Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
jean bertolino

jean bertolino

Ecrivain et Journaliste Paris-Saïgon en auto-stop de 1960 à 1961. Correspondant de la Croix à Phnom penh de 1961 à 1964. Reporter de guerre de 1965 à 1980. Prix Albert-Londres en 1967. Chef du service des Grands reportages à TF1 de 1981 à 1986. Créateur et animateur de 52 sur la Une de 1967 à 2001.

Ses blogs

révolte

révolte

un blog d'humeur
jean bertolino jean bertolino
Articles : 1365
Depuis : 29/10/2014
Categorie : Politique

Articles à découvrir

La Décérébration

La Décérébration

Attention pire que la covid : ( après l’intrusion de la pub) La décérébration Je suis las de croiser des visages masqués Dont le regard est impossible à débusquer Tant il s’est éloigné de notre monde réel Pour divaguer dans un univers virtuel On croit qu’ils parlent tout seuls mais non c’est leur Smartphone Et son mini-micro qui c
LE PRINCE QU'ON SORT

LE PRINCE QU'ON SORT

L’actualité du jour : Une romance à l’eau de rose. ( Après l'inévitable intrusion de la pub) Le prince qu’on sort Un duc britannique à deux doigts d’être centenaire A rendu l’âme et l’on en fait toute une affaire Dans les médias qui transforment en conte de fée La vie oisive d’un duc qu’il leur faut étoffer Pour appâter l
Derrière la saleté qui s'étale devant nous

Derrière la saleté qui s'étale devant nous

Madrid avec un budget bien moindre que celui de Paris, s’avère beaucoup plus propre. ( Info du JT d’hier).# ( Après l’inévitable pub) Derrière la saleté s’étalant devant nous… Madame Hidalgo peut bien s’auto-satisfaire Selon une habitude qui toujours m’exaspère Et prétendre que Paris rutile de propreté Nous, piétons, voyons
LA SAVEUR DES MOTS

LA SAVEUR DES MOTS

On est foutu, on parle trop ! ( Après l'inévitable pub) La saveur des mots Quoi de plus banal et quotidien que les mots Ils peuvent revêtir selon les circonstances, La délicate apparence de certains émaux Ou des pierres précieuses l’attractive brillance. D’une même bouche peuvent jaillir des mots destructeurs Qui à l’air libre émette
NON AUX RACES, OUI AUX CITOYENS

NON AUX RACES, OUI AUX CITOYENS

Être ni noir, ni blanc, ni jaune mais républicain (Après cette collante pub) Non aux races, oui aux citoyens Qu’est-ce donc que cette histoire de Noirs et de Blancs Nougaro s’affirmait comme étant blanc de peau Mais il louait Armstrong et son jazz épatant. Faut-il bannir ce chant qui n’est plus « comme il faut » ? Nom de dieu, on déli
Anne, ma sœur Anne...

Anne, ma sœur Anne...

La lucidité ne me fait pas sourire… ( Après l'inévitable pub) Anne, ma sœur Anne… La terre souffre et gentiment elle nous alerte Elle ne veut pas notre mort mais nous sommes trop nombreux Et nos décideurs sont des êtres dangereux, Sourds à ses coups de semonce émis en pure perte. Des pluies diluviennes ne sont plus absorbées Par les so
Les tueurs de beauté

Les tueurs de beauté

Les tueurs de beauté ( après la pub intruse) Ils ont décapité l’Aloès ! J’aurais tant aimé rejoindre la maison d’Antibes Revoir notre venelle et sa vieille bastide Mais c’eût été oublier toutes mes diatribes Adressées aux fuyards qui répandent la covid. La mort dans l’âme nous sommes restés dans le quinzième Alors que là-ba
L'ASSOURDISSANT POULAILLER

L'ASSOURDISSANT POULAILLER

Trop de « y a qu’à », trop peu de « faiseurs» ! « Glissez sur cette envahissante pub) L’assourdissant poulailler. Les gras coqs de la basse-cour nous cassent les oreilles Comme la poule pondeuse et ses « cot-cot- codet » Les premiers sont d’une vanité sans pareille, La seconde bat le rappel de poussins sans tête. Avec cette pandémi
L'instant d'une vie

L'instant d'une vie

Qu’est-ce que cent ans, qu’est-ce que mille ans puisqu’un seul instant les efface ( Après la pub passe-muraille) L’instant d’une vie Etrange sensation d’un temps très relatif Quand en quête de vieilles photos soudain on découvre Sur l’une d’elles un passant, inconnu, fugitif, Qui surgit du passé comme d’une porte qui s’ouvr
Une longue attente

Une longue attente

Envie de mer, de soleil et de l’accent provençal. (Après la pub intrusive) Une longue attente… J’aimerais tant vous parler d’Antibes à cette heure Des trilles du pinson dans le micocoulier Des tourterelles lançant leurs appels réguliers Sans oublier les cris du goéland râleur Qui là-bas sur les remparts appelle sa troupe Pour aller