Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Loran

Loran

"Poète est celui dont les claudications du dire fomentent des lévitations d'inouï" M Moreau
Tags associés : andree chedid

Ses blogs

 Lézardes Et Murmures

Lézardes Et Murmures

Poésie, mot-bulles et autres claudications du dire. + de 170 auteurs autour du monde
Loran Loran
Articles : 636
Depuis : 28/01/2009

Articles à découvrir

Chants dans la clairière

Chants dans la clairière

Derrière la maison au mur de pierre Deux tentes blanches furent dressées. Celle d'Eva, pour ses amies couronnée de lierre Et la tribu de l'Emmanuel, à l'abri de l'autre. Réunies dans l'ombre de la clairière. Sur le lin candide qui drapait des tréteaux Des coupes d'Ay rassemblées recueillaient le dit vin Chantant doucement par tous leurs cri
Bar Kochba

Bar Kochba

Ici la mer est morte jusqu'aux rives d'Hébron et tandis que les femmes ouvertes sur le corps apportent un peu de terre sous la tête des morts les fils de Bar Kochba* roulent jusqu'au Cédron Ici on ne regarde plus par les fenêtres de peur d'apercevoir du sang sur les trottoirs des Hassidim vêtus de redingotes noires murmurent des versets de Liv
La Planète Malade - Guy Debord (1971)

La Planète Malade - Guy Debord (1971)

La « pollution » est aujourd’hui à la mode, exactement de la même manière que la révolution : elle s’empare de toute la vie de la société, et elle est représentée illusoirement dans le spectacle. Elle est bavardage assommant dans une pléthore d’écrits et de discours erronés et mystificateurs, et elle prend tout le monde à la gor
Guesclin - La mémoire et la mer (version originale)

Guesclin - La mémoire et la mer (version originale)

Guesclin quand je t'ai vu plonger Tes vergues de roc où ça cogne Des feuilles mortes se peignaient Quelque part au Bois de Boulogne Le rite de mort aperçu Sous un divan de sapin triste Je m'en souviens j'étais perdu La Camarde est ma camériste C'était un peu après midi Tu luisais des feux de l'écume Je rentrais dans la chantilly Avec les ps
Requête en pardon à l'homme noir

Requête en pardon à l'homme noir

J’ai vu le gueux manger la terre quand la graine tombait du ciel jetée là par de monstrueux avions venus d’occident la graine jetée aux chiens noirs était blanche et blême l’enfant piétiné j’ai entendu sous un soleil atroce le corps des pauvres claquer au vent et claquer des dents au gré des blancs claquer comme un étendard faméli
Le petit chien

Le petit chien

La vanité nous rend aussi dupes que sots. Je me souviens, à ce propos, Qu'au temps jadis, après une sanglante guerre Où, malgré les plus beaux exploits, Maint lion fut couché par terre, L'éléphant régna dans les bois. Le vainqueur, politique habile, Voulant prévenir désormais Jusqu'au moindre sujet de discorde civile, De ses vastes état
L'Odalisque

L'Odalisque

Aux bords du Bendemir est un berceau de roses Que jusqu'au dernier jour on me verra chérir ; Le chant du rossignol, dans ses fleurs demi-closes, Charme les flots du Bendemir. J'aimais à m'y bercer d'un songe fantastique ; M'enivrant de parfums, de repos, d'avenir, J'écoutais tour à tour l'oiseau mélancolique Et les ondes du Bendemir. Maintenan
Roll the Dice - Charles Bukowski

Roll the Dice - Charles Bukowski

if you’re going to try, go all the way. otherwise, don’t even start. if you’re going to try, go all the way. this could mean losing girlfriends, wives, relatives, jobs and maybe your mind. go all the way. it could mean not eating for 3 or 4 days. it could mean freezing on a park bench. it could mean jail, it could mean derision, mockery, isol
Le génie de la foule

Le génie de la foule

Il y a assez de traitrise, de haine, de violence, D'absurdité dans l'être humain moyen Pour approvisionner à tout moment n'importe quelle armée Et les plus doués pour le meurtre sont ceux qui prêchent contre Et les plus doués pour la haine sont ceux qui prêchent l'amour Et les plus doués pour la guerre - finalement - sont ceux qui prêchen
CLANDESTINITÉ

CLANDESTINITÉ

Pour mon amour, j’aurai vainement cherché refuge dans le bréviaire des métaphores. Toute la nuit j’ai veillé sur l’absence des mots. Qu’est-ce qu’écrire sans t’écrire ? Dans la nuit, un homme est tombé. Ou un arbre. Et dans la maison d’à côté, personne ne saura à quelle vitesse battait son cœur. Il y a toujours une maison,