En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Olivier Soz

Olivier Soz

Ses blogs

Le blog de Olivier Soz

Le blog de Olivier Soz

Olivier, 17 ans, incarcéré à la maison d'arrêt de Bois d'Arcy pour une affaire de vengeance, découvre l'univers carcéral. Il raconte sa vie en taule au jour le jour, ses six mois à vivre comme « une racaille pour se faire respecter ». A travers le récit, il détaille le racket, les passages à tabac pendant les promenades, les tentatives de suicides, le mitard, les relations avec les surveillants et le fonctionnement de l'administration pénitentiaire. La suite du récit au jour le jour.
Olivier Soz Olivier Soz
Articles : 13
Depuis : 28/08/2009
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

9

- Bon écoute, donne moi ton pull et personne ne te fera rien. Si je lui donne, il est probable qu'il ne me fera rien, de plus, je sens que la pression monte, tout le monde s'excite autour de moi. D'un autre côté, si je fais ce qu'il me dit, je passerai pour une 'victime' et je pense que je me ferai dépouiller tous les jours. Aussi, je jette un

7

Je décide donc de repenser au dernier week-end que j'ai passé avec Olivia. Ce Week-end là, nous avions fêté l'anniversaire de ma sœur, Olivia était venue dormir chez moi et, à la fin de la soirée, nous étions montés dans ma chambre avec une bouteille de Champagne pour fêter de notre côté les vingt mois que nous avions passés ensemble

6

La cellule est assez grande, comparée à celle de la garde à vue. Il y a deux fenêtres, deux lits superposés, une table, une chaise, un lavabo et des toilettes. Je m'assieds sur mon lit et repense à ma situation, j'ai envie de pleurer mais je n'y arrive pas. J'essaye de penser à ma famille, que peuvent-ils bien faire en ce moment ? J'espère

11

Je manque de cigarettes, et là il faut vraiment que je trouve une solution. J'avais vu, la veille, la technique utilisée par les détenus pour appeler un surveillant lorsque l'on est enfermé dans sa cellule. Ils prennent un bout de papier et le font passer à travers la porte, comme ça, lorsqu'un surveillant passe, il l'aperçoit flotter sur le

10

J'entends que l'on m'appelle, par la fenêtre, à gauche, à droite, je ne réponds pas. L'œillet bascule, un surveillant ouvre. - Il est 16h00 c'est l'heure de la promenade de l' après midi, j'imagine que tu souhaite rester dans ta cellule. - Non, je descends. Le surveillant me regarde bizarrement, il doit penser que je suis suicidaire. Je remet

4

Il est maintenant 14h00, cette matinée m'a paru une éternité, je connais chaque détail de cet endroit, le moindre petit graffiti, je me suis même habitué à l'odeur. Alors que je digère mon sandwich jambon-fromage gracieusement offert par l'Etat, deux policiers entrent brusquement dans ma cellule : - Vous me libérez ? Ca y est ? - Non, pas

5

Le camion roule direction Bois d'Arcy, je suis mort de peur, je ne peux plus m'arrêter de pleurer. Je ne sais pas ce qui m'attend là bas. L'image d'Olivia en larmes me hante, je me sens très mal. Un des deux policiers m'observe et tente d'instaurer un dialogue : - Je te préviens, au moindre geste je te latte, ok ? Je ne réponds pas. - Dis-moi,

2

J'arrive dans le commissariat, la brigade me dévisage, ils me font entrer dans une salle, je regarde autour de moi : deux cellules de garde à vue avec une porte vitrée donnant sur un bureau, l'une est occupée par un homme, la quarantaine, qui dort dans son vomi, ... Mon escorte me laisse sur un banc et m'ôte les menottes à ma demande. Je raco

3

Le lendemain, je suis réveillé par la porte qui s'ouvre, j'entends une voix féminine qui me demande de la suivre. Je me lève, me frotte les yeux puis je résume la situation en moins de deux secondes dans ma tête. Non, tu n'es pas dans ton lit Olivier, tu es en garde à vue car tu as mis des coups de couteau à ton collègue de travail. On me

8

L'œillet placé sur ma porte bascule, un surveillant entre dans ma cellule - «C'est l'heure de la promenade, tu veux sortir ? La promenade... Voilà le moment que j'attendais le moins. Que dois-je répondre ? Je sais très bien que si j'y vais, je dois me faire ' juger ', mais de toute façon, si je ne sors pas, je passerai pour ce que les déten