En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

La danse du Cygne

La danse du Cygne

L'envie de mettre des mots sur mes maux m'amène à créer ce blog . Je souhaite ici partager quelques mots de poésie avec vous . En espérant que ce blog vous plaise :)
Tags associés : poesie

Ses blogs

 la danse du cygne

la danse du cygne

Des mots et des maux
La danse du Cygne La danse du Cygne
Articles : 22
Depuis : 06/03/2010

Articles à découvrir

                                           Le guerrier de la Lumière Paulo Coehlo

Le guerrier de la Lumière Paulo Coehlo

"Le guerrier de la lumière se comporte parfois comme l’eau, et il se glisse entre les nombreux obstacles qui parsèment sa route. A certains moments, résister signifie être détruit. Alors il s’adapte aux circonstances. Il accepte sans se plaindre que les pierres du chemin tracent sa voie à travers les montagnes. En cela réside la force de
Non sens

Non sens

En quête de sens, Je les vois , affolés Agités en tout sens Poursuivre un but désespéré ... Une véritable course au bonheur ! Dans les hauts parleurs , Matraquage de publicité . Des agneaux apeurés A la poursuite d'une lueur Dominés par leurs peurs Cavalcades de leur égo démesuré La soif de pouvoir comme seul jeu de clé . Des relation
Melancholia

Melancholia

Douce mélancolie Amie-ennemie Aujourd'hui , je ne fais plus ton apologie Trop présente , trop pesante Attrape ton fardeau Et fuis sur ce vieux radeau . Je t'ai beaucoup trop vu Tu me brises la vue . Toi , énergie malfaisante Telle une seconde peau plus qu'écrasante Tu as dressé un mur face au monde En m'enveloppant de ton ombre sombre .
Paul Eluard - je t'aime

Paul Eluard - je t'aime

Paul Eluard a écrit ce poème en hommage à Dominique , sa troisième compagne . Il est extrait du recueil " Le Phénix" paru en 1951 . "Je t'aime pour toutes les femme que je n'ai pas connues Je t'aime pour tous les temps ou je n'ai pas vécus Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud Pour la neige qui font pour les premières fleu
Boomerang

Boomerang

Sur la terre de nos ancêtres , Bercée par le vent , La quiétude m'envahissant , Merveille d'instants de joie . Je te sais , Un peu plus loin au bord de l'océan. Je t'aimerai près de moi à partager ce simple moment Sans prévenir.. Une douleur indéfinissable me fracasse la chaire. Mes larmes noyant mes yeux, Mon cerveau embrumé de tant d'ave
Le miroir de la conscience

Le miroir de la conscience

Simplement , Sans jugement , J' accueille ces instants de vie , L'extérieur ne m'atteint plus . Naturellement là , détendue , Sûre d'être sur le bon chemin Maître de mon destin Une nouvelle ère , un entre deux quelque peu inattendu ... Mes pieds trouvent enfin l'équilibre Pour avancer pas à pas
Mue

Mue

Le silence ..une porte vers la lumière.. Une vidéo qui me parle profondément Une chenille qui mue Qui se courbe et se plie et pourtant résiste aux vents Une chenille fragile Qui , chaque jour , davantage se grandit ..
Matinée glaciale

Matinée glaciale

J'aperçois cet homme tentant de fendre La masse de glace agglutinée Autour de son cargo ensommeillé... Ne sommes nous pas parfois Semblable à ce bateau ? Cloué au port depuis des mois En quête d'une nouvelle peau . Engluée dans les dédales de la pensée , Tant de choses accumulés Collant à nos pieds ,. Brise le miroir La clarté ;au fond
absence

absence

Laisser passer le temps Et fuir tes silences blessants Dont je ne comprends pas le sens Mon esprit n'est que pure effervescence.. Je jette par dessus bord toutes mes doléances , L'enclume au fond de l'océan.. En quête d'une nouvelle conscience . Mes yeux s'habituant à ton absence , Mon âme blessée cherchant la renaissance . Aujourd'hui , poin
Réveil

Réveil

"toc, toc" chuchote le présent "Je suis là , laisse moi un peu de place" L'avenir en lettres capitales tel un instinct viscéral Des souvenirs sagement photgraphiés Cloués au mur , abrogés A présent , le gout de la vie, je sens Belle au bois dormant enfin éveillée Sans l'aide du prince charmant . Quiité , son fardeau Plus légére , aujour