En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jimidi

Jimidi

Auteur publié (chez Gallimard, puis dans d'autres maisons d'éditions, dont la sienne) tenir un carnet électronique lui permet de "faire ses gammmes" mais aussi d'expérimenter des trucs (comme parler de lui à la troisième personne).

Ses blogs

Le carnet de Jimidi

Le carnet de Jimidi

Humour oui, mais conso-pub aussi, pour critiquer bien sûr, sans oublier l'architecture ronde, ni l'art tout court et l'écriture !
Jimidi Jimidi
Articles : 1229
Depuis : 05/04/2006
Categorie : Humour

Articles à découvrir

Bisounours et langue de bois

Pour l’avoir déjà dit souvent, je peux le répéter ici encore une fois : je lis tout ce qui m’arrive, quelque soit la provenance et le contenu. Les sources sont assez diverses. Classiques : je lis ce qu’on me prête, ce qu’on me donne, ce qui tombe de ma bibliothèque quand je passe trop près, ce qu’on me recommande. Inévitables : je

"Mais puisque je vous dit que mon attestation...

"Mais puisque je vous dit que mon attestation d'installation d'un détecteur autonome avertisseur de fumée à BRÛLÉ dans L'INCENDIE provoqué par le fonctionnement défectueux de ce putain de détecteur ! "
Louons la Vache :

Louons la Vache :

Louons la Vache : 10 novembre 1966 Jean POIRET, humoriste, chante "Une vache à mille francs", une parodie de la chanson de Jacques BREL "Une valse à mille temps".
On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...

On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux...

On me les a demandé : les voilà, les pigeonneaux du balcon. J'avais l'impression que les petits, quelque soit l'espèce, étaient forcément au moins aussi beaux que les parents, voire plus - surtout les miens - mais quand tu vois ce désastre... Encore, là, ça va, on voit à peut près où se situent l'avant et l'arrière, mais au départ, ils

J’étais tranquillement en route pour aller chez...

J’étais tranquillement en route pour aller chez Dut quand je me suis avisé que l’aiguille de température d’eau indiquait plus de 100° et flirtait avec la zone rouge. J’ai continué à très petite vitesse jusqu’à un endroit où m’arrêter à l’ombre, avec l’idée d’attendre un peu que le moteur refroidisse. Quelques minutes p

La saga de Ote - Volume II - Le dirigeable

La nature a horreur du vide, parait-il. Ça tombe bien : moi aussi. Après avoir terminé d'écrire le premier opus de cette saga (septembre 2014-->jullet 2015), un grand vide s'est fait. Je n'avais vraiment, mais vraiment aucune idée de ce dont pourrait bien parler un volume II. Pi... Petit à petit, les idées, les envies sont venues, avec un de