En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

lmvoyager

lmvoyager

Etudiants aimant voyager, nous voulons faire découvrir et partager nos voyages et nos bons plans.

Ses blogs

LM Voyager

LM Voyager

lmvoyager.over-blog.com
lmvoyager lmvoyager
Articles : 385
Depuis : 07/06/2010

Articles à découvrir

Le grand luxe

Le grand luxe

Laurent entre dans la grande baraque. Il a vingt ans. De taille moyenne, des yeux noirs et perçants, une barbe de quelques jours, drue, qui cache la saleté de sa peau, lui mange le bas du visage. Lui n’a pas mangé depuis deux jours. Ses parents le pensent étudiant. En droit ou en économie : son père ne sait pas vraiment. Sa mère le sait, e
Les pleurs inutiles

Les pleurs inutiles

Hormis le prêtre, deux nourrices seulement étaient présentes. On ne se déplaçait pas pour cela. De plus, l’heure était tardive et la lune était absente. L’âme avait certes été rappelée trop tôt mais le corps, lui, n’était même pas complètement formé. Ce qui gisait là, sous le linceul, tenait à vrai dire autant de l’homme q
Des hôtes de marbre

Des hôtes de marbre

Le souverain m’accueillit dans la cour d’honneur. Vêtu d’un brocart rehaussé de fils d’or, il portait en outre plusieurs bijoux d’or et d’argent, dont un sautoir aux maillons fins et auquel pendait un petit lion, d’or lui aussi. Il prit mes épaules entre ses mains. Je fis de même avec les siennes, sentant l’extraordinaire douceu
Autrefois suspendue

Autrefois suspendue

Le guide dit : c’est l’un des exemples les plus impressionnants que l’on trouve en France. Approchez-vous, n’ayez crainte : tout a été sécurisé. Ironiquement, on pourrait dire que c’est cette catastrophe – parce que c’est une catastrophe – qui a accéléré le développement des techniques qui ont été mises en œuvre un peu pa
A coup d’arquebuse, peine de gibet

A coup d’arquebuse, peine de gibet

Il pend depuis deux jours. Balancé par la brise fraîche et légère, le gibet grince méchamment pour qu’on ne l’oublie pas. Le chêne auquel appartient la branche sur laquelle est accrochée la cage de fer est magnifique. Dans le printemps naissant, de petites feuilles vertes, et de nombreux bourgeons annoncent l’éclosion de centaines d
La sittelle pour guide

La sittelle pour guide

Jetant un coup d’œil sur les cimes qui le dominaient, Ange aperçut une chose étrange. Surprise : c’était une sittelle. Le petit oiseau était difficile à observer. Le plus souvent, il se cachait du regard des hommes et on en parlait comme d’un vieux conte qui amuse les adultes et émerveille les enfants. Perchée sur la grosse branche d
Sauveur des imbéciles

Sauveur des imbéciles

Valentin émergea lentement d’un lourd sommeil. La porte de sa cellule allait s’ouvrir ; le grondement métallique de la serrure qu’on travaillait l’avait prévenu. Péniblement, il se redressa, passa machinalement une main dans ses cheveux et frotta de sa paume sa nuque endolorie. Trois soldats entrèrent. Le dernier d’entre eux brailla
L'exaction spéciale

L'exaction spéciale

Le lieutenant-colonel Müller regarde devant lui. Le corps immobile, il fixe la porte de bois sombre qui doit s'ouvrir d'un instant à l'autre. Autour de lui, aucun des officiers présents ne souffle mot. L'atmosphère est fraîche, à cause de cette matinée de novembre, à cause aussi de ce qui va être dit dans quelques minutes. Le lieutenant-co
La nuit du dragon

La nuit du dragon

La torche s’alluma instantanément. Un à un, ces petits brasiers portatifs s’illuminèrent et constituèrent bientôt, dans la cité de Joigny, une sorte de dragon fantastique. C’est d’ailleurs le souvenir qui devait rester aux enfants de la région lorsque leurs parents auraient à évoquer cet épisode. Une centaine d’hommes, qu’acco
La brume des années

La brume des années

Le vieil homme avait l’impression de vivre depuis des siècles. Sa barbe rousse avait blanchi et les quelques cheveux, clairsemés, sur son crâne, demeuraient solitaires depuis très longtemps. Ses mains arthritiques et ankylosées luttaient pour effectuer les mouvements les plus simples. Quant à son corps, il fonctionnait toujours, malgré la