Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Aimela

Aimela

Je suis normande et fière de l'être

Ses blogs

mon cœur chemin de mes mots

écriture, peinture et divers
Aimela Aimela
Articles : 993
Depuis : 24/04/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Rien à cirer

Rien à cirer

Pour mon petit atelier d'écriture de mon quartier, il y a quelque temps , il fallait décrire les bruits, les sons Rien à cirer Décrire les bruits que l'on entend ? Euh oui, il faudrait déjà que j'entende bien et ce n'est pas le cas, de plus , je vis dans un immeuble mort , enfin mort, je m'entends , oui, il m'arrive d'entendre mes pensées vu
Dans la famille

Dans la famille

Dans la famille Dégradant, je demande la grand mère. Petite femme aux cheveux gris bien permanentés, En bonne écossaise d'origine, elle vous reçoit dans son salon avec une tasse de thé. Ne lui demandez de café, elle serait choquée. Dans cette famille, je demande le fils, homme d'affaire très occupé, il ne s'occupe que très peu de ses tro
Mensonges

Mensonges

Pour miletune Mensonges Je ne vous parlerai pas de cette jolie bouche rouge carmin qui vous raconte des fadaises toute la journée. Non, celle- ci ne m'intéresse pas. Ce dont je vais vous parler c'est celle des lèvres noir corbeau des journaux des oligarques qui nous abrutissent du matin au soir de leurs mensonges. Vous allez me dire que je suis
Je ne suis pas

Je ne suis pas

Pour mon petit atelier de quartier écrire un texte à partir d'une liste de mots et d'expressions Liste : Se faire déculotter comme un nègre, les deux pieds dans le même sabot, entre deux eaux , vert comme un poireau, traité aux petits oignons, se sucrer le bec, mettre le doigt sur le bobo, se donner des coups de pieds au cul, casser la glace
C'était un soir

C'était un soir

Pour mon petit atelier de quartier . un Logo rallye: c hoisir parmi les mots et construire une histoire* Je conduisais….une voiture...un enfant...couper...la campagne...au loin...je bifurquais...j ai eu peur...la ville...dans l’obscurité...la fenêtre...un mur...j’ai oublié...le point de départ...la direction...une biche...sans interruptio
amours de bicyclettes

amours de bicyclettes

Deux amoureux assis tendrement sur un banc face à la mer, Ils étaient si absorbés par leur roucoulade qu' ils ne voyaient pas qu'auprès d'eux, leurs bicyclettes les attendaient fidèlement jusqu'au jour... Vous croyez quoi ? Que j'allais vous parler des amoureux qui se bécotaient sur les bancs publics, chers à Brassens ? Certainement pas, ils
Une chanson

Une chanson

Pour miletune Une chanson Je ne vais pas vous faire une chanson de ma vie monotone Elle ressemblerait trop aux feuilles mortes de l'automne Mes amours, mes amants, je les ai oubliés à jamais Sans un bruit, ils se sont sauvés au vent du nord A moins qu'ils soient tombés à la mer par tribord Que de souvenirs malheureux, il ne me reste désormais
Evocations

Evocations

Dans une gare déserte... Enfin presque, un vieux monsieur attend aussi le train - Il prenait comme moi le 18 h 45 et cela chaque jour de sa vie. - Vous n'allez pas me dire qu'il le faisait déjà lorsqu'il était enfant ? - Si, il l'a toujours fait. Je sais... Je le voyais avec sa maman à l'époque. Une bien jolie femme mais trop jeune pour moi.
Ma cash !

Ma cash !

Ma cash ! « C'est le plus grand des voleurs Oui mais c'est un gentleman Il vient chez vous la nuit Sans déranger votre sommeil » Lui, un grand voleur ? Ma cash oui, l'autre jour, il m'a bousillé ma serrure au pied de biche et il n'y a pas été de main morte, j'ai retrouvé la serrure et un bout de ma porte par terre dans le couloir d'ailleurs
La misère rurale

La misère rurale

Pour mon petit atelier de quartier Misère rurale L'image du tableau « les glaneuses » de JF Millet est devant moi et je dois écrire dessus. Une grande étendue de champs, au fond on aperçoit le clocher d'un village. Un peu plus près des arbres, un homme à cheval qui regarde les trois femmes qui sont autorisées à passer rapidement, avant le