En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

jean bertolino

jean bertolino

Ecrivain et Journaliste Paris-Saïgon en auto-stop de 1960 à 1961. Correspondant de la Croix à Phnom penh de 1961 à 1964. Reporter de guerre de 1965 à 1980. Prix Albert-Londres en 1967. Chef du service des Grands reportages à TF1 de 1981 à 1986. Créateur et animateur de 52 sur la Une de 1967 à 2001.

Ses blogs

révolte

révolte

un blog d'humeur
jean bertolino jean bertolino
Articles : 579
Depuis : 29/10/2014
Categorie : Politique

Articles à découvrir

Sonnet de ma fenêtre.

Sonnet de ma fenêtre.

Sonnet de ma fenêtre Matin gris Les mouettes ce matin n’étaient pas de la fête Sauf une qui voulait déclencher les clameurs Et qui s’égosillait du côté de l’Ilette Sans parvenir à mobiliser ses consœurs. Il est vrai que je fus un peu trop matinal Et ces blancs volatiles attendent que le soleil Surgisse de la mer pour le cérémonial
Insomnie

Insomnie

Ayant été lu et relu, le livre est maintenant parti chez des éditeurs, via ma boite mail. Il s’intitulera, je l’espère, « ROUE LIBRE ». L’ayant pondu lentement, comme un œuf qui aurait refusé de sortir, je l’ai gardé en moi longtemps, trop longtemps, pour ne pas m’en sentir enfin libéré. Pourtant, c’est étrange, je ressens u
Que ne suis-je un Bonobo…

Que ne suis-je un Bonobo…

Que ne suis-je un Bonobo… J’aime d’autant plus les singes, que j’ai souvent le sentiment d’en être un moi-même. Il y a quelques millions d’années notre biosphère était peuplée de primates, des petits, des gros, des malins, des bêbêtes, des agiles, des dormeurs. Ils n’étaient pas tous très gentils. Il y en avait même de fonc
Sonnet de ma fenêtre

Sonnet de ma fenêtre

J’ai adoré toutes les nouvelles de Guy de Maupassant mais il en ai une qui, lorsque je l’ai lu pour la première fois à l’âge de onze ans, m’a plongé dans une terreur indicible et aujourd’hui encore quand je m’éveille en sursaut au milieu de la nuit insidieusement elle refait surface… Maudit Horla Le sommeil ne vient pas. Est-ce
 Colère du jour.

Colère du jour.

Colère du jour. Hier, on nous a parlé à la radio, à la télé et dans les journaux, d’un tremblement de terre en Iran et en Irak qui aurait fait plusieurs centaines de victimes, peut être un millier quand un bilan sérieux de ce séisme aura été fait, s’il est fait, car rien n’est moins sûr. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu
 Y a du vent dans les voiles…

Y a du vent dans les voiles…

Notre langage ne va désormais plus être simple et nous devront veiller à ne pas éveiller la colère des Erinyes qui jalousement veillent à l’équité des deux sexes y compris dans l’écriture ou la parole. Je crois cependant que ce n’est pas forcément le machisme qui a guidé nos grammairiens au fil des siècles. Je pencherai aussi pour
Dérèglement

Dérèglement

Il fait trop beau à Antibes. On se croirait au printemps. Ce n’est pas forcement bon signe. Voici donc un nouveau sonnet de ma fenêtre. Le printemps en Novembre. Tous les bougainvilliers sont de nouveau en fleurs Tous les rosiers bourgeonnent. Dois-je me réjouir De ce dérèglement ou avoir un peu peur Que l’excès de chaleur ne les fasse mo
Halte au Feu !

Halte au Feu !

Bon, le sonnet qui suit est pour rappeler qu’il faut savoir raison garder. Il me semble que dans ma jeunesse il m’est parfois arrivé de m’extasier à haute voix sur « un joli petit cul » sans avoir le sentiment de commettre un affront. Je me souviens d’un « bel culetto » qu’un groupe de jeunes Italiens avait lancé avec admiration au
Le sonnet du jour...

Le sonnet du jour...

Hier on a pris le TGV et ce matin voici ce sonnet de ma fenêtre, si loin des polémiques parisiennes. Bonjour à vous gentes dames et galants damoiseaux… Un brin de paradis Malgré ce froid matin le ciel n’est pas livide Son teint est d’un beau bleu. Un doux soleil éclaire La ville et ses remparts d’une exquise lumière. Les roses osent e
Si j’étais Kurde…

Si j’étais Kurde…

Si j’étais Kurde et - ne l’étant pas ne naissance - je le suis de cœur, ayant depuis ma jeunesse épousé la cause de ce peuple trahi, je me méfierais beaucoup de Bernard Henri Lévy qui, à chaque fois qu’il s’est « attendri » sur le sort d’un pays, d’une région, ou d’une nation, ne lui a apporté que des déboires. Ce fut le