Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Buveur de poèmes

Buveur de poèmes

... Sur tous ces chemins, mes souvenirs sont lestés de bouteilles. Oh oui, vous, nous, votre buveur avons soif. Soif de ces fabriques de souvenirs qui font oublier les soucis, qui consolent parfois et font rire souvent, réfléchir mais pas trop, qui rassemblent...

Ses blogs

Buveur de poèmes, le blog de Franck Kukuc

Buveur de poèmes, le blog de Franck Kukuc

Et toi, quand tu seras grand, que voudrais tu faire ? Toutes ces années, j'ai cherché. J'ai tourné autour de mon destin. J'ai eu des emplois qui m'ont fait vivre, des passions qui m'ont aidé à traverser le cours. Tout ce temps, je ne me perdais pas. J'ai aimé et elles m'ont beaucoup donné, deux m'ont offert une vie de père. Avoir des enfants, les aimer et être aimer d'eux. Je ne me perdais pas. Et puis, il y a eu cet amour court et bouleversant. L'amour du vin m'a fait rencontrer l'amour. Fauché en plein vol d'espoirs. Entendre que je fus le dernier amour de quelqu'une, que je l'avais rendue heureuse est l'un des moments les plus troublants de ma vie d'homme. J'en fus triste et fier. Tout ce temps, je ne me perdais pas. Certaines et certains m'ont apprécié à travers le prisme de mes choix, de mes amours, de mes enfants, de mon amour perdu brusquement. Ils croyaient me connaitre alors que je ne m'étais pas trouvé. Tout ce temps, j'apprenais à vivre. Devant la fragilité, l'éphémère, devant des yeux clos j'ai compris qu'on n'a pas le temps que l'on croit. Comme j'ai été bien accompagné ! De mots en sourires, en étreintes, en signes, beaucoup de vous ont trouvé leur place. Sur tous ces chemins, mes souvenirs sont lestés de bouteilles. Oh oui, vous, nous, votre buveur avons soif. Soif de ces fabriques de souvenirs qui font oublier les soucis, qui consolent parfois et font rire souvent, réfléchir mais pas trop, qui rapprochent, qui font tomber amoureux et nous emmènent vers d'autres jours. Encore et encore... J'ai grandi. Plutôt que faire, je comprends qu'il faut être. Etre pour soi avant d'être pour les autres, le reste suivra. A présent, je sais, tous ces cailloux qui ont fait mon chemin, tout ce que j'ai reçu, je vais vous l'offrir par des mots échangés, des sourires à la vie, par ces vins partagés qui seront plus que des verres d'amitiés. Je serai Passeur d'émotions. A M'Amuses qui m’a amené vers des mots qui rassemblent. A mon petit Lou très chéri qui m’accompagne aujourd’hui et fait vibrer l’écorce. A Vous rencontrés et à découvrir. Je suis Buveur de poèmes "pour vous servir".
Buveur de poèmes Buveur de poèmes
Articles : 38
Depuis : 02/02/2015
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Un homme qui n'a pas vécu la nuit ne peut pas savoir

Un homme qui n'a pas vécu la nuit ne peut pas savoir

Se rencontrer dans l'immensité. Avant la clef, il y a eu les nuits. Les nuits longues où le lever du jour n'apaise pas le coeur. Où la solution est derrière la porte de nos obligations, de nos devoirs envers nos parents, les moitiés qui partagent notre vie, le couple, les enfants. Oui, jusqu'à cette clef que nous décidons de saisir, nous par
Mavit en l'air

Mavit en l'air

Début juillet 2018 la grêle s'abat, s'attarde sur Roquefort. Olivier ne sais pas encore ce qu'il a perdu, ce qu'il va perdre dans les prochains jours. Il n'est plus là, il est entre. Entre "j'ai pas le choix, faut continuer" et "je devais faire une tournée à Paris et ailleurs. Le dernier coup de collier commercial pour remplir les caisses avan
La bulle du débutant.

La bulle du débutant.

Petites mais lumineuses bulles. Leur porte t'es déjà ouverte. Tu n'auras plus qu'à la pousser. A l'intérieur, ils s'affairent. Tu as sonné à l'interphone une minute ou deux auparavant. Leur confiance en tout fait qu'ils ne seront pas à t'attendre sur le seuil. Et puis, il n'y a pas d'animal domestique prêt à sortir derrière leur dos. Tu v
Pour pouvoir vivre sa liberté sur une terre de libertés

Pour pouvoir vivre sa liberté sur une terre de libertés

"- Buveur de poèmes : Et toi, tu es en conversion bio ? Nature ? Combien de sulfites ? - Olivier Mavit : Je suis en conversion et libre. - Buveur de poèmes : Libre ? Tu veux dire... Vin libre ? Mouais... Nature en fait. - Olivier Mavit : Non, LIBRE. Mes vins et moi.Mes vins parce qu'ils ne sont pas standards, qu'ils peuvent évoluer vers le meill
Des battements par minute

Des battements par minute

Une fois encore, c’est une histoire de changement de cap, d’un périple vers une vie meilleure, où tout ce qu’on a fait et tout ce qu’on fera est et sera d’être pleinement en accord avec son for intérieur. Plus de barrières, une seule ligne de mire : la recherche constante d’émotions, de virées épiques entre nature et humanité.
Chanter pour donner des couleurs aux nuits blanches

Chanter pour donner des couleurs aux nuits blanches

Je me suis rendu compte que j'avais retenu mon cri. Pour ne pas le réveiller. Demain la nuit serait d'une autre couleur. Demain, je ne ferai pas ce cauchemar qui revient régulièrement depuis plus de quarante ans... Demain, ce sera le repas entre vignerons, exposants. Il va me falloir la meilleure table, celle où l'on rit, chante. On commencera
A l'écoute

A l'écoute

C'est une histoire américaine, De sons rock, de souvenirs de goûts découverts en France. C'est une histoire française "saturée" de couleurs et d'esprit nature. C'est la Loire qui coule. Alors il laisse "couler", intervient le moins possible. C'est un riff de pinot noir, de côt et d'autres cépages comme j'ai rarement bu? C'est la barrique qui
Antoine et le rouge rare de vieilles vignes

Antoine et le rouge rare de vieilles vignes

Peinture d'E.Dazelle A lier des inconnus entre eux par la magie d'un verre tendu, D'entre tous,Il y eut, lui, qui poussa la porte, discrètement. Avançant à petits pas, il dit"Bonjour je suis Antoine"Les rires fusèrent de surprise, Tandis que les regards s'illuminaient davantage.La méchanceté n'avait pas trouvé place.Non ! La présentation d'
Ta main pour prononcer

Ta main pour prononcer

« Donne-moi ta main » voilà ce qu’il aurait pu entendre. Mais bizarrement l’ouïe et les autres sens n’étaient pas à son service. Ils étaient restés dans la voiture qui l’avait conduit jusqu’à son héritage. A l’esprit, des chiffres de surface, des noms de parcelles. Tout était là mais comme caché, illisible. Il ne sentait pa