Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Jonathan

Jonathan

Petit poète belge qui a le grand désir de devenir un bon auteur et qui sait peut-être un jour aussi un écrivain "reconnu". Si mes modestes poèmes vous plaisent laissez moi un commentaire. Grâce à vos lectures mon rêve d'être édité se réalisera peut-être.

Ses blogs

Quelques bouteilles

Quelques bouteilles

Quelques uns de mes poèmes et de mes textes préférés, toujours tournant autour du thème de l'Amour.
Jonathan Jonathan
Articles : 150
Depuis : 16/11/2006

Articles à découvrir

Envie de lire? "Les 20.000 Femmes de la vie d'un homme" de G. Osmonde

Envie de lire? "Les 20.000 Femmes de la vie d'un homme" de G. Osmonde

Une lecture palpitante, excitante et intéressante. - Il y a dans ce livre une atmosphère érotico-pornographique constante autour de l'histoire de la vie d'un homme. - C'est l'histoire d'un malaise inavoué d'un homme envers les femmes : il tente de se libérer de ce malaise (en réalité, une peur de la beauté féminine qu'il ne se sent pas à

Etre payé pour lire

Vous pouvez désormais lire mes écrits, poèmes, articles et être payés pour les lire sur la page suivante: http://www.laguerredesmots.com/Lire/index.html?q=bathipsy Vous pouvez aussi y écrire vos propres textes et être payés s'ils sont lus. Je me ferais un plaisir de lire vos textes sur ce site et vous faire gagner dans l'argent... Pour cela

Jules Breton - Aurore

Un petit clin d'oeil... La glèbe, à son réveil, verte et toute mouillée, Autour du bourg couvert d'une épaisse feuillée Où les toits assoupis fument tranquillement ; Dans la plaine aux replis soyeux que rien ne cerne, Parmi les lins d'azur, l'oeillette et la luzerne, Berce les jeunes blés pleins de frissonnement. Sereine et rafraîchie aux

Jules Barbey D'Aurevilly - Je vivais sans coeur...

A***. Je vivais sans coeur, tu vivais sans flamme, Incomplets, mais faits pour un sort plus beau ; Tu pris de mes sens, - je pris de ton âme, Et tous deux ainsi nous nous partageâme : Mais c'est toi qui fis le meilleur cadeau ! Oui ! c'est toi, merci... C'est toi, sainte femme, Qui m'as fait sentir le profond amour... Je mis de ma nuit dans ta bl

Théodore Agrippa d' Aubigné - Nos désirs sont d'amour la dévorante braise

Nos désirs sont d'amour la dévorante braise, Sa boutique nos corps, ses flammes nos douleurs, Ses tenailles nos yeux, et la trempe nos pleurs, Nos soupirs ses soufflets, et nos sens sa fournaise. De courroux, ses marteaux, il tourmente notre aise Et sur la dureté, il rabat nos malheurs, Elle lui sert d'enclume et d'étoffe nos coeurs Qu'au feu t

Claude-Joseph DORAT - Le baiser du matin

Les étoiles brillaient encore : A peine un jour faible et douteux Ouvre la paupière de Flore, Qui, dans ses bras voluptueux, Retient l'inconstant qu'elle adore. Le souffle humide d'un vent frais Effleure les airs qu'il épure, Soupire à travers ces bosquets, Et vient hâter par son murmure Le chant des hôtes des forêts Et le réveil de la natu

F. Davy du Perron : "Quand l'infidèle usait envers moi de ses charmes"

Quand l'infidèle usait envers moi de ses charmes Quand l'infidèle usait envers moi de ses charmes, Son traître coeur m'allait de soupirs émouvant, Sa bouche de serments, et ses deux yeux de larmes, Mais enfin ce n'étaient que des eaux, et du vent ! Elle jurait ses yeux, lumière parjurée, Et ses yeux consentaient à l'infidélité, Que notre

Charles Baudelaire - Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne

Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne, Ô vase de tristesse, ô grande taciturne, Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis, Et que tu me parais, ornement de mes nuits, Plus ironiquement accumuler les lieues Qui séparent mes bras des immensités bleues. Je m'avance à l'attaque, et je grimpe aux assauts, Comme après un cadavre un choeu

Analyse de l'oeuvre de Caryl Phillips Heartland in Higher Ground

A story of loss: link between initial loss, loneliness and life changes in Caryl Phillips's Heartland, first part of the novella Higher Ground Introduction Through the majority of Caryl Phillips's novels, the theme of the loss is nearly each time exploited. His characters frequently suffer an initial loss which causes a spate of other losses all st
Françoise Dorner "La douceur assassine"

Françoise Dorner "La douceur assassine"

(...) Je me suis retrouvé seul avec Pauline. Une gêne nouvelle pesait entre nous. Il fallait se dire au revoir ou trouver un prétexte pour prolonger la journée. (...) À dix-neuf heure sept, mon rêve s'est écroulé. Un jeune homme a traversé la rue et a embrassé Pauline dans le cou. Elle a fait les présentations. (...) Je l'ai détesté to