Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
ANNICK DURAND

ANNICK DURAND

J'écris dans cet art nouveau, pour moi, avec une palette couleur amour, joie, humour, folie, réflexion et sensualité. Ce tableau littéraire, je vous l'offre.
Tags associés : amour, constat, famille, jeu de mots, nature, societe

Ses blogs

Mes Mots Fous

Textes illustrés de photos
ANNICK DURAND ANNICK DURAND
Articles : 73
Depuis : 27/11/2014
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Blond des blés beaucerons

Blond des blés beaucerons

Si tu étais une Botte de foin, je serai, à tes côtés, ton ballot guettant une tige qui bouge, admirant un épi qui pointe tel un sein. Soudain, dans un même tourbillon, nous serions corps à corps emportés par un tracteur à grande vitesse, déplacés, empilés et gardés collés serrés quelques mois. Puis, le moment venu, séparés, dérou
18 bougies d'Octavio (Mars 2022)

18 bougies d'Octavio (Mars 2022)

Depuis douze ans, je te vois grandir Toujours prête à te protéger et continuer à t’aimer Au milieu, parfois, de tes vents de panique gérés Soufflant dans tes oreilles agacées par des bruits trop forts Toi, mon petit page toujours sage Aux grands yeux aussi intelligents qu’émouvants Tu cherches, au travers des méandres, l’impossible P

VAGUE À L'AME

Ne me compare pas, ne me touche pas si tu ne sais pas pourquoi J’ai été trop frôlé, caressé, bousculé Ne ris pas, ne crie pas, ne parle pas, souris ! Arrête de m’étudier, « écoute-moi » Ne joue pas avec moi Sors-moi de mon univers, emmène-moi Dans un autre pays, tant pis, tant mieux Les voyages je connais, ici ou là-bas, « écoute
Souffler n'est pas jouer

Souffler n'est pas jouer

Nous nous sommes, hélas, trouvées Je t'ai évitée, tu me cherchais Tu rêvais de me piéger Par avance, je t'ai détestée A cache-cache, nous avons joué Je ne faisais rien pour te rencontrer Moi la grande, toi la petite, inutile de m'ennuyer Tu peux dormir, manger, te promener sans moi Je te fuis, tu me fais peur parfois Je n'aime pas ton nom,
ECOUTE

ECOUTE

Je t'ai apporté des fleurs Tu m'as dis quel bonheur Je t'ai raconté mes malheurs Tu m'as dis merci pour les fleurs Je t'ai dis j'ai respecté Tes paroles Tu m'as dis merci pour Tes fleurs Je t'ai dis je suis triste Tu m'as dis, je sais, merci j'aime tes fleurs Je t'ai dis que dois-je faire de mes pleurs ? Tu m'as dis n'attends pas que l'on t'appo
REVEIL

REVEIL

Il y a des gens tellement décevants que vous les remercieriez de vous aider à ne plus les aimer. Comment mentir, faire semblant, se travestir, se cacher durant des années ? le cœur est-il arythmique quand la tête le téléguide ? alors qu'un cœur sain avec une bonne santé psychique est autonome et régulier quand il aime sincèrement, simple
COEURS, AU FEU !

COEURS, AU FEU !

Tu ne seras pas, de mon coeur, le pansement Plutôt que changer de pansement, je prefère le changement Je ne serai pas, de ta blessure, l'infirmière Plutôt que de te soigner, t'aimer, je préfère Blessées, nous l'avons été, dans de récentes guerres Le déni ou des addictions furent leur seul armement Petits soldats, sans conviction, vous no

Vive la fête

A la Mère Lachaise, on sirote  quelques verres Moi, sur une chaise, je m’envoie en l’air Mon père n’aimait guère les expressions cavalières Ma mère m’a élevée dans la prière Tout cela, je n’en ai plus que faire Dans notre tombe, pas question de faire la bombe Je ne suis ni de marbre, ni une colombe J’aime m’amuser, m’enivre
FAIS-MOI UN SIGNE

FAIS-MOI UN SIGNE

Tu ne ris plus Tu ne m'amuses plus pourquoi ? Es-tu aphone ? je n'entends plus ta voix et ses intonations que toi, seule, peux moduler Tu ne rentres plus dans les murs avec tes cornes de bélier rageur Je cherche ton regard tendrement bleu que tu posais sur moi. Je regarde tes tableaux, ton talent tousse sous l'odeur de tes cigarettes Ta peau douce