuons tout ce qui nous aime" : la mère dans A la Recherche du Temps perdu.

La mort de la grand-mère du Narrateur (Le côté de Guermantes) Illustration de Grau-Sala Pastiches et Mélanges est un recueil de préfaces et d’articles de presse parus dans Le Figaro à partir de 1908, et rassemblés à la demande de Gaston Gallimard. C’est dans cet ouvrage que l’on trouve un étrange article de Proust, en date de janvier
Un "tombeau" pour Charles Swann.

Un "tombeau" pour Charles Swann.

Le balcon du Cercle de la Rue Royale, James Tissot (1866) Vendredi 21 mai 2021, c’était la 111ème lecture de La Recherche par Alain Lenglet. On y a entendu l’évocation de la mort de Charles Swann par le Narrateur, qui rend unique cette disparition : « La mort de Swann m’avait à l’époque bouleversé. La mort de Swann ! Swann ne joue pa
Marcel Proust, un enfant hypersensible.

Marcel Proust, un enfant hypersensible.

Proust enfant (Auteur inconnu) Dans l’ouvrage (1999) publié à l’occasion de l’exposition Marcel Proust, L’écriture et les arts, page 282, on peut lire : « Le 02 avril 1879, à l’âge de huit ans, dans sa première lettre connue, Marcel Proust écrit à son grand-père : « Pardonne-moi de mon péché car j’ai moin mangé qu’a l’
Une amie de jeunesse de Marcel Proust, Lucie Félix-Faure Goyau.

Une amie de jeunesse de Marcel Proust, Lucie Félix-Faure Goyau.

Lucie Félix-Faure Goyau par Nadar, 1897 J’ai hérité il y a quelques années du carnet de poésie de ma grand-mère. Née en 1888 et morte en 1976, elle y notait des textes qu’elle aimait et les artistes ou personnalités qu’elle rencontrait lui écrivaient un poème au débotté ou lui faisait un dessin à main levée. C’est ainsi qu’o
Ô mes palmiers de Chine !

Ô mes palmiers de Chine !

" Non! jamais je n’ai vu de mortel, homme ou femme, à toi pareil ; et devant toi, je me sens plein de révérence. Je n’ai rien vu de tel qu’à Délos, autrefois, près l’autel d’Apollon, le tronc droit d’un jeune palmier : car je fus là aussi, tout un peuple m’accompagnait sur cette route où je devais trouver tant de soucis... Com
La plus longue phrase de Proust.

La plus longue phrase de Proust.

Dans Sodome et Gomorrhe, au chapitre I, un passage est consacré à « la race des hommes-femmes ». Le Narrateur y évoque la malédiction qui pèse sur elle (p. 615) et ce qu’il appelle sa « franc-maçonnerie ». Toute cette description s’inscrit dans une longue phrase, qui va du bas de la page 615 au haut de la page 618 dans mon édition de