Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

lmvoyager

lmvoyager

Etudiants aimant voyager, nous voulons faire découvrir et partager nos voyages et nos bons plans.

Ses blogs

LM Voyager

LM Voyager

Récits de voyage, fictionnels ou poétiques : le voyage comme explorateur de la géographie et de l'histoire.
lmvoyager lmvoyager
Articles : 483
Depuis : 07/06/2010

Articles à découvrir

Du berceau au trône

Du berceau au trône

Un enfant merveilleux et terrible vient de naître. On le baptise Tewdwr, ce qui se prononce à peu près Téoudour, et bientôt on ne l’appellera plus que Tudor. A la pointe de la péninsule dans laquelle il est né, il exige, à peine nourrisson, le lait du sein maternel. Aucune étrangeté ici, tous les enfants font cela. Mais l’enfant que l
A l’échelle d’une rue

A l’échelle d’une rue

Leroy ne doutait de rien, et surtout pas de lui-même. Ses études brillantes, sa réussite insolente aux concours d’entrée des grandes écoles et surtout ses premières expériences au sein des cabinets d’hommes politiques reconnus l’avaient convaincu qu’il était né pour être l’un de ceux qui, faisant les cent pas sur des tapis d’O
Le jugement dernier

Le jugement dernier

L’abbé n’attendait pas que le silence se fît. Bien au contraire, la salle capitulaire, pourtant pleine de coules noires, semblait même déserte. Et si le frère prieur qui prenait régulièrement la parole le premier n’osait cette fois-ci le faire, ce n’était pas la présence de son supérieur qui était cause de cela. L’abbé gardait
Prince charmant

Prince charmant

Il était une fois un roi déchu. Déchu de quoi, demandèrent ceux qui le recueillirent, car dans leur pays, on était roi de droit divin, et Dieu ne se manifestait point pour démettre Son ministre de ses fonctions. Mais, dans le pays de ce roi qui ne l’était plus, le roi était élu. Une assemblée de seigneurs choisissait celui qui, de faço
Chimères de guerre

Chimères de guerre

Dans l’embrasure de la porte, une main surgit puis se retire aussitôt. Elle frappe trois fois. Permission accordée. La porte s’ouvre sur le lieutenant Malone, vingt-quatre ans, états de service irréprochables. Face à lui, l’état-major britannique basé à Mons, presque au complet, est confortablement assis. Il est tard, et ces hommes im
Joyeuse exhibition

Joyeuse exhibition

Donnons ici description de la joyeuse entrée du roi Henri le deuxième en sa bonne ville de Rouen, et des esbatements que celui-ci y trouva, et spécialement de la présentation des indigènes d’Amérique dont la vue et l’entrain firent forte impression sur ceux et celles qui étaient présents. Voulons esbaudir le lecteur comme nous fûmes es
Les vaches d’abord

Les vaches d’abord

A tous ceux qui avaient bien voulu l’écouter, Pascal, qui se faisait appeler depuis peu Egalité, avait assuré que, d’ici le coucher du soleil, on se saoulerait de vin de messe. Son prêche sur la place de Lavaudieu avait convaincu quelques hommes mal dégrossis qui allèrent ainsi, gaillards et orgueilleux, réclamer à l’abbaye ce qui leu
Où l’éden

Où l’éden

Au commencement était l’horizon : ligne droite que rien ne venait troubler ; ni chose bâtie, ni navire, ni mirage qui abreuve habituellement les espérances. Étrange concept que cette ligne que l’on poursuit sans pouvoir l’atteindre. L’expérience de la rotondité démontre une absurdité fondamentale : aller plus loin équivaut, à un m
Dans l’abîme une lueur

Dans l’abîme une lueur

Dans le geste tremblant de ceux qui sont usés, Martin saisit une feuille qui volait au gré du vent. Quelques secondes durant, il avait observé son balancement, ses hésitations, comme si l’objet, soudainement animé, cherchait quelque endroit familier pour se poser. La portant à son regard, Martin vit que la feuille provenait de sa boutique.
Au hasard d’une halte

Au hasard d’une halte

L’aubergiste remplit le verre d’un vin clairet et jaugea son client, qu’il ne connaissait pas. Probablement celui-ci était-il de passage, faisant halte à Vignory sur la route de Nancy ou bien sur celle de Paris. Ce voyageur avait le regard perçant et l’air hautain ; comme il n’arrêtait pas de se masser le bras, l’aubergiste lui dema