En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

lmvoyager

lmvoyager

Etudiants aimant voyager, nous voulons faire découvrir et partager nos voyages et nos bons plans.

Ses blogs

LM Voyager

LM Voyager

lmvoyager.over-blog.com
lmvoyager lmvoyager
Articles : 396
Depuis : 07/06/2010

Articles à découvrir

Du temps des affaires

Du temps des affaires

Il est assis sur le parapet, le vieux Jean. Face à la mer, il gémit parfois, en pensant au bon vieux temps. Quelques années auparavant, le commerce tournait, la ville vivait, Jean s’affairait et Le Croisic commerçait dans un mouvement perpétuel, qui s’arrêtait à peine la nuit et repartait de plus belle au petit matin. Parfois, il a un pi
Pour la postérité

Pour la postérité

Habituellement, les après-midi étaient splendides. Celui-ci ne dérogeait pas à la règle. Passer l’hiver ici constituait une sorte de refuge. Contre le froid. Contre les mauvaises pensées. Liégeard l’avait toujours entendu ainsi. A l’été les campagnes vigneronnes et la quiétude du monde paysan ; à l’automne et au printemps la vie
L’amertume des oranges

L’amertume des oranges

Assis sur le sol en terre battue du patio de sa très modeste maison, Abd al-Rahim comptait les oranges. Ce matin-là, il en avait ramassé une dizaine sur les arbres qui peuplaient la colline. Il irait les vendre dès l’après-midi pour quelques piécettes chacune. Abd al-Rahim avait faim, mais ce n’était pas une nouveauté. Chaque matin, une
A plat ventre

A plat ventre

Couché sur le dos, il avait le visage dans la pénombre. Etienne respirait doucement pour ne pas réveiller Jeanne, sa femme, et Baptiste, son fils, âgé de quelques mois seulement. Dans la nuit, c’était un concert de respirations douces, apaisées, régulières, qui marquait le temps comme une horloge qui, dans un souffle, dit le temps qui s
Jalousie mal placée

Jalousie mal placée

Le père n’est pas riche et la mère n’a pas plus de biens. La journée, ils triment, vaillants misérables, pour le manger des enfants. La mère est aux champs, dos courbé, dos cassé, outils sans âge dans les mains. Des pommes de terre, des haricots, des carottes, des choux. Tout pousse dans cette terre voisine du Lot, mais tout se mérite.
L’hiver au détroit

L’hiver au détroit

Depuis trois jours, le capitaine de vaisseau Werner Heinrich frappait à toutes les portes. Il avait même été admis dans le salon du capitaine du port, où il avait plaidé sa cause. Hélas, ses entreprises n’avaient pas connu le succès et, dès lors, le capitaine de vaisseau Werner Heinrich était condamné. Tout l’hiver, ils auraient à r
Un dimanche chez les ploucs

Un dimanche chez les ploucs

Comme tous les matins, le soleil se levait à l’est. L’ouest, lui, demeurait obscur : comme un souvenir caché très loin au fond de la mémoire. Accoudé au rebord de sa fenêtre, Yves regardait le jour paresseux se lever après les hommes. Il restait là de longues minutes, le visage immobile, les yeux grands ouverts et, à la bouche, une cig
La pièce justificative

La pièce justificative

L’assiette était fumante. Sitôt qu’elle fut servie, il se pencha dessus avec hardiesse et gourmandise et huma longtemps les effluves qui s’en échappaient. Les oignons, d’abord, attaquaient le nez. Puis la viande panée, et les carottes, et l’ail, et le bouquet garni qu’on déposait délicatement hors de l’assiette, et le fumet du v
La même raison

La même raison

En saisissant la bouteille, Domi la contracta si fort que l’eau glacée en jaillit et l’arrosa. Il eut un rire bref puis, terminant son geste initial, il but à petites gorgées. Derrière lui, Fernand, un autre maçon, lui demanda l’eau. Avec ses soixante-dix ans passés, Fernand était l’un des doyens du chantier. En donnant de son temps
Point de fuite

Point de fuite

Ce n’était pas le jour et ce n’était plus la nuit. Les mornes s’éveillaient dans la torpeur de l’aube. De leurs masses encore sombres jaillissaient les premiers cris de la nature : oiseaux, insectes et mammifères revenaient à la vie. Adossé à un arbre, les yeux encore clos mais les sens aux aguets, le jeune Mandingue essayait de se r