En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Maria Maïlat

Maria Maïlat

Tenir le paradoxe entre la "vita activa" et la contemplation. Française par la langue, mère de trois fils, femme de plusieurs hommes qui ont partagé avec moi un bout de chemin. Européenne par esprit, amoureuse de la vie, souvent en voyage.

Ses blogs

Maria Maïlat

Maria Maïlat

site : artefa.wordpress.com, formation, littérature, anthropologie, philosophie, intelligence collective, marche, amitié, hospitalité, enfance, Paris, mémoire, Foucault, Nietzsche
Maria Maïlat Maria Maïlat
Articles : 191
Depuis : 05/02/2009
Categorie : Politique

Articles à découvrir

Être ce que tu es

Elle cherche quelqu'un pour ne pas être seule Une nuit ou deux. Il traverse la rue en courant devant lui le bonheur refuse toute compagnie - Il cherche son bonheur.
Agota Kristof

Agota Kristof

Le livre sort en octobre 2016 dans les librairies.

Alfa

Lorsqu'il pleut, il faudrait dire: "Les eaux d'en bas pleurent." Et lorsque les mers soulèvent d'énormes vagues, que dire? Dire peut-être que les eaux d'en haut souillées appellent en aide les eaux d'en bas.
L'obsession des clés

L'obsession des clés

L’obsession des clés Des millions de clés à l’échelle d’un peuple sur la route qui mène vers les pissenlits mêlés au feu qui dévore les buissons et la peau humaine. Vois cette montagne de clés égarées dans les ruines les clés cachées dans les boites de souvenirs et dans ma poche une seule petite clé rouillée. J’écris pour lo

Entre deux mers

Une route dedans la table dehors dans la nuit illuminée aimez-moi, sombres alizés je viens poser ma langue sur les vagues de l’Océan indien mon corps connaît l’inachèvement - chaînes dedans cicatrices dehors suis-moi dans la lenteur des feuilles de bananier. Les cocottes en papier sont nos témoins. Non, pas de témoignage. Tu chantes Je
Promesses

Promesses

Blanche promesse violoncelle désaccordé l’ombre de l’archer caresse nos peurs la mort pourtant rien ne l’arrête Je dis une chose dans la nuit le contraire est encore plus vrai à l’aube le crépuscule nous pèse en plein jour les corbeaux volent à notre secours Quelqu'un meurt à ma place pendant que je bois un café sur la terrasse les

cerf-volant

Rien qu'une épine pour se souvenir de mon visage
Détour

Détour

Plus de ciel Ni terre La pluie emporte l'assombrissement.
Cécile A. Holdban : réflexions en lisant ses poèmes

Cécile A. Holdban : réflexions en lisant ses poèmes

(Holdban, en hongrois cela veut dire “être dans la Lune”.) Le jeu entre plusieurs noms apparaît dès que l’on découvre Cécile et ses publications dans les différents lieux de la Toile virtuelle tissée à l’aide des nouvelles technologies. Ce jeu de cache-cache a été cultivé avant tout par Walter Benjamin qui a même écrit un bref

L'économie de l'âme

Il fallait choisir le sentier verglacé pieds nus ouvrir la blessure - Où se glisse le souffle des cristaux rouges sang dans la neige? Autour du poignet gauche la brûlure sans baume, sans bandage est tout ce qui reste. La guerre froide sans mémoire viole. Le corps de tout eau vidé d’un sans-vie accouche dehors dans la rue des soldats. Tard la