Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Nguema Ndong

Nguema Ndong

J'aime l'actualité surtout la bonne. Je n'aime pas lire une presse aux mains des écrivaillons. Le genre de presse indigeste que nous servent chaque jour nos journalistes gabonais...
Tags associés : fiction, oyem

Ses blogs

Le blog de Nguema Ndong

Blog généraliste gabonais et de la culture Fang
Nguema Ndong Nguema Ndong
Articles : 122
Depuis : 06/12/2009
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

L'amère saveur de la naïveté 11e partie

L'amère saveur de la naïveté 11e partie

À la clinique Au moment de la pause, entre midi et quatorze heures, Eyui se rendit toute seule à la clinique, comme elle l’avait décidé avec Ovono. Mengue, qui désapprouvait cette initiative, avait refusé de l’accompagner. Elle ne souhaitait pas que son nom soit associé à un crime. Elle pensait comme tant de personnes que l’avortement
L'amère saveur de la naïveté (9e partie)

L'amère saveur de la naïveté (9e partie)

Anguezomo, au secours ! Ovono était encore garé au parking de son lieu de travail. Il était affalé dans le siège de son véhicule. Il n’arrivait à ne rien faire. Il semblait avoir perdu toutes ses capacités. Il subissait les affres du choc de la discussion avec Eyui. Ses collègues n’osaient lui adresser la parole. Ils avaient constaté
L'amère saveur de la naïveté (4e partie)

L'amère saveur de la naïveté (4e partie)

Le rendez-vous Le lundi comme prévu, à l’heure de la pause, lorsque Eyui vit le numéro d’Ovono s’afficher à l’écran de son téléphone, elle se hâta de répondre. Elle était enthousiaste de recevoir ce coup de téléphone. Elle l’avait attendu durant tout le week-end. Cela lui avait paru comme une éternité. Il lui tardait de parl
L'amère saveur de la naïveté 12e partie (fin)

L'amère saveur de la naïveté 12e partie (fin)

Quand on prend, on perd également Le samedi, Eyui avait la mine des mauvais jours. Elle n’avait presque pas fermé l’œil de la nuit. Dès les premières lueurs du soleil, elle se leva pour laver quelques petites affaires. Le stress inhérent à l’opération qu’elle devait subir dans la journée la perturbait. D’ailleurs, Ovono lui avait
L'amère saveur de la naïveté (8e partie)

L'amère saveur de la naïveté (8e partie)

La nouvelle que nul n’attendait Cela faisait des mois qu’Ovono avait quitté la capitale. Il n’avait pas coupé le lien avec Eyui. Au contraire, ils continuaient leurs échanges épistolaires et téléphoniques. Eyui ne manquait pas de lui dire l’envie de le revoir et d’être à nouveau plongée dans ses bras. Ovono lui témoignait le mê
L'amère saveur de la naïveté (10 partie)

L'amère saveur de la naïveté (10 partie)

Les deux femmes se rencontrent À l’heure de la pause, comme prévu, Anguezomo appela Eyui. La jeune fille était surprise de recevoir un appel d’un numéro inconnu. En général, lorsque sonnait son téléphone, il s’agissait soit de l’un de ses parents soit d’Ovono. Elle se demandait bien qui pouvait être à l’autre bout du fil. Angu
La mère saveur de la naïveté (6e partie)

La mère saveur de la naïveté (6e partie)

Dans la chambre du motel Ovono ouvrit la porte de la chambre. C’était une pièce fortement éclairée. Il y avait un lit couvert d’un drap blanc avec deux tables de chevet posées de part et d’autre. Juste à côté se trouvaient une chaise et un bureau. Au mur, une télévision qui diffusait une chaîne musicale y était fixée. Eyui alla s
L'amère saveur de la naïveté (3e partie)

L'amère saveur de la naïveté (3e partie)

La rencontre Cela faisait déjà trois mois qu’Eyui et Mengue avaient emménagé dans leur modeste chambre. Les deux jeunes dames occupaient leurs week-ends à étudier et à faire la lessive voire le ménage chez les particuliers. Ces petits salaires leur permettaient de payer leur loyer en attendant la bourse. Puis un samedi après-midi, alors
L'amère saveur de la naïveté (7e partie)

L'amère saveur de la naïveté (7e partie)

Cette fameuse nuit Les jours et les semaines passaient et les deux tourtereaux continuaient de se voir. Certains soirs, ils allaient manger dans des restaurants ou prendre un verre ici et là. Ovono donnait parfois de l’argent à Eyui sans que cette dernière le lui demande. C’étaient des sommes dérisoires. Au départ, Eyui refusait catégori
L'amère saveur de la naïveté (5e partie)

L'amère saveur de la naïveté (5e partie)

La réconciliation Le matin, Ovono ne vit aucun message d’Eyui dans son téléphone. Son inquiétude devint plus grande. Avait-elle réellement tourné la page de leur aventure naissante ? Il souhaitait l’appeler, mais il ne voulait pas passer pour un harceleur. Par conséquent, il alla au travail avec le cœur meurtri. Durant toute la matinée