Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Étienne Magnin

Étienne Magnin

SupAgro Montpellier, Iface. 63 ans. Formateur-consultant depuis 1989. Une thématique : les mots, le sens, la transmission. Deux livres publiés chez Gereso.

Ses blogs

Écrire, penser, être.

Écrire, penser, être.

Un blog voué à l'écrit, à l'orthographe ; à la formation ; au souffle, à la simplicité.
Étienne Magnin Étienne Magnin
Articles : 35
Depuis : 04/06/2012
Dans les jardins de l'orthographe

Dans les jardins de l'orthographe

L'orthographe est plus cool qu'on ne le croit
Étienne Magnin Étienne Magnin
Articles : 10
Depuis : 28/04/2018

Articles à découvrir

Savoir accentuer ses majuscules avec Word

Une légende tenace, qui remonte sans doute à l'époque où Saint-Exupéry écrivait ses textes sur une Remington, veut que l'on ne mette pas d'accents sur les mots en majuscules. Il suffit pourtant de lire Le Monde ou Gala pour vérifier qu'il n'en est rien. La suite sur http://www.blog-assistantes.fr/2015/02/23/orthographe-sachez-accentuer-vos-m

Du défaut de remplir son verre

Je fais comme tout le monde : je remplis mon verre, je rajoute une précision, je me rapproche de la table... Il y a moins d'un siècle, on aurait dit : j'emplis mon verre, j'ajoute une précision, je m'approche de la table... Car, vous le savez bien, le préfixe "re-" est parfois utilisé pour exprimer la répétition : si je remplis mon verre, c'

QUAND CONVAINCRE EST LABORIEUX

Comment rédiger une lettre de motivation ? On peut être très compétent, et ne pas savoir le dire ; ou, pire, induire l'idée de son incompétence. Pourtant, écrire n'est pas si difficile. Il suffit de vérifier que l'on parle français. Nous l'allons montrer tout à l'heure, comme disait La Fontaine, dans ce texte trouvé sur internet. Bonjour

Car, en effet...

Car et En effet sont des synonymes. On évitera donc de les mettre ensemble, sauf si l'on tient spécialement à se montrer verbeux ! « En effet » se met au début d'une phrase. « Car » ne peut s'employer qu'après une virgule.

Clafoutis : "clavo figere"

L'inconvénient majeur de vouloir écrire une chronique sur le clafoutis, c'est que cela donne faim. Hormis cela, il est jubilatoire de découvrir que ce mot, tiré d'un dialecte limousin, nous vient du vieux français claufir : fixer avec des clous ; les fruits, cerises ou prunes, figurant lesdits clous. (Certes, d'autres étymologies sont attest

Eh bien !

Longtemps, j'ai hésité entre Eh bien et Et bien. « Et bien, voyons ! » me semblait logique. Eh bien, non ! Comme le dit élégamment le Wiktionnaire, "Eh bien" est une locution conjonctive, qui sert de "Renforcement expressif du ressenti, du sentiment de celui qui parle." C'est aussi un explétif : "Qui, sans être nécessaire au sens d’une p

Substantif

Encore un mot dont on se dit qu'il est bien compliqué s'il veut seulement signifier "nom commun". Heureusement, « ... il y a Findus », mais surtout le CNRTL et Wikipédia. Si Findus est de peu d'utilité en l’occurrence, le CNRTL nous en apprend suffisamment. D'abord, distinguons – on apprend à tout âge, du moment qu'on reste curieux – l

Du problème des espaces insécables sur les sites anglais

Mon chauvinisme exécrable revenant au galop, je voudrais vous faire constater que, si l'anglais est pragmatique et direct, le français aime la clarté que donnent les (grands) espaces. De fait, l’Anglo-saxon ne supporte point les espaces insécables. Du moins je le suppose, car je n'en vois nulle trace dans ses écrits. Ainsi, quand nous écriv

Sans faute, faites-moi une dictée sans fautes

On s'étonne parfois qu'une dictée puisse être sans fautes : s'il y en a zéro, pourquoi un pluriel ? D'autant que l'on écrira « Faire zéro faute dans une dictée.» (CNRTL) et « Ne faire aucune faute. » Tout est dans "généralement".En général, tout pays a des grandes villes (sauf l'Islande), mais une seule capitale.La Mongolie du temps

Pour le retour des chevals

On sait la difficulté des jeunes enfants à intégrer la règle du pluriel des noms en "-al". Prenons le cas du cheval. Il est vraisemblable qu'il y a là, pour les gones de Lyon et les poulbots de Paris, plus qu'un changement de flexion : un changement d'espèce. « Ah, j'ai vu des chevals ! – Non,on dit « des chevaux ». – Ah bon ! pourtant