Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

DYONISOS

DYONISOS

Ex professeur de physique chimie, devenu poète nouvelliste. Amateur de sciences, informatique et échecs.

Ses blogs

L'Uni...Vers Poétique de Dyonisos

L'Uni...Vers Poétique de Dyonisos

Vous trouverez ici, l'essentiel de mes écrits. Faites moi vos remarques, vos suggestions. Toute reproduction de texte est INTERDITE. Protection Copyright © N° : YCPT18C.
DYONISOS DYONISOS
Articles : 412
Depuis : 18/02/2010

Articles à découvrir

N'en déplaise à Edmond...

N'en déplaise à Edmond...

Apprécié de Rostand, cet étrange tarin Tirait plus du poivron que du nez aquilin Aucun poil n'en sortait, mais deux bottes de foin Monsieur de Bergerac, que vous fûtes vilain ! Votre arme préférée était la sérénade Et Roxane au balcon semblait fort l'apprécier Quant à moi votre pieu m'eut plutôt inspiré Quelques plaisanteries sous for

Je ne suis pas bien loin...

Je ne suis pas bien loin... Poème Hommage pour la sépulture de ma mère... Non ne me pleurez pas, riez, faites la fête Je ne suis pas bien loin, car je suis dans vos cœurs Être là avec vous me comble de bonheur Ne croyez surtout pas qu'aujourd'hui tout s'arrête Avec vous j'ai passé des moments merveilleux J'ai pris part à vos vies, et puis
Le doux son de l'eau claire...

Le doux son de l'eau claire...

J'écoutais dans le noir le bruissement de l'eau Les gouttes qui coulaient en perles régulières Huit jours à m’imprégner du son de la rivière J'étais presque serein en pyjama bordeaux Son numéro posé sur le coin de la table Faisait monter en moi de la nervosité Devais-je l'appeler malgré l'heure avancée Où alors renoncer à user du po

La Cure...

En cure on voit de tout, du mou et du fripé Des éléphants de mer, des boxers, des sharpeis Quelques vieilles momies, liftées ou botoxées Et d'autres en souriant qui perdent leur dentier Les hommes quant à eux sont bien représentés Par quelques vieux messieurs aux prothèses d'acier Se pressant le matin pour les activités Après le yaourt b
Fière institution !

Fière institution !

C'est une institution, dite marée-chaussée Regroupant autrefois de virils moustachus Les femmes ne pouvaient, fussent-elles poilues Espérer intégrer ce puissant corps d'armée Un certain Clemenceau vint à concurrencer Ce vivier masculin à l'esprit étriqué Créant une unité de super-policiers Sans pour autant penser à la féminiser Par con
De l'avis général...

De l'avis général...

Messieurs je ne suis pas de l’avis général De ceux dont on prétend qu’ils ont la science infuse Qui tels de vils serpents tout en fiel, tout en ruse Font le jeu des esprits qui dévient vers le mal Avons nous oublié qu’aux heures les plus sombres Des gens au seul motif qu’ils n’en aimaient pas d’autres Des suppôts de Satan se sont
Retour de croisades...

Retour de croisades...

_ "Qui vient tambouriner aux portes du château ? Manon allez donc voir et revenez me dire ! Je crains que ce ne soit le lourd pas de Messire Disparu pensait-on quelques cinq ans plus tôt !" _ "Madame c'est bien lui... Il demande après vous ! Son heaume est poussiéreux, sa barbe mal taillée Son blason fort terni, son armure rouillée Ce sera à
Le code de la porte...

Le code de la porte...

Je viens de composer le code du clavierEt la porte blindée s'ouvre sur le couloirLe lieu est éclairé, et pourtant il fait noirL'unité Alzheimer sur moi s'est refermée Les murs sont recouverts de dessins enfantinsDes gâteaux sont posés sur des tables fleuriesDans un fauteuil de cuir un vieillard me sourit Tandis que son voisin, en pleurs me t
Prédicat...

Prédicat...

Voilà un bout de temps je venais annoncer Que déçu par Najat j'allais me suicider Si je suis là ce soir c'est que je n'ai rien fait Espérant en secret qu'elle allait renoncer Mais tel un roi déchu je suis "échec et mat" La réforme dit-on prend un nouveau tournant Directs ou indirects, adieu les compléments Au rebut les accords, vive le Pr

Simone...

Madame vous tenez Antoine par la main Tout comme vous le fîtes durant 67 ans Je me souviens de vous, du souvenir des camps Et de votre combat dédié à l'être humain Vous fûtes critiquée pour vos engagements Et traitée de nazi par de bons catholiques A vous qui jeune ado aviez connu la trique Vous la juive jetée dans la noirceur des camps Ma