En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jean-Louis Bec

Ses blogs

Images Prises Aux Mots

Images Prises Aux Mots

BLOG DE JEAN-LOUIS BEC; Dialogue entre photographies et textes courts. Photographies urbaines. Street photography.
Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec
Articles : 428
Depuis : 20/09/2007

Articles à découvrir

Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le métro, 07/2011. D'une distance à l'autre tenir l'éloignement et le regarder vivre croître jusqu'à masquer la vue diminuer jusqu'à la perdre dans la grande ouverture étouffer ou embrasser la plénitude rassurante du flottant frais de l'oxygène tenir l'éloignement et le regarder vivre croître diminuer dépôt d'appréhension goû
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le mur, 07/2011. Aux hommes de couleurs un temps gris met les ombres dos au mur un temps gris met les hommes dos au mur un homme gris met les hommes dos aux murs tant de gris sûr pour faire coucher les hommes comme un seul pour un seul pour un seul gris dans une seule nuit certitude des couleurs forgée au feu des poings fille des linceuls
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le mur, 07/2011. Les murs n'ont pas que des oreilles mur de pierres tombales grande bouche noyée en crue de silence d'une pointe sèche de cri libérez les paroles les paroles de leurs regards les paroles de vos regards déserrez les dents noires des barreaux les dents noires de l'intérieur il reste cette autre bouche à creuser en quelqu
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le mur, 07/2011. Zone frontière enchaînement de nos dispersions dans l'épaisseur des signes cercles incessants qui nous mènent de leur vol toujours inconnu à travers les mots les images cet intérieur du temps nous serre de près fait toujours craquer la moindre de nos distances c'est lui qui choisit pour nous les lieux la vie de notre
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le métro, 07/2011. L'usage de la sortie course cousue en nous qui pousse à en découdre le songe magnifique se gorge d'une rondeur de roue assèche le joug traverse écrase le nuisible pour que l'image la plus juste la plus sensible de nous-mêmes se penche enfin sur nous
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le mur, 07/2011. La magie exceptée filtre de monde dur à hauteur d'éclats le mur se tendait pour mieux nous faire attendre nos songes serpentaient en profondeur pour nous tenir debout jours libres déroulés leur sortie manquée s'éloignait à très grandes années maintenant à découvert l'espace a assez d'infini pour ne plus s'éloig
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le métro, 07/2011. La tête dans les épaules caractères trempés imprimés de brûlures comme un bruit grave nos chemins pour nous voir courent autour de nous le passé double redouble égoïste chargé rechargé sans la sécurité
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le mur, 07/2011. les murs comme les portes les mots s'échappent se tiennent se retiennent phrases serrées des étreintes jeux des sens mêlés en tous sens construction foisonnante des divers passe-passe en pousse muraille en croissance mûre de mur vibrant une chaleur qui se dresse lie comme un ciment le mur là germe de maison construct
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

La série "Venue d'un visage 2" reprend à son compte certaines images et le texte d'introduction de la série "Venu d'un visage". Mais, bien qu'elle en conserve l'esprit, elle présente une approche différente de ce voyage berlinois effectué en juillet 2011. Pour retrouver "Venu d'un visage", suivez le lien ci-dessous: BLOG DE JEAN-LOUIS BEC; Di
Venue d'un visage (2)

Venue d'un visage (2)

Berlin, le mur, 07/2011. Avis de tempête il est des moments qui tombent un à un en grosses gouttes fermées en grosses gouttes gonflées de chair de vent éclatée de la lourde obstination de certaines colères je n'en connais que la continuité