Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
(+ T.)

(+ T.)

Editeur d'écrits dissidents dans les rues

Ses blogs

La peau des murs

Empêchés, interdits, entravés, écrivains souterrains. Avec beaucoup d'autres qui sont restés anonymes, ils forment l'étrange confrérie des écrivains à qui il a été interdit d'écrire. Leurs écrits continuent d'exister. Et leurs visages aussi, affichés sur les murs
(+ T.) (+ T.)
Articles : 20
Depuis : 01/07/2011
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Ossip Mandelstam, contre tout espoir

Ossip Mandelstam, contre tout espoir

Fiche d'Ossip Mandelstam au NKVD, 1934 En me persécutant, Monde, que retires-tu ? Où est l’offense puisque j’essaie seulement De mettre des beautés dans mon intelligence Plutôt que mon intelligence dans les beautés. (Mandelstam) Philippe Jaccottet nous rapporte ceci : « On raconte que Mandelstam, dans le camp, le goulag, de Sibérie où i
Le début d'un dialogue

Le début d'un dialogue

Marc a dix ans. Il vit en Corse et lit, avec sa maman, l'autobiographie de Vladimir Voïnovitch en Russe. Il nous a écrit un message auquel a répondu un ami traducteur, qui a notamment traduit en Albanais la trilogie des romans de Beckett . Je recopie ici leurs messages, tant leur conversation est importante à mes yeux. "Bonjour, je m’appelle
Relais et Passeurs

Relais et Passeurs

. On peut dire que Mandelstam est «apparu» à Celan tel une épiphanie mystique. Il le dit dans le poème Après-midi avec cirque et citadelle du recueil La rose de personne : « [...] j'ai entendu, finitude, ton chant, et je t'ai vu, Mandelstam ». Dans Tout est autrement, le geste d'identification de Celan est illustré par l'échange salutaire
Nivaria Tejera, documents

Nivaria Tejera, documents

Paris-Scarabée L'écrivain cubaine Nivaria Tejera fut découverte en France par Maurice Nadeau qui publia aux Lettres Nouvelles en 1958 son premier roman, Le Ravin , désormais réédité chez Actes Sud. De ce premier livre dans lequel Nivaria Tejera revenait sur l'incarcération de son père dans les prisons de Franco, puisqu'elle vécut d'abord
Carlos Liscano au Matricule des anges

Carlos Liscano au Matricule des anges

Le Matricule des Anges est devenu cette revue irremplaçable qui, en mettant en ligne ses anciens numéros, constitue peu à peu un recensement incomparable de la littérature en train de se faire. J'ai recensé ici les critiques du Matricule relatives aux livres de C. Liscano traduits en français. ___________________________ La Route d'Ithaque A
Varlam Chalamov au Matricule des anges

Varlam Chalamov au Matricule des anges

Récits de la Kolyma Varlam Chalamov naquit en tant qu'écrivain des amours monstrueuses du Petit Père des Peuples avec la marâtre nature de l'Extrême-Nord soviétique. Votre visage jusqu'à l'os Varlam Tikhonovitch Chalamov (1907-1981) passa au total vingt-deux années dans différents bagnes de Kolyma, aux limites nord de l'Union Soviétique.
Heberto Padilla, avec le temps

Heberto Padilla, avec le temps

Heberto Padilla La mort est une injustice, a écrit l'Argentin Julio Cortzar. Cette injustice vient juste de frapper le poète Heberto Padilla (1), dans une chambre d'hotel de l'Alabama. Que faisait là-bas cet écrivain né dans la province de Pinar del Rio, à l'ouest de Cuba? Il enseignait la littérature et vivait dans l'amertume de l'exil. Con
«La torture est comme une infirmité»

«La torture est comme une infirmité»

L’Uruguayen Carlos Liscano, un des auteurs majeurs de l’Amérique du Sud actuellement, dit n’avoir jamais rencontré le réalisme magique et a reconnu qui lui a été difficile de parler des années qu’il a passées en prison. L ’écrivain uruguayen, Carlos Liscano, directeur de la Bibliothèque nationale d’Uruguay, a accusé, mardi soi
Heberto Padilla, hors-jeu

Heberto Padilla, hors-jeu

C'est dans Avant la nuit, l'autobiographie de Reinaldo Arenas que je découvre l'histoire d'Heberto Padilla. La triste histoire d'un dissident à La Havane : «..., j'ai vu au pied des grands arbres Heberto Padilla qui marchait sur le trottoir ; blanc, trappu et désemparé, c'était l'image de la destruction. Lui aussi, ils avaient réussi à le
Souvenirs de torture, Carlos Liscano

Souvenirs de torture, Carlos Liscano

"La langue est ce que l'humain possède de plus personnel. Dans une dictature, la torture n'est qu'une étape. L'objectif est de détruire tous les liens, tout ce qui unit les individus. Le symbole le plus puissant de ce réseau de liens est la parole, qui relie les générations entre elles, les enseignants aux élèves, les parents aux enfants, e