En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Laëtitia

Laëtitia

Jeune femme simple. J'écris par amour des mots et par envie surtout. C'est comme une drogue, mais douce. Mes publications : -Le roman du temps qui passe, éd. Joseph Ouaknine, 2011 (www.ouaknine.fr) - Entendez-vous...cette chaleur jaune ?, éd. Clair de plume 34, 2012 (plus d"'éditeur, épuisé) - Hist
Tags associés : recit, poeme

Ses blogs

Le blog de Laëtitia

Le blog de Laëtitia

Bienvenue dans l'univers de mon blog où la poésie, les récits et les contes se mêlent !!
Laëtitia Laëtitia
Articles : 301
Depuis : 03/02/2012

Articles à découvrir

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

Dernière feuille morte,sur le trottoir glisse,poussée par la brise doucecomme un vieux soldat rampantsur le champ de bataille désormais silencieux.Sa rumeur comme un froissementchuchote la mort de l'hiver. *** La maison a changé.Le soleil inonde les pièces,premières fleurs dans le vase bleu,les mouches s'invitent et dansent dans l'air,par les
LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

Silence troublé, Le silence, étiré comme un élastique entre apaisement et tourmente à peine un souffle, un vide sans nom un chuchotement étouffé des mots au fond de la gorge des larmes. Il pourrait nous aspirer... **** L'oiseau mécontent, Ce matin, à la fenêtre du toit, un oiseau tout trempé m'a regardé furibond. J'ouvrais juste la fen

La vieille qui tricotait des bulldozers

Elle en avait vu de l'autre la Marie, ma Mémé. Elle avait connu le guerre qui tua son Auguste, les Bosches qui campèrent sans gêne dans sa demeure, mettant les pieds sur la table, volant les poules, les œufs, les produits du jardin. Mais elle a tenu bon et aujourd'hui, elle sourit au soleil, sous son chapeau de paille un peu éliminé, elle b

Mon heure de petit pois

Soudain, devant sa majesté des lettres, je me suis senti petit, si petit. Avais-je alors rétréci ? Il me regardait de sa sagesse que je qualifiais de légendaire, derrière ses lunettes qui lui tombaient légèrement sur le nez. Son regard bleu acier aurait dû me faire peur mais j'y voyais étrangement là toute l'impressionnante carrière de l
LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

1. Le mouchoir blanc, dentelle tache un instant, grise et mouillée, l'au revoir incertain, le trouble au tremblement, le menton plissé, le sourire perdu; reste les cailloux après le point noir. 2. Le tas d'os s'ébranle. Des râles et des soupirs, des cris. Le soldat surpris, bondit, sa botte claque, ridicule; La peau retrouve les os, la chair,
LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

Rêver, un peu,juste ce qu'il fautet s'endormir au rêve satisfait. Effacer le réel... N'être plus que l'ombre de soi-mêmeou du moins ce qui devrait être. Et si l'éveil brise les possibles,grimper au sommet pour voirau-delà. *** Que cesse cette fenêtre entrouverte,ce n'est pas la liberté.Que cessent mes pensées,les murs les retiennent.A qu
Auteur de Franche Comté

Auteur de Franche Comté

Vous pouvez me retrouver sur le site de l'ACAI (association comtoise d'auteurs, indépendante) http://www.auteurs-comtois-acai.fr/aut-gand-a.html
LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

Redeviendrons-nous des enfants ? Au bout du fil, ta voix, toi, mon frère mais tu étais absent. Tu ne m'écoutais pas. J'ai continué mon monologue la peur au ventre de pleurer ; je ne voulais pas le faire au bout du fil. Je me suis sentie fragile, si malhabile, si bête au fond. Mes mots paraissaient bien stupides et si inutiles. Quand redeviendr

Une robe en rose

Une bouteille à la merengloutie par les flots,chahutée au hasardde sa course pris finéchouée sur un sable blond. Au soleil,le verre luisant,mouettes à l'aveuglette, rouspétant,coques toquent croyant à l'asilemais au demeure, rien ne bouge, ni ne s'ouvre,la sécheresse seule en partage. L'homme rêveur et solitairepas enfoncés,le regard sur
LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

LE CAPITAL DES MOTS - LAETITIA GAND

La vieille qui tricotait des bulldozers, Elle en avait vu de l'autre la Marie, ma Mémé. Elle avait connu le guerre qui tua son Auguste, les Boches qui campèrent sans gêne dans sa demeure, mettant les pieds sur la table, volant les poules, les œufs, les produits du jardin. Mais elle a tenu bon et aujourd'hui, elle sourit au soleil, sous son cha