Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Loran

Loran

"Poète est celui dont les claudications du dire fomentent des lévitations d'inouï" M Moreau
Tags associés : andree chedid

Ses blogs

Lézardes Et Murmures

Poésie, mot-bulles et autres claudications du dire. + de 170 auteurs autour du monde
Loran Loran
Articles : 692
Depuis : 28/01/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Champagne - Alan Seeger  (en français)

Champagne - Alan Seeger (en français)

Vous qui rirez demain, dans les fêtes heureuses, A ce vin pétillant, qui fait le teint vermeil Et d’un flot si doré remplit les coupes creuses Qu’on a l’illusion de boire du soleil, Buvez quelquefois, vous les promeneurs paisibles Dont le pas lent s’attarde aux chemins sans danger, A ceux qui, tombés là, sous des coups invisibles, Vous
Chant de la force

Chant de la force

Des muscles de dix-sept ans se bercent dans mes reins, Et l’horizon n’a pas encore ébréché mes yeux, Je charge le Printemps sur mes épaules Et le transporte jusqu’à mon cœur. Je suis assez fort pour traîner le joug de mon Intemporalité Et le poids de mes soupirs Ne fait pas fléchir mes genoux. Je dissimule en moi des cracheurs de feu
Champagne by Alan Seeger

Champagne by Alan Seeger

In the glad revels, in the happy fêtes, When cheeks are flushed, and glasses gilt and pearled With the sweet wine of France that concentrates The sunshine and the beauty of the world, Drink sometimes, you whose footsteps yet may tread The undisturbed, delightful paths of Earth, To those whose blood, in pious duty shed, Hallows the soil where that
Signe 13 - "Je tisse"

Signe 13 - "Je tisse"

Je tisse avec le fil du temps l’histoire du rêve et la mémoire de l’attente maille mot mot maille je fais patienter la douleur du manque et l’avidité du corps j’écoute le récit de mes gazelles et de mes oiseaux je n’entends pas les tempêtes souffler à l’extérieur je ne vois pas la neige endormie dans mon lit Moi qui offre mes en
le mur traversé

le mur traversé

Il y a des nuits sans lune des pays sans rivière et des yeux sans regard Il y a des chambres sans fenêtre des villes sans lumière et des lèvres sans chanson Il y a des chemins sans village des matins sans clarté et des enfants sans pain Mais il y a une porte dans chaque mur à inventer à ouvrir Et derrière chaque mur une voix familière qui
Les musiciens - Léo ferré

Les musiciens - Léo ferré

Ils traînent leurs violons au-delà des portées La clarinette au bec fumant des pastorales Et la clef sur la table on les voit s'en aller Vers des pays là-bas devant leur vitre sale Ils dérangent la flûte en y soufflant dessus Pour mieux voir dans la nuit flâner des violoncelles Au bras d'une harpiste inquiète et survenue Juste après qu'un
Derrière le mur

Derrière le mur

Le temps nous a liés naguère Avec une chaîne en fer Que la pluie a rouillée Partiellement Il l'a cadenassée Puis a jeté la clé Dans le terrain derrière Le mur qui nous sépare Des regards indiscrets Des promeneurs du soir Dont les chiens couvrent d'urine Les troncs et les racines Des grands arbres noirs On nous a bâillonnés Condamnés à
Laver la honte

Laver la honte

« Maman », et puis le râle, le sanglot, le noir. Le sang coule encore un peu, le corps poignardé frissonne encore un peu. Les cheveux bouclés s’enlisent dans la boue « Maman », mais ça, seul l’a entendu le bourreau. Demain c’est l’aube, et les roses au réveil, On entendra crier vingt jeunes années, et l’espoir enchanté. Alors d
Chanson de Moi-Même - extraits - Walt Whitman

Chanson de Moi-Même - extraits - Walt Whitman

1 Je me célèbre moi-même ! Mes prétentions seront aussi les tiennes, Puisque chaque atome qui m’appartient est aussi bien ta part. Je muse et j’y invite mon âme. Je muse et je flâne à mon gré, observant un brin d’herbe estival. Les maisons et les pièces sont remplies de parfums sur les étagères s’entassent des parfums. J’en res
L'Oracle

L'Oracle

à Lou Le Caballec Équarri dans la lumière éternelle j'exhibe mes deux sous de raison j'écoute le chant énergique des lavandières l'azur est l'orbe atmosphérique du soleil lorsque la nuit m'arrache les paupières je gis dans un cercle tracé par la ronde des fées ma mémoire s'étoile de tâches d'encre sur la page blanche dieu est un petit