Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Ben

Ben

Tags associés : critique

Ses blogs

Lait Caillé Du Cinéma

Lait Caillé du Cinéma est un blog sans prétention qui parle de films, de films, de films et aussi de séries. J'espère que vous prendrez plaisir à le lire comme j'aurais plaisir à vous lire.
Ben Ben
Articles : 147
Depuis : 24/08/2011
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

The Office

The Office

Si vous m'aviez dit, alors que je commençais la série il y a peu, que The Office deviendrait une référence absolue du petit-écran je vous aurais ri au nez. Et il y a bien une raison à cela, c'est que la série ne se juge pas, même ne s'apprécie pas au sortir de premiers épisodes un peu timorés. Sa valeur, comme celle d'un ami, qui de la s

Merci les 90's

Bonjour tout le monde ! Un petit message pour vous signaler l'existence d'un super tumblr sur la décennie 1990, c'est drôle, intéressant, et il y a énormément d'articles. C'est par ici : Merci A très vite
Django Unchained

Django Unchained

Après avoir longtemps tourné autour du genre, pour ne pas dire du pot, Tarantino livre enfin son western. On sait depuis longtemps qu'en tant que cinéphile, c'est, de loin, son genre préféré. De la crasse assumée des westerns spaghettis (le générique d'introduction tout dirty, j'adore) à la classe des opéras sauvages de Leone, on parcour
Killing Them Softly

Killing Them Softly

Après un brillant Jesse James, qui alliait une esthétique lumineuse à un réel travail sur la psychologie des personnages, la déception est lourde. En voyant Killing Them Softly, on a bien du mal à saisir la parenté avec le précédent film de Dominik, excepté si on le considère cyniquement comme son revers, ce qui n 'est pas forcément hor

This is the end... or not !

Ce n'est même pas un aurevoir, le blog change de plateforme. Retrouvez Lait Caillé du Cinéma sur Wordpress à cette adresse : https://laitcailleducinema.wordpress.com/ Merci
The Master

The Master

The Master, et c'est l'apanage des grands films tels que je les perçois, cache derrière sa perfection esthétique, sa classe et sa mise en scène d'une précision horlogère, des tournures narratives un peu moins orthodoxes, pas moins mathématiques ou moins bien ficelées — ce serait même l'inverse si le film n'avait pas une forme aussi exqui
Les amis de Merci 90's !

Les amis de Merci 90's !

Si l’on devait citer une personnalité marquante du cinéma US des années 90, ce serait certainement Quentin. Je me permets de l’appeler par son prénom, non pas que je le connaisse personnellement ou pour faire branchouille, mais parce que c’est le genre de type qu’on voudrait avoir comme pote. Apôtre de la coolitude, il pratique un cin
Les Bêtes du Sud Sauvage

Les Bêtes du Sud Sauvage

Voilà maintenant un petit moment qu'on a appris à se méfier du label "film indépendant", sorte de mouvance anti-mainstream qui a fini par répondre des mêmes syndromes de formatage artistique — ce n'est plus seulement le peu de moyens qui les réunit, c'est aussi et malheureusement, la manière de les utiliser. Les Bêtes du Sud Sauvage fait
The Dark Knight Rises

The Dark Knight Rises

Je partais conquis. Mes incursions de plus en plus fréquentes, intéressées et donc proportionnellement critiques dans le monde du 7ème art n'avaient pas écroulé la statue Nolan, peinaient-elles déjà à l'éroder. Le premier volet était bancal mais intéressant dans son parti-pris de refonder entièrement un mythe déjà bien manipulé —
Friend

Friend

Grandement inspiré des Affranchis, que ce soit dans l'histoire d'amitié impossible ou dans la mise en scène Scorsese pur jus — ou encore parce qu'un mec passe le film à pencher la tête et plisser le front pour se la jouer Bob De Niro — Chingoo perd en cynisme typiquement coréen ce qu'il gagne en interprétation libre de Goodfellas. Les qu