En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Amy Madison

Amy Madison

Margaret Zennaro (Nom de plume : Amy Madison) Née à Liège le 18 octobre 1955, je vis avec le dernier de mes fils un adulte autiste. J'écris depuis de nombreuses années et je me suis mise depuis quelque temps à la réalisation de nouvelles et d'ouvrages pour enfant et pour adultes publiés en auto-édition. Ma page Facebook : https://www.facebook.com/Amy-Madison-1566939350224685/?ref=bookmarks

Ses blogs

Mes écrits particuliers

Mes écrits particuliers

Envie de lecture?Poésies,nouvelles,romans,contes pour enfants et encore bien d'autres...
Amy Madison Amy Madison
Articles : 272
Depuis : 21/02/2015

Articles à découvrir

De l'autre côté

De l'autre côté

Mon corps ensanglanté est encore coincé dans la carcasse, je vois les secours arriver, les badauds qui se jettent telle une nuée d’insectes sur l’évènement, et moi je flotte à dix mètres au-dessus du sol. C’est rassurant de sentir que l’on possède encore une conscience, mais ne devrais-je pas me retrouver dans un couloir et me dirig
La bourrasque

La bourrasque

Le ciel se couvre , le temps semble suspendu . La mort est présente. J’entends le silence troublé par des cris de surprise et d'épouvante.Le ciel devient pourpre et le vent se lève, un vent humide chargé de la sueur de l'effroi de tous les êtres vivants . Alentour des tourbillons d'air et d'eau se mêlent à la fournaise ambiante.Aveuglé p
Kelyan

Kelyan

...L’enfant se fatiguait, il ne comprenait pas, il était un excellent coureur et il aurait déjà dû distancer son poursuivant. Mais l'homme qui le pourchassait le talonnait toujours. Il percevait des ondes confuses, des pensées animales. Il avait l’impression d’être pisté par une bête sauvage. Il filait aussi vite que ses jambes le lui
Les maîtres chats

Les maîtres chats

Ces adorables maîtres fiers de leurs libertésQue j’aimerais décrire régnant dans mon salonLeurs félins déplacements tout en agilité Leurs caresses tendresses car tout bonheur est bon Accepter leurs cadeaux je ne peux l’approuverFrétillantes encore chaudes, véritables délitsQuand ces chers compagnons, déposent à mes piedsLe butin pou
Les fleurettes

Les fleurettes

Assise sur un banc Je tenais dans les mains un bouquet de fleurettes. Puis toi tu es venu t’asseoir à mes côtés. Je t’ai donné les fleurs Et par ce doux matin tu les as acceptées. Puis quand tu m’as parlé des secrets de ton cœur, Moi je me sentais bien. Les mots se sont éteints. Tes yeux dans le lointain fixaient les herbes vertes Je
Noire comme ma peine

Noire comme ma peine

Noire comme ma peine Rouge comme le feu A ta flamme bien trop brève Un jour je me suis brûlée Noires comme mes pensées Rouge comme mon coeur Je sais que tu as existé Noire sera ma vie Rouges seront mes larmes Pour toujours au fond de mon âme Je ne peux cesser de t'aimer (Amy Madison)
L'attente

L'attente

Une souffrance sans nom me déchire le coeur De ne pas pouvoir lire dans le fond de son coeur Que pourrait me guérir? Ses mains si elles se tendent Et m'appellent vers lui m'offrant la délivrance Je ne veux pas l'aumône de semblants sentiments Son corps je le refuse si son âme est absente Dans l'attente trop longue, je ne peux l'appeler Son abs
Saint-Laurent

Saint-Laurent

La cité de Saint-Laurent est composée de deux villes bien distinctes, au nord, une grande abbaye se dresse au milieu de ses fidèles, logés dans de blanches habitations étroites surmontées d’un toit écarlate. Le monastère enfermé dans ses hauts murs gris semble isolé du reste du monde. Au sud, le Gouverneur Oswald, frère du Prélat de l
Papillon

Papillon

L'amour pour toi est devenu un jeu cruel Qui durera sans peine peu de temps avec elle Ensuite c'est normal tu ne l'aimera plus Tu n'es pas de ces hommes aimant de plus en plus Tu recherche avant tout le charme de la nouveauté Refusant de rester et de t'habituer Tu t'enflamme alors plus vite que l'éclair Pour t'ennuyer plus tard auprès de cette m
Souvenirs de toi

Souvenirs de toi

Souvenirs de toi toujours présents Qui consument mon âme tel un feu ardent Je ne peux oublier nos deux corps enlacés Et les rares baisers qui me faisaient vibrer Et je tourne la tête quand cet autre larron M'étouffe de baisers, m'enlace sans façon Je suis trop accablée, pouvoir me faire aimer De celui que j'adore, enfin le retrouver Un seul