En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Écrire est un moyen d'expression qui donne du sens à ma vie. Partager permet de s’ouvrir à autrui, d’échanger des points de vue, de verbaliser les maux, de vivre ensemble tant de belles choses. Vos commentaires sont là pour enrichir mes articles de façon ouverte et tolérante. Merci de me lire

Ses blogs

Je t'aime Alzheimer

Je t'aime Alzheimer

Regard positif sur les résidents et les soignants des EHPAD
Articles : 38
Depuis : 01/12/2015
Categorie : Lifestyle
Tant de belles histoires
Articles : 90
Depuis : 10/02/2015
Categorie : Famille & Enfants
Chemin de deuil

Chemin de deuil

Processus du deuil - Reconstruction - Résilience
Articles : 87
Depuis : 10/03/2015
Categorie : Famille & Enfants

Articles à découvrir

Évolutions

Évolutions

C’est en 1998 que je suis entrée en gériatrie avec pour seul bagage mon envie de travailler auprès d’êtres humains. Et malgré cette envie, j’avais une grande appréhension tellement l’extérieur m’avait mis dans la tête des images caricaturées de ce travail que j’allais devoir effectuer. Je suis entrée et j’ai vu tous ces vieu
Je me souviens - Cinq ans (04 mai 2012 - 04 mai 2017)

Je me souviens - Cinq ans (04 mai 2012 - 04 mai 2017)

Je me souviens de Collonges la Rouge, glycines et pissenlits en fleurs Je me souviens du soleil éclatant, des abeilles butinant le bonheur Je me souviens du chalet blond, du feu crépitant et de l’odeur de résine Je me souviens de nos corps lovés sur la plume blanche et d’un air en sourdine Je me souviens d’une caresse et de l’âme du ve
Chapitre 30 :  Mon rêve de Lourdes - 5 années de veuvage

Chapitre 30 : Mon rêve de Lourdes - 5 années de veuvage

Une porte qu’il lui fallait franchir et moi sur le seuil qui ne pouvait le suivre. Nos doigts enlacés qui ne parvenaient pas à se séparer. Et il a dû partir et je suis partie de l’autre côté. Une grande tristesse m’a saisi et à la fois, mon être tout entier fut submergé d’un immense amour, un amour sublime et infini qui m'a mis le
Avec une aile brisée

Avec une aile brisée

Je n'avais jamais publié ce slam écrit il y a déjà trois années. Huit jours que t'es parti Tout l'monde est reparti Me laissant asservie De l'autre côté d'la vie Déjà les fleurs fanées Sur la tôle ondulée Et le corps tant aimé Dans le caveau gelé Je porte Bleu de Chanel Et Idylle de Guerlain Fragrances entrelacées Qui soulagent mon c
A jamais

A jamais

Flirt d’adolescents et puis un jour l'AMOUR Belles jeunesses aux regards couleur de mer, Vos envies se frôlent sans cesse. Vous chahutez, vous découvrant d’aise Dans un corps à corps juvénile Qui vous fait basculer dans l’onde claire Et puis émergez de joie, ruisselants d’eau de soleil. Le soir venu, dans l’odeur de sève, il l’ent
La vie intime cette inconnue

La vie intime cette inconnue

Heureux sont ceux qui s’aiment Et vivent leur amour sans songer à demain. Et d'un regard brûlant au dernier baiser froid. Toute une vie d’amour, de je t’aime pour toujours. Ils ne savent pas qu’un jour leur vie d’intimité Sera seulement vivante au fond d’un sanctuaire. Il est l’heure, la mort remplace les baisers. Et l’on sait to
La grande incompréhension

La grande incompréhension

Irène ne suppor te plus le toucher, son corps se contracte dès qu’une main se pose sur elle. Irène ne supporte plus le froid, elle geint dès qu’on la déshabille. Irène ne supporte plus l’eau, elle hurle sous la douche. Irène ne sourit plus, ne mange plus, ne marche plus. Irène a peur du moindre bruit, les couverts qui claquent sur une
Les Morts ne sont pas sous la Terre - Poème de Birago Diop

Les Morts ne sont pas sous la Terre - Poème de Birago Diop

Écoute plus souventLes choses que les êtresLa voix du feu s’entend,Entends la voix de l’eau.Écoute dans le vent le buisson en sanglots :C’est le souffle des ancêtres. Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :Ils sont dans l’ombre qui s’éclaireEt dans l’ombre qui s’épaissit.Les morts ne sont pas sous la Terre :Ils sont dans l
Et puis après ?

Et puis après ?

Que restera-t-il de moi au fil des siècles, Moi l’homme ordinaire, le commun des mortels : Des souvenirs dans leurs têtes, photos et lettres, Quelques vers d'amour et vidéos désuètes. Et puis après ? Ma force en transmission, vogue goélette. Mes traits dans leurs sourires, de jolies fossettes, Mon héritage, chères épouse et fillettes. P
Les sorties inopinées

Les sorties inopinées

Lire ces témoignages très émouvants http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20171023.OBS6374/quand-les-malades-d-alzheimer-sortent-prendre-l-air-et-ne-reviennent-pas.html