En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Eloïs LOM

Eloïs LOM

Ses blogs

Le blog du Mensékhar

Le blog du Mensékhar

Présentation et publication intégrale de mon ouvrage de science-fiction appelé le Mensékhar
Eloïs LOM Eloïs LOM
Articles : 124
Depuis : 23/08/2010

Articles à découvrir

Faut-il avoir peur de l'intelligence artificielle?

Faut-il avoir peur de l'intelligence artificielle?

Selon le célèbre astrophysicien Stephen Hawking, « l’intelligence artificielle pourrait mettre fin à l’humanité ». L’intelligence artificielle est le fait que des ordinateurs soient capables de penser comme des êtres humains. Pourtant Stephen Hawking n’est pas réfractaire à la technologie. Atteint de la maladie de Charcot, il utili

Chapitre 43

Les jardins de la Cité Interdite résonnaient d’un silence inhabituel. Il n’y avait pas âme qui vive, seul le tonnerre interrompait de temps en temps un silence pesant presque angoissant. Des nuages noirs, menaçants de pluie, couvraient la Cité interdite habituellement ensoleillée. Des éclairs barraient le ciel noir et illuminaient l’ho
Aogashima

Aogashima

Dans la troisième partie du Mensékhar, Adonis découvre que les Amazones vivent à l’intérieur de cratères de volcans, le reste de la planète Bello étant recouvert d’un inhabitable désert de soufre. Je pensais avoir inventé le concept de volcan habité, mais je viens d’apprendre qu’il existe une île japonaise nommé Aogashima qui p

Detailed summary of George Orwell Novel Nineteen Eighty-Four (1984)

Detailed summary of George Orwell Novel Nineteen Eighty-Four (1984) by Colette COLMERAUER : PART 1 Chapter 1 The story of Winston Smith begins on a bright cold day. He works for the Ministry of Truth, which deals with news, education, entertainment and art. There are three other Ministries: the Ministry of Plenty dealing with Economic Affairs, the
Le minaret de Samarra

Le minaret de Samarra

Dans le Mensékhar, la Doyenne de l’Université de la planète Okara siège dans un palais de forme hélicoïdale situé au centre d’une grande place carrée. Il existe une tour qui pourrait faire penser à ce palais, c’est le minaret en spirale de la grande mosquée de Samarra en Irak construit au IXème siècle de notre ère. Le Malwiya est

Chapitre 42

Adonis quitta la caverne de la bibliothèque et monta dans l’un des aéronefs des sages de la Planète-Mère. Il manœuvra habilement l’appareil afin de décoller entre deux cèdres. La Planète-Mère n’était en effet pas équipée de spaciodrome et n’offrait pas beaucoup de surfaces planes pour atterrir. Seuls les pilotes avertis osaient

Chapitre 45

Les chars montés sur coussins d’air traversaient le désert d’Iadès en direction des falaises rouges. En tête du cortège, Syris pilotait son char personnel, seule. Elle appréciait l’indépendance que lui avait octroyé le corps d’Eden. Dans cette nouvelle structure jeune, elle avait retrouvé toutes ses marges de manoeuvre et n’avait

Chapitre 41

Le casque que les savants avaient posé sur la tête d’Eden fourmillait de milliers d’éclairs bleus. Les informations entraient en masse dans son cerveau vidé de son esprit sous le regard admiratif de la Doyenne. Syris toussa. Son corps l’abandonnait, il lui semblait qu’il s’effritait comme une pierre trop malléable. Seul l’espoir lu
La légende de la Tour de Nesle

La légende de la Tour de Nesle

L'origine mystérieuse des Amazones est dévoilée à la fin du Mensékhar. Etran, le Premier Empereur avait un fils unique et des filles nées septuplées. Ces dernières particulièrement belles vivaient de débauche à la Cour Impériale et faisaient disparaître les infortunés qu'elles prenaient pour amants. Une fois le scandale entourant les

Chapitre 44

La salle basse entourée d’épais murs de pierre n’était éclairée que par un minuscule soupirail ouvert au niveau du plafond. Désorienté dans cette obscurité quasiment totale à l’exception du filet de lumière qui pointait par le soupirail, Adonis n’avait plus la moindre notion du temps. Son horloge biologique maintenue en éveil lui