Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jean-Raoul Boulanger

Jean-Raoul Boulanger

Penseur libre et non le contraire (libertaire)

Ses blogs

Le journal de JR

Le journal de JR

Vie et pensées d'un marginal banalisé
Jean-Raoul Boulanger Jean-Raoul Boulanger
Articles : 47
Depuis : 05/12/2014

Articles à découvrir

Sans foi ni toi(t)

Sans foi ni toi(t)

Le saule pleureur, oui ! Oui, mais pourquoi ? L’âme… mon Dieu (!) N’en ai-je jamais eue ? Chi lo sa ! De l’esprit ? Pourquoi pas… Mais alors tout simple Croire d’abord en-soi L’Autre-moi est toujours plus palpable Parce que jamais ni là ni ici Juste à côté Et qui sans cesse se dérobe Un pâle reflet éthéré Au crépuscule vita
Pourquoi pas ?

Pourquoi pas ?

Entre le ciel et la terre, il n'y a qu'une demeure temporaire (Bouddha) Le mystère, il est là… là où l’on voit tout Ce tout que jamais rien n’exprime Il est l’univers d’un plein du vide de l’infini La terre est une poussière micro-cosmique À peine comique Dans l’immensité de la vacuité stellaire Et nous n’en sommes que l’u
Tout juste avant l’après

Tout juste avant l’après

Le masque et la plume Mon Dieu (sic) ai-je une âme ? De l’esprit, peut être ? Encore n’est-ce point… certain Croire en soi Déjà est-ce si évident ? L’autre en face est plus charnel Même et plus que tout, il est là Aussi évanescent soit-il Il a toujours été là Et surtout Jamais le même ! On se l’approprie comme un objet… Pens
Faites vos jeux ! Rien ne va plus…

Faites vos jeux ! Rien ne va plus…

Le luxe du superflu est un pléonasme Et si l’humain n’était qu’un superflu cosmique faute d’être comique Un aventurier du presque rien et qui ‘‘croît’’ être presque tout. C’en est plus risible que dramatique Il se confie au hasard d’une société (?) à quelque divin messianique et/ou politique Et s’étonne d’une Terre
Poussière

Poussière

Le clown est à moitié triste Poussière tu es… Qu’une poussière d’éléments nous sommes L’esprit en sus Et encore ! On parle toujours trop ! La langue d’Ésope « mère de tous les débats et source de toutes les guerres » Et tout cela pour ne rien dire ou si peu Humain, trop humain mais pas assez bête Notre élément élémentaire
Presque rien, c’est mieux…

Presque rien, c’est mieux…

Le clown est le clone naturel de l'humain... Mieux, c’est quoi ? Certes, écrire pour ne rien dire, ce n’est jamais dire rien. Ce rien peut signifier beaucoup. Et beaucoup plus que ce pas-grand-chose Le tout suffisant, trop ! Alors que le rien, c’est l’opposé ; Le rien est infini, l’incommensurable et comme de trop, pour un peu, il absor
Nowhere else in the world (Nulle part ailleurs)

Nowhere else in the world (Nulle part ailleurs)

Le bonheur égaré sous la... couette That’s how life goes To be or not to be ? Now ! Here you go ! ! Tomorrow or today You’re still alive To be something Or no one else Or almost nothing ! Never, ever, ever… But just me… Nulle part ailleurs Ainsi va la vie Être ou ne plus être ? Maintenant ! Tiens ! ! Demain ou aujourd’hui Toujours en
Chronique d'un temps dé-passé

Chronique d'un temps dé-passé

La relativité [du mot] La relativité du mot, juste après le silence : c’est le mal dans sa plénitude. Aussi ne doit-il [le mot] intervenir que dans l’absolue nécessité et l’impérieux besoin d’une expression vitale. Qu’elle soit orale ou verbale ! Tant et si bien que ce n’est pas sept fois qu’on doit tourner sa langue dans sa bo
À vau l’eau

À vau l’eau

Auprès de "mon" arbre... La plume se délite et le cœur bat au rythme des tambours urbains La campagne se meurt et nous avec Les écritures sacrées deviennent immatures La parole se fait muette trop longtemps d’avoir été bavarde La pie chante et nous pleurons Les blés ne poussent plus ils sont normalisés et garantis pur OGM La vie aussi es
Savoir-vivre

Savoir-vivre

La mémoire, c'est du passé défiguré N’en parlons plus ! La vie, elle est là, hic et nunc La vie, elle est partout. Ni belle ni moche Ici, heureuse et autre-part malheureuse La vie, c’est l’esprit démesuré et démagogue Faute de savoir, elle en oublie de (se) vivre Elle est le moment d’avant et celui d’après Un minime instant de ce