Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Nguema Ndong

Nguema Ndong

J'aime l'actualité surtout la bonne. Je n'aime pas lire une presse aux mains des écrivaillons. Le genre de presse indigeste que nous servent chaque jour nos journalistes gabonais...
Tags associés : fiction, oyem

Ses blogs

Le blog de Nguema Ndong

Blog généraliste gabonais
Nguema Ndong Nguema Ndong
Articles : 96
Depuis : 06/12/2009
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Cinq contre un à la rivière (Ntsap )

Cinq contre un à la rivière (Ntsap )

À Mbwéma, le terme marin suscite la plus grande hilarité à un point que cela me poursuit au-delà de mon village. Je me rappelle que j’ai failli pouffer un jour en accompagnant une amie chez son oncle quand ce dernier m’a dit qu’il était marin. J’ai subitement eu la tête pleine des souvenirs de nos fous rires au corps de garde de ma m
Le destin d’Abeng et d’Ekom (deuxième partie)

Le destin d’Abeng et d’Ekom (deuxième partie)

Nfoulezem était bien plus qu’un chantier forestier, mais un centre industriel où l’on trouvait une grande scierie ; des ateliers pour l’affûtage du bois, pour la mécanique, pour la menuiserie ; des magasins d’outils et de pièces de rechange ; un dispensaire ; une école pour les Autochtones ; une gendarmerie ; etc. On y trouvait égale
Le destin d’Abeng et d’Ekom (première partie)

Le destin d’Abeng et d’Ekom (première partie)

« Toute femme a une guerrière en elle, qui attend de naître . » Eve Ensler, Les monologues du vagin Evouna était un vaillant jeune homme de la tribu Odzip originaire du village Mbwema, à Oyem. Dans toute la contrée, on louait sa bravoure et surtout sa force physique. Avant l’âge de quinze ans, il avait perdu son père, Mboulou qui avait
Affaire de placements

Affaire de placements

Il y a du bien dans le célibat. Tu peux regarder les femmes dans la rue comme tu veux ; tu réponds aux messages à n’importe quelle heure ; tu attaques tout ce qui est potable et ragoûtant à la mesure de tes moyens ; tu n’es pas obligé d’effacer les messages et les sextos de ton téléphone ; tu ne te sens pas obligé d’avoir mille mot
Les seins des fillettes

Les seins des fillettes

Il est 8 h du matin, une brume inhérente au début de la saison sèche me démotive à quitter le lit. Cela fait un long moment que je me suis réveillé. La veille, je me suis endormi un peu tard. J’ai regardé la télévision jusqu’au milieu de la nuit. Ces derniers jours, je ne vais presque plus au cours. Nous nous approchons des vacances s
Le destin d’Abeng et d’Ekom (troisième partie)

Le destin d’Abeng et d’Ekom (troisième partie)

Evouna eut un enterrement modeste non loin de la cité des indigènes. Tous les ressortissants de leur contrée et bien d’autres personnes vinrent lui rendre un dernier hommage. Cela démontrait qu’il était loin d’être une personne fate. Après cette cérémonie, Mezui démissionna de son emploi et il entreprit de rentrer dans son village.
Obone bashing

Obone bashing

Se nommer Obone suscite quelques frustrations, car ce patronyme fait l’objet de tous les sarcasmes chez les socionautes gabonais. Celles qui le portent actuellement pour certaines ont l’impression d’être marquées du signe de la bête. J’ai bien envie de croire à l’innocence du choix de ce nom, mais ma conscience me l’interdit. On me
Le destin d’Abeng et d’Ekom (cinquième partie)

Le destin d’Abeng et d’Ekom (cinquième partie)

Après une folle course de quelques kilomètres sur une route déserte, Abeng ralentit sa foulée. Elle s’approchait du village Engongome. Elle savait qu’à cette heure de la nuit, tous les habitants étaient plongés dans le sommeil. Elle marchait sur la pointe des pieds. Tout simplement, parce que si par malheur quelqu’un l’apercevait, il
Le destin d’Abeng et d’Ekom (sixième et dernière partie)

Le destin d’Abeng et d’Ekom (sixième et dernière partie)

Quelques jours plus tard, Mengome envoya un émissaire à Mbwéma afin d’annoncer sa venue prochaine chez son beau-père, Mezui. On l’attendait avec le plus grand intérêt. Une semaine après, Mengome et sa suite arrivèrent. Il était accompagné de deux des épouses, de trois de ses frères et d’un oncle maternel. Sur le haut de sa tête,
Le destin d’Abeng et d’Ekom (quatrième partie)

Le destin d’Abeng et d’Ekom (quatrième partie)

Cela faisait déjà quelques semaines que Mengome était venu doter Abeng à Mbwema. Vu le jeune âge de l’épouse, la cérémonie s’était tenue à huis clos, dans la stricte intimité familiale. Il avait versé une coquette somme d’argent et les différents effets que la tradition exigeait. C’était un homme d’une soixantaine d’année