En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jean-Raoul Boulanger

Jean-Raoul Boulanger

Penseur libre et non le contraire (libertaire)

Ses blogs

Le journal de JR

Le journal de JR

Vie et pensées d'un marginal banalisé
Jean-Raoul Boulanger Jean-Raoul Boulanger
Articles : 31
Depuis : 05/12/2014

Articles à découvrir

Moi, pas assez !

Moi, pas assez !

En moi, au tréfonds de cet ego absconsC’est le mystère le plus confusNi la psychologie, ni la psychanalysePeut-être la psychiatrie… éclaireraCette petite flamme qui brûle de désirDésir de tout et de presque rienMais pour nous-mêmes, qui sommes-nous ?Ce nous qui n’est pas/plus tout à fait soiCette ombre de la personnalité qui singe n
Élémentaire…

Élémentaire…

"Toi qui sur le néant en sait plus que tous les morts" (Mallarmé, , Poésies) Tout(e) femme ou homme doit d’abord être,et non faire,sa Révolution, sinon rien !Le citoyen n’est qu’une conséquence de cet axiome.Quant au « patriote », un incident corrélatif.L’existence n’est qu’une dialectique historiqueet non politique.La dialect
Les mots assassinent et nous avec

Les mots assassinent et nous avec

Les mots sont les passants mystérieux de l'âme. Victor Hugo Et si notre malaise [national] n’était qu’un état muetNous vivons une époque formidableEt personne, exceptée notre élite, ne le saitni n’en a conscience.Oui ! Le progrès, toujours le progrès et encore lui !Il va nous sauver.Demain plus de fioul, plus du nucléaireLa parole p
Souvenirs… souvenirs…

Souvenirs… souvenirs…

La Ligue universelle du Bien public, tout un programme ! C’est un cimetièreun tout petit coin de FranceDans un village sur la côte picardeIci-bas (*) y gisent 842 Chinoisunis dans une mort sur le sol françaisEux ces gens modestes ignorant le tourismeMorts, presque assassinéspour une guerre (14-18)qui était le cadet de leurs soucisNon ! Pas
Fainéantise…

Fainéantise…

Sans trêve et cent rêves Farniente, nonchalance, paressevoire laisse-allerIl y a un temps pour tout !Alors pourquoi cette condamnable voluptédu « ne rien faire » ?juste le minimum vitalpour ne pas s’éteindre et encore !Plutôt, sagement être las plus que paraîtreEn tapinois faut-il vivrepour ne pas être coupabledont on ne sait de quelle
À la ville et à l’univers

À la ville et à l’univers

à la sortie d'Amiens ouest Ce soir, j’ai rêvé tout hautet tout seulJ’ai rêvé d’un monde qui n’existe plusEt probablement n’a-t-il jamais existéautre part que dans mes rêves de gaminPourtant enfant de chœur, jamais !Mais mon cœur est toujours demeuré puérilDe l’innocence du rêveAu supplice du cauchemarJ’ai emprunté les rue
La politique à l’encan

La politique à l’encan

La Flamme de la Résistance ne doit pas s'éteindre, elle ne s'éteindra pas. Général De Gaule (juin 1940) Notre personnel (sic) politique est vainLa France, parlons-en ! Et les Français, alors !Le pouvoir et/ou le fricDe fait les deux !Voilà ce qui motive nos « camelots » républicainsMenteurs, comme des arracheurs de dentsavec une camelote
Le silence de la parole

Le silence de la parole

Et sil le silence était le mot… ultime (JrB) Ou bien la parole du silenceJe ne sais plus, mais n’ai-je jamais su ?Et si l’on ne sait pas, on ne peut jamais… Rien ! Les mots sont là qui se taisentLe silence de la parole est muetalors que celui de l’écrit est buvardOn boit les paroles comme on avale l’apéroMais on lit les mots comme o
Vagabond un jour…

Vagabond un jour…

L'Enfant est-il mort-né ? Ah ! Ces clochards célestesQui vivaient au firmament de la pauvretéLes douze ou treize apôtresPas de Juda chez les démunisL’égalité dans la misèreEt le plus vrai des vrais…N’était ce roi ?Jésus de Nazareth, roi des juifs (INRI)* Lui qui chassait les marchands du TempleQui prêchait la bonne paroleCes vagabo
Les quat’ saisons et autan en emporte le vent

Les quat’ saisons et autan en emporte le vent

Le temps nous fuit et nous fuyons le temps Ah ! le temps !On ne sait jamais si c’est celui de la duréeou celui de la météoQuel temps fait-il ?Il fait l’automneQuel âge avez-vous ?J’ai tout juste le temps de l’automne !Le temps, c’est une journée pluvieuseou une journée ensoleilléeC’est comme l’âgeL’enfance, c’est le printe