En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jean-Raoul Boulanger

Jean-Raoul Boulanger

Penseur libre et non le contraire (libertaire)

Ses blogs

Le journal de JR

Le journal de JR

Vie et pensées d'un marginal banalisé
Jean-Raoul Boulanger Jean-Raoul Boulanger
Articles : 34
Depuis : 05/12/2014

Articles à découvrir

Une fois… poète, toujours

Une fois… poète, toujours

Est-ce l'arbre ou la forêt qui se cache réciproquement ? Faute d’être poète, il faut savoir l’être pour soi La poésie ne se déclare comme telle Ni même ne se décrète-t-elle Elle se vit au quotidien et se pense Pour mieux se réfléchir dans le miroir de nos visions Elle se tait parce qu’elle, seule, sait... La poésie existe avant d
Humain… Trop !

Humain… Trop !

L'enfance, c'est l'innoncence du goût (coût) de la... vie Un de ces quatre… un de ces jours Je quitterai ce monde Que restera-t-il de ce court passage À l’échelle du temps cosmique ? Presque rien durant un instant Et rien du tout un peu plus tard Dans « Les siècles des siècles » Je partirai sans regret… Enfin ! Presque Ce monde a comm
Pensées absconses

Pensées absconses

Pour la fleur, la beauté est nécessaire, mais le regard l'affadit Pensées friponnesJuste un baiser voléInstant éternel Un moment se tairePour écouter le silenceEt oublier la parole Quand Je ne pense rienTout est déjà làSi proche et éloigné Pourquoi toujours survivreL’éternité fatigueJusqu’au moment fatal Nul destin ni voie tracée
Trois petits mots, puis s’en va

Trois petits mots, puis s’en va

Quand les mots nous manquentMieux vaut se faire la malleLe mal de mer avec de mots qui s’entrechoquentDe là ! Tant de nos maux se gaussent de nousIl y a ces mots qu’on n’a jamais ditspar peur du ridiculepar crainte de l’audaceIl y a les autresles maux de l’esprit affûtés comme une lameLe mot de l’ âme qui trancheEt les mots qu’on
La vie à l’envers et contre tout

La vie à l’envers et contre tout

Ah ! Nostalgie…Depuis le débutdepuis la fin de l’enfanceEt si on s’était trompéà moins que… on ne nous ait abusésfaute de nous amuserEt si la vieCelle-ci et pas une autre !n’était que songe et mensongeOn vit comme ci et comme çaEt on ignore même si c’est vraiFantôme à nous-mêmesreflet spéculaire d’une innocenceteintée d
Testament in vivo

Testament in vivo

Rêveries erratiques noctambules Je crois et je crains (sic) de toujours avoir été… un nostalgique Déjà, petit enfant, j’avais cette nostalgie du futur et maintenant, c’est la nostalgie de la nostalgie Ce pays lointain qui ancre nos désirs avec des rêves tout simples Rien d’autre que le mal inextinguible de l’enfance Une enfance qui
Rêve d’enfant

Rêve d’enfant

Le matin est le moment où l'esprit s'endort Nul de besoin de paradis,ni artificiel ni divin et moins encore outre-tombe. Au moins mort qu’on me fiche la paix !J’ai juste besoin d’un pied-à-terreà ma modeste mesure,là est le paradis sur terre humain et pas trop (Nietzsche). Finalement, j’ai été un… artiste de ma vie.Tout juste m’a-
Amor fati & carpe diem

Amor fati & carpe diem

A vouloir être partout, on finit par être... nulle part Tout et tout de suite Immédiatement ! On n’a plus le temps d’attendre et d’ailleurs qu’attendrait-on ? Le lendemain, alors que la veille, déjà ! Les lendemains ont toujours été de veilles avant d’être des avant-veilles, and so on On est forcément condamné à perpétuité L
Errare

Errare

No comment ! Oui ! Errare humanum est Pardonnable,L’humain est faillibleC’est sa conditionMais le maître de l’univers Himself, Dieu ?Quelle erreur impardonnableDe n’avoir créé l’humainÀ son image infaillibleLa Nature, si belle en soiVierge de la cupidité humaineCela aurait suffit au CréateurPuis est arrivé l’animalPrédécesseur
Home spirit

Home spirit

L’être humain confronté à lui-même L’esprit est notre raison, faute d’être parfois notre maison Le corps, soma : enveloppe charnelle se confond à être notre ego sempiternel Autrement, mais si indifférent et pourtant ô combien inhérent Nous ne vivons que nos rêves qui jamais sans trêve Ne sont que mirage pas même à notre image Id