Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Michel Castanier

Ses blogs

L'impeccable Michel Y Castanier, prix Auguste – Écrits loufoques et pathétiques

L'impeccable Michel Y Castanier, prix Auguste – Écrits loufoques et pathétiques

L’abnégation, l’altruisme et l'amour m’auraient signalé à l’attention de mes semblables si j'avais eu des semblables.
Michel Castanier Michel Castanier
Articles : 1652
Depuis : 06/01/2015

Articles à découvrir

ORION – IV Le Baiser de pierre 1

ORION – IV Le Baiser de pierre 1

[Auteur de l’image introuvable] Le Baiser de pierre 1 Il y eut dans la nuit de notre arrivée à la propriété une tempête digne du mont Sinaï, qui ravagea tout le territoire. Le pays avait « souffert ». Pylônes à haute ten sion renversés, forêts déracinées, routeurs déroutés, voi tures envolées sous un coup de vent, débordements d
ORION – III Clair-obscur 2

ORION – III Clair-obscur 2

3 Le domaine était un héritage familial. La contri bution de Fernand Kaspar en tant que dernier de la lignée relevait de la promotion publicitaire : la Beauté de la pomme. Son histoire. Ses usages. Ses bienfaits. Il y mettait l’esprit qui lui man quait dans les autres cir constances de sa vie. Nous étions sur la terrasse qui donnait vers le
ORION – IV Le Baiser de pierre 3

ORION – IV Le Baiser de pierre 3

[Kai Samuels-Davis] 5 Mais j’oublie la morte qui rêvait sur la ter rasse. Kevin se dé voua pour prendre le 4/4 du domaine et aller prévenir la gendar merie. Le village de Merluchon et sa célèbre cave vinicole n’était pas si loin. Même de Chine, d’ailleurs, où le vin, après un passage dans les vignobles borde lais, était traité avan
ORION – VI En tout cas 2

ORION – VI En tout cas 2

[KriSoft] 3 Ce qui nous fut appris par Kevin, effrayé, dépassait l’enten dement. Le vil lage était vide. – Absolument vide. Abandonné comme un voilier dans le Triangle des Bermudes. Les cafés encore fumant dans les tasses entraperçues par les fenêtres, le four à bois du bou langer tout chaud, le Cybercafé du bistrot du Platane désert.
ORION – III Clair-obscur 3

ORION – III Clair-obscur 3

5 – J’ai bon espoir dans un nou vel in secticide pour le traitement de mes arbres frui tiers, nous disait ce soir-là le maître du verger. Nous écoutions avec un intérêt modéré, à tort. Je ne trahirai pas votre confiance en discourant à mon tour de l’exal tante culture des arbres fruitiers et petits fruits, d’autant qu’après tout
ORION – V Malgré tout 2

ORION – V Malgré tout 2

[Auteur de l’image non identifié] 3 À ma grande surprise, Claire se mit à chercher un peu partout ce qu’elle appelait « des indices » : elle tourna autour du cadavre, puis tourna sur elle-même, comme un toton, mais pas n’importe comment. Elle finit par dé couvrir un marteau taché de sang dans une amphore sous la terrasse. Le mar teau
ORION – VI En tout cas 1

ORION – VI En tout cas 1

[Otto Dix] En tout cas 1 Une écharpe de laine blanche flottait au cou du Mont blanc, si frileux. Les branchages des pommiers avaient un léger flux et reflux un peu maniéré, une sorte de danse aérienne assez absurde. La Nature n’avait pas dû remarquer la morte. Si les sièges alen tours du corps étaient vides sur la terrasse de l’horizon
ORION – VI En tout cas 3

ORION – VI En tout cas 3

[Auteur de l’image non identifié] 5 Nous avions décou vert avec le Web la bê tise et l’inculture de ceux que nous pensions nos contemporains. Même en les admet tant desservis par leur maladresse en ex pression écrite, ils n’étaient tout de même pas pour rien dans les convul sions de haine et le libre ruissellement du Mal – et pire qu
ORION – V Malgré tout 1

ORION – V Malgré tout 1

ORION – V Malgré tout 1 Malgré tout 1 – La position du corps n’est pas celle d’une chute, dit Claire. – Qu’est-ce que tu en sais ? – Deux étages ne suffisent pas à briser un visage. Il n’en est pas un qui n’ait levé la tête, à part le meurtrier, sans doute, j’avais moi-même le nez en l’air. En regardant avec tout le mo
ORION – IV Le Baiser de pierre 2

ORION – IV Le Baiser de pierre 2

[Christina Bothwell] 3 La flaque de sang qui auréolait les cheveux de Marie rappelait un test de Rorschach. J’y voyais une pieuvre inamicale et stupide. Un tentacule menaçait mes sneakers. – La mort n’est pas contagieuse, remarqua Léo. – Si, dit quelqu’un. Léo Molassol s’était penché et secouait doucement l’épaule de Marie, com