En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Martine Perthuis

Martine Perthuis

Ses blogs

Au fil des mots et des semaines

Au fil des mots et des semaines

Poésie, poèmes et mots
Martine Perthuis Martine Perthuis
Articles : 84
Depuis : 23/09/2014

Articles à découvrir

Artur, il y a un an

Artur, il y a un an

Artur Il y a presqu'un an, petit Artur Je t'écrivais une lettre de bienvenue dans notre monde. Tu étais loin de nous … Et puis on s'est enfin connu et . dès la porte nous avons eu un grand coup de cœur, une reconnaissance .Tu avais déjà entendu tant de fois notre voix (ah, les miracles d'Internet) 😊 . Tu nous as tout de suite adoptés et
Mon petit Artur, petit bonhomme

Mon petit Artur, petit bonhomme

Ecrit il y a un mois Petit bonhomme, tu auras tout juste 18 mois à Noël Et déjà ta vie ressemble à un petit globe-trotter! Car, à ton âge, combien d'enfants ont parcouru tant de distance : 3 fois l'Australie/France, la Tanzanie,et la Nouvelle-Zélande Et maintenant Bali et bientôt la Suisse... Bien sûr tu n'en connais pas encore les béné
1 an déjà

1 an déjà

A rtur, petit bonhomme, déjà 1 an ! R ires et sourires, ton quotidien... T u fais la joie et le bonheur de tes parents ! U nique dans le coeur de tous les tiens... R este vif et joyeux mon petit bonheur sur pattes .
Le temps

Le temps

Le temps qui passe, Le temps qui m'enlace, Le temps qui m'étreint, Continuant son chemin... Le temps ne s'arrête pas, Le temps file...et à grands pas! Le temps qui avance Sans souci en cadence, Ce temps qui se compte En minute, en secondes, En semaines, en mois, En années... sans émoi... Ce temps qui, hélas, un jour Prend alors la valeur de s
Un jour, un jour peut-être

Un jour, un jour peut-être

Un jour peut-être, un jour sûrement Tout redeviendra comme avant … Juste l’espérer, juste y croire, Essayer de ne pas voir tout en noir…. Penser toujours qu’il y a pire, Et simplement continuer à sourire ! Se dire, que de toute façon, Tout problème a sa solution… Si ce n’est ici, mais dans un ailleurs Qui mettra fin à la douleur
Mon pas de rêve danse le noir

Mon pas de rêve danse le noir

Dans mon monde,perdue ,celui-ci bien souvent sombre,les vraies valeurs et symboles de la Vie sont là pour me soutenir ... La beauté d'un corps,d'une danse,sa pureté,son esthétisme,sa sensualité,sa passion soulèvent en moi des larmes de bonheur,irradient mes yeux et dans mon imaginaire m'entraînent dans cette danse ,dans ces gestes si éléga
Au bord de l'eau

Au bord de l'eau

Là, au bord de l'eauComment ne pas rêver ?Si elle semble plongée dans un livreSes pensées ne cessent de l'envahir... Ne rêve-t-elle pas d'un ailleurs ?Partir dans de lointaines contrées ...Se laissant transporter avec candeur Vers là-bas au goût d'éternité ... Mais face à l'océan et à tant de beauté, Dans le secret de son âme et de s
Toi, mon enfant

Toi, mon enfant

En rangeant ,il y a quelques jours toutes tes poupéesJe me suis souvenue du temps où tu étais bébé .Combien d'heures sur ton berceau je me suis penchéePensant au trésor qui m'était enfin donné,Bénissant le bonheur d'être là ,toi et moi... Car Tu étais pour moi un miracle de la Vie,L'aboutissement de tant d'années d'espoir,Toute douleu
Bonne et heureuse année 2018

Bonne et heureuse année 2018

2017 s'en est allé Laissant ses traces au fond de nous...Mais une nouvelle page s'ouvre à nous2018 vient nous animer...Alors à l'arrivée de ce nouvel horizonSe pointent les plus belles résolutions...L'un de mes souhaits serait que la paix règne sur terreOffrant à tout être humain la fin de leur misère Je sais que ce n'est encore qu'un rêv
A quoi bon?

A quoi bon?

Est-ce ainsi que j'imaginais ma vie? À quoi bon? À quoi ça sert? Que veut dire cette descente aux enfers? Et comment résonne en moi cette lente agonie ... Quand le silence devient abrutissant ... Quand les battements de la souffrance sourde Cadencent ceux de mon cœur et de mon sang, Se profile alors dans ma solitude lourde, Car inutile de fuir