Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Étienne Magnin

Étienne Magnin

SupAgro Montpellier, Iface. 63 ans. Formateur-consultant depuis 1989. Une thématique : les mots, le sens, la transmission. Deux livres publiés chez Gereso.

Ses blogs

Écrire, penser, être.

Écrire, penser, être.

Un blog voué à l'écrit, à l'orthographe ; à la formation ; au souffle, à la simplicité.
Étienne Magnin Étienne Magnin
Articles : 35
Depuis : 04/06/2012
Dans les jardins de l'orthographe

Dans les jardins de l'orthographe

L'orthographe est plus cool qu'on ne le croit
Étienne Magnin Étienne Magnin
Articles : 10
Depuis : 28/04/2018

Articles à découvrir

Rendre les phrases « sexy »

Que penser de cette phrase ? « Garantir l’accès à l’information et communiquer vers vos parties prenantes exige pédagogie et clarté dans vos messages. » Elle est correcte, certes. Mais elle n’est pas sexy.Déjà, « parties prenantes » fait juridique…Ensuite, les deux infinitifs rendent la chose sèche et froide, d'autant que ce n’

Une drôle d'expression

Drôle vient du néerlandais droll, lutin, et vous le pressentez, de troll. Si le mot est vieilli, plus fréquent dans la bouche de d'Artagnan que dans celle d'un hipster, il a gardé sa fraîcheur dans la locution "drôle de" : c'est une drôle d'émission, un drôle de mec... et croît régulièrement depuis 1750. Drôle, non ?

Sans faute, faites-moi une dictée sans fautes

On s'étonne parfois qu'une dictée puisse être sans fautes : s'il y en a zéro, pourquoi un pluriel ? D'autant que l'on écrira « Faire zéro faute dans une dictée.» (CNRTL) et « Ne faire aucune faute. » Tout est dans "généralement".En général, tout pays a des grandes villes (sauf l'Islande), mais une seule capitale.La Mongolie du temps

Du problème des espaces insécables sur les sites anglais

Mon chauvinisme exécrable revenant au galop, je voudrais vous faire constater que, si l'anglais est pragmatique et direct, le français aime la clarté que donnent les (grands) espaces. De fait, l’Anglo-saxon ne supporte point les espaces insécables. Du moins je le suppose, car je n'en vois nulle trace dans ses écrits. Ainsi, quand nous écriv

Eh bien !

Longtemps, j'ai hésité entre Eh bien et Et bien. « Et bien, voyons ! » me semblait logique. Eh bien, non ! Comme le dit élégamment le Wiktionnaire, "Eh bien" est une locution conjonctive, qui sert de "Renforcement expressif du ressenti, du sentiment de celui qui parle." C'est aussi un explétif : "Qui, sans être nécessaire au sens d’une p

Ellipses

L'ellipse est une omission. C'est une figure de style élégante, car elle fait l'économie d'une répétition. Deux exemples tirés de Wikipédia : l'un drôle : « Je n'avance guère. Le temps beaucoup » (Eugène Delacroix) l'autre magnifique : «… je t'aimais inconstant, qu'aurais-je fait fidèle ? » (Jean Racine) — au lieu de : « Je t'ai

Du défaut de remplir son verre

Je fais comme tout le monde : je remplis mon verre, je rajoute une précision, je me rapproche de la table... Il y a moins d'un siècle, on aurait dit : j'emplis mon verre, j'ajoute une précision, je m'approche de la table... Car, vous le savez bien, le préfixe "re-" est parfois utilisé pour exprimer la répétition : si je remplis mon verre, c'

Elle est "fouillis" : comment le langage évolue

Il y a parfois des questions qui surgissent au détour d'une expression. Il m'aurait bien convenu de dire que j'étais assez fouillis. Je m'étonnais alors de cet adjectif qui ne me semblait pas avoir de féminin : "elle est fouillie ?". Certes, non. En effet, "fouillis est un substantif [voir la différence avec un nom commun]. Nous voilà mal bar

Substantif

Encore un mot dont on se dit qu'il est bien compliqué s'il veut seulement signifier "nom commun". Heureusement, « ... il y a Findus », mais surtout le CNRTL et Wikipédia. Si Findus est de peu d'utilité en l’occurrence, le CNRTL nous en apprend suffisamment. D'abord, distinguons – on apprend à tout âge, du moment qu'on reste curieux – l

Clafoutis : "clavo figere"

L'inconvénient majeur de vouloir écrire une chronique sur le clafoutis, c'est que cela donne faim. Hormis cela, il est jubilatoire de découvrir que ce mot, tiré d'un dialecte limousin, nous vient du vieux français claufir : fixer avec des clous ; les fruits, cerises ou prunes, figurant lesdits clous. (Certes, d'autres étymologies sont attest