Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
MichelDALMAZZO

MichelDALMAZZO

Lire, écrire, dessiner...
Tags associés : style

Ses blogs

Lire ou écrire, selon Michel DALMAZZO...

Textes écrits ou notés par Michel DALMAZZO pour la peine de les écrire ou le plaisir de les lire.
MichelDALMAZZO MichelDALMAZZO
Articles : 14
Depuis : 29/06/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

L'humour de nos maîtres (1/2)

L'humour de nos maîtres (1/2)

Il est évident que la vérité existe, car celui qui nie que la vérité existe concède par le fait même qu’elle existe; car si la vérité n’existe pas, ceci du moins est vrai: que la vérité n’existe pas. Or, si quelque chose est vrai, la vérité existe. Or Dieu est la vérité même, selon ce que dit Jésus en Jean (14, 6) : “ Je su

3 rue des Eglantiers (§2.La boule rose)

Voici la Boule Rose. C'est un immeuble de six étages, situé au numéro 3, en haut de la rue des Eglantiers. En haut… Pourtant la rue des Eglantiers n'est pas en pente, mais on dit le haut de la rue parce que le bas désigne la direction de la ville, et qu'en se rapprochant du centre ville, on a l'impression de descendre. Parce qu'il est plus ag
Le sang de nos maîtres (2/3)

Le sang de nos maîtres (2/3)

...le poing l'atteignit au visage, écrasa le nez, enfonça un oeil. Tout de suite, un jet de sang partit des narines, l'oeil enfla, se tuméfia, bleuâtre. Et le misérable, aveuglé par ce flot rouge, étourdi de l'ébranlement de son crâne, battait l'air de ses bras égarés, lorsqu'un autre coup, en pleine poitrine enfin, l'acheva. Il y eut un
L’humour de nos maîtres (2/2)

L’humour de nos maîtres (2/2)

Gregor s'orienta lentement vers la porte grâce au fauteuil, puis il le lâcha, se lança contre la porte, s'y appuya pour se redresser — les coussinets de ses petites pattes étaient un peu collants — et s'y reposa un instant de son effort. Mais ensuite il entreprit avec sa bouche de faire tourner la clef dans la serrure. Hélas ! il semblait

3 rue des Eglantiers (§1.Un mur)

Un mur, qu'il soit en béton, en papier, en bois, en tissu, en pierre de taille, en lauriers roses, en chair, en os ou en ratons laveurs, sait-on ce qu’est un mur ? Par exemple, un mur de béton. La connotation technique, chantiers, bottes, boues, camions, gravats, poussière, saleté, risque de rebuter. On aura peur de se salir. Ca manque de po
Le désespoir de nos maîtres (1/2)

Le désespoir de nos maîtres (1/2)

Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux: un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté; un temps pour tuer, et un temps pour guérir; un temps pour abattre, et un temps pour bâtir; un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lam
Le désespoir de nos maîtres (2/2)

Le désespoir de nos maîtres (2/2)

Être, ou ne pas être, c’est là la question. Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte? Mourir.., dormir, rien de plus... et dire que par ce sommeil nous mettons fin aux maux du coeur et aux mille tortures n

L’escalier

J’ai de la chance. Mon escalier est calme, ensoleillé, loin des labyrinthes pollués et surpeuplés du centre de la capitale. Les marches sont régulières, bien entretenues. La balustrade sûre, les gens sympathiques, respectueux des uns des autres. On peut compter sur eux si on a besoin d’une corde ou d’un peu de fil de fer. Un jour, on m

3 rue des Eglantiers (§3.La confusion)

Sur chaque palier, on peut compter quatre portes, de sorte qu'un calcul élémentaire, quatre portes sur sept niveaux dans deux bâtiments, donne 56 appartements, de deux à quatre pièces, cuisine, salle de bain et vue sur les fleurs voisines. 56 appartements. Soit un total d'environ deux cents personnes : à peine deux colonnes dans le botin, ou
Le sang de nos maîtres (3/3)

Le sang de nos maîtres (3/3)

Des milliers mourront, Des centaines de milliers, Des centaines de milliers d'hommes et de femmes mourront, la terre s'emplira de cris de douleur, de hurlements et de râles d'agonie, la fumée des bûchers voilera le soleil, la graisse des suppliciés grésillera sur les braises, l'odeur donnera le frisson et tout cela sera de ma faute, Pas de ta