Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mory

Mory

- Statisticien économiste formé à l'ENSAE - Parcours professionnel en prise directe avec les marchés financiers : économiste de marché trader trésorier investisseur patron de gestion de bilan bancaire risk manager

Ses blogs

Le blog de analyses.macro-finance-marches.over-blog.com

Le blog de analyses.macro-finance-marches.over-blog.com

Ce blog a pour but de présenter des analyses et commentaires dans les domaines suivants 1/ politiques monétaires des banques centrales et conjoncture macro-économique 2/ allocation d'actifs sur les marchés financiers : rôle des fondamentaux , comportement des investisseurs , évolutions réglementaires et prudentielles..... 3/ compréhension de la formation des crises sur les marchés financiers 4/ contraintes et objectifs de la gestion financière dans un établissement bancaire
Mory Mory
Articles : 99
Depuis : 18/05/2010

Articles à découvrir

Marchés financiers : des bulles d’actifs aux krachs d’actifs

Voici ce que nous écrivions dans une série de papiers récents publiés dans Le Cercle Les Échos à propos de l’économie de bulle d’actifs dans laquelle nous vivons depuis une quinzaine d’années : "Les bulles d’actifs financiers se développent généralement dans des contextes de consensus et d’unanimisme quant à certaines tendance

Trop grosses pour faire faillite donc trop grosses pour exister

Il y a beaucoup de confusion lorsque l’on parle de l’évolution de la réglementation bancaire. Il est vrai qu’il y a une inflation de textes et qu’en plus ceux-ci ne sont pas définitifs et très souvent sujets à interprétation. J’ai moi-même rédigé au premier trimestre 2013 un rapport spécial sur les banques qui aborde, entre autr

LE JUGEMENT POLITIQUE DES AGENCES DE NOTATION

Après la dégradation par Moodys de la note du Royaume Uni de AAA à AA1, voilà que les agences de notation refont la une de l’actualité. En réalité, elles n’ont jamais cessé véritablement de faire cette une. Il n’y a pas lieu d’être surpris par une telle annonce. Voici ce que nous écrivions sur cette tribune en décembre 2011 lors

TOO BIG TO FAIL, DONC TOO BIG TO LIVE

Les propos de Mervin King selon lesquels "les banques qui sont trop importantes pour faire faillite sont trop importantes pour exister" permettent en tout cas de comprendre la persistance de la crise financière et surtout de la corrélation entre le risque bancaire et le risque souverain. Cette corrélation ne sera pas remise en cause par des chan

Les messages erronés des marchés et les messages trompeurs des autorités politiques

Sur le sujet de la crise économique et sociale, il n’y a pas de débat sur le fait de savoir si oui ou non la crise est derrière nous. Mais sur le sujet de la crise financière, l’on en finirait presque par oublier la non-soutenabilité de certaines dettes publiques nationales. De quoi ne pas se laisser impressionner par les évolutions des m

L’ARGENT PUBLIC EPUISE, L’ARGENT PRIVE SERA DE PLUS EN PLUS CONVOITE (1)

Les derniers événements de la crise des dettes souveraines avec le plan de renflouement de Chypre sont malheureusement là pour montrer, s’il en était encore besoin, l’impuissance pour ne pas dire l’incompétence et même la malhonnêteté de bon nombre de dirigeants politiques européens. Attention, il ne s’agit pas de tomber dans les t

L’argent public épuisé, l’argent privé sera de plus en plus convoité (2)

Nous avons vu dans une première partie que les dispositifs de sauvetages des banques pouvaient conduire à spolier l’épargne privée des actionnaires (SNS Bank) ou celle des déposants (Chypre) ou tout simplement à transférer à la banque centrale de la dette bancaire (IRBC irlandaise) En principe, comment devrait s’appliquer un plan de sau

Transparence en Afrique

Aujourd’hui, j’ai décidé de réagir à l’article du président de la République de la Guinée sur l’impératif de transparence de l’Afrique (paru dans le Cercle Les Échos le 13/06 dernier). Non pas parce que je suis un spécialiste de l’économie guinéenne et de ses considérables ressources minières, mais tout simplement parce qu