En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

MD

MD

Ses blogs

Cap sur les terres australes

Cap sur les terres australes

Un journal de bord austral. Embarqués à bord du Marion Dufresne, le navire qui réalise des campagnes océanographiques pour l'IPEV et ravitaille les îles australes françaises. Nous allons raconter notre quotidien: les 40èmes rugissants, Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam.
MD MD
Articles : 29
Depuis : 08/03/2010

Articles à découvrir

Port-Jeanne-d’Arc, de rouille et de gloire passée…

Port-Jeanne-d’Arc, de rouille et de gloire passée…

La maison est rouge, les pièces sont claires, les chambres s’appellent des « stue». Devant le petit ponton en bois, le fjord étale ses eaux calmes entre les îles. Des croix luthériennes sur la crête marquent les tombes d’un cimetière oublié. Dehors des treuils, des rails, des chaudières, des ateliers, nous sommes dans un village balei
Pafien d’un jour, pafien toujours

Pafien d’un jour, pafien toujours

Vues de Port-aux Français, la capitale de Kerguelen. Totoche. En réunionnais, ça veut dire quelque chose comme fin de soirée agitée. En pafien, ça veut dire centre du monde ou, plus modestement, place du village. Le pafien, c’est la langue de PAF (Port-aux-Français). Un mélange de toutes les langues que l’on parle ici : l’ornitho, le
En route pour l’Aventure

En route pour l’Aventure

Pas vraiment moyen de résister. Le tropisme naturel, le réflexe professionnel, on ne sait plus trop. En tout cas, dans le petit matin lumineux de Kerguelen, nos pas suivent directement la pente qui mène au port auquel PAF doit son nom. Le Breton est insupportable. Il suffit qu’il voit des laminaires, un quai et des goel’ pour entamer des com
Des mois après le retour...

Des mois après le retour...

Il nous a fallu revenir, reprendre le cours de nos vies et remettre pied à terre. Et comme un sas de décompression, un volcan islandais nous a offert quelques jours à la Réunion. Nous trois, incrédules après notre voyages, nos nouveaux amis, tout juste revenus des îles, qui se réhabituent doucement à la vie d'ici... Il a fallu rentrer en m
La bande dessinée de Manu sort chez Futuropolis!

La bande dessinée de Manu sort chez Futuropolis!

Et voilà, après des mois de labeur, la magnifique bande dessinée de Manu sera disponible à partir du 10 mars! http://www.futuropolis.fr/fiche_titre.php?id_article=790085 En attendant la bande dessinée, un excellent reportage sur le livre de Manu à la une de Casemate J'en profite aussi pour vous recommander un passage sur le nouveau site de Fr
Sur la terrasse d’un jardin austral

Sur la terrasse d’un jardin austral

Jamais nous n’aurions pensé que la vue d’un arbre pouvait autant nous émouvoir. De l’herbe, des fleurs, des paysages qui rappellent la Provence, un air sucré et la veste polaire abandonnée au fond du sac. Personne ne va nous faire croire que l’on est dans les terres australes. Et pourtant. Le cratère Antonelli. Sur l’héliport d’Am
Une chronique sympathique ;-)

Une chronique sympathique ;-)

Depuis quelques semaines, il y a eu pas mal de chroniques sur le livre d'Emmanuel. Grâce à elles (en plus du talent de Manu évidemment), Le voyage dans les Iles de la Désolation a rencontré un large public et le livre doit déjà être retiré! Abusant de mon privilège d'administrateur de ce petit blog, je voulais remercier mon ami Antoine d'
Saint Paul, pour ne pas les oublier

Saint Paul, pour ne pas les oublier

Voir Saint-Paul et se souvenir. De ces femmes et de ces hommes, qui, dans les années 30, sont venus de Concarneau, plein d’espoir pour ouvrir une usine langoustière, posée sur les rebords du cratère effondré de l’île Saint-Paul. Se souvenir de la « Langouste française », du rêve des frères Bossière qui s’est terminé en cauchemar.
Revenir à l’essentiel

Revenir à l’essentiel

« Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait ou vous défait. » Nicolas Bouvier, L’usage du monde. Il y a des endroits d’où l’on sait que l’on peut revenir meilleur. Des lieux où l’on revient à l’essentie