Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Lionel Gonçalvès

Lionel Gonçalvès

Textes, poèmes, dessins... Attention ça décape les noeuds des neurones.
Tags associés : images, poemes, texte

Ses blogs

yo-arts.over-blog.com

yo-arts.over-blog.com

Textes & dessins corrosifs, Poèmes, Dissections littéraires...
Lionel Gonçalvès Lionel Gonçalvès
Articles : 62
Depuis : 05/08/2014

Articles à découvrir

Z'onz'on

Merde ! tiens ! bien la peine d'en arriver là ! l'an deux-mille et quelques prunes de l'ère chrétienne, pour voir s'écrouler la littérature, pareille une vieille cathédrale ruinée, qu'elle s'étiole, et qu'elle coule et s'étale, comme une soupe grumeleuse et grasse sur le plancher.. Bien la peine que le sieur Rimbaud se décarcassât les pl

WALTER ANAXAGORE (Peinture du piètre)

Le fameux problème de la quadrature du cercle est attribué à Anaxagore; alors qu'il était emprisonné pour avoir soutenu que la lune ne faisait que refléter la lumière du soleil (Plutarque dans " De Placitis Philosophorum " cite Thalès comme source première de cette théorie), il se serait posé la question de mettre en relation un cercle e

Chroniques climatiques de juillet deux-mille-dix-huit.

Le silence brûlait tout l'espace blanchotArrosé d'un soleil aux échos aveuglantsPorteur de calomnies enchevêtrées dans l'air,Ce bouillon turbulent dessinait des fureurs. Des aspérités par-dessus les champs désertsOndulent d'eaux méchantes rouant des hiversPlus durs que les étés aux herbes calcinéesEt des saisons détournant les vies fra

L'avoine

Petite, courte, nouvelle, polar irréaliste... Le cul posé sur une souche le p'tit Luc reluque les culs et les cuisses des filles qui passent promenant leurs clebs ou courant en petites foulées qui font rebondir leurs poitrines et leurs fesses fermes. Les clébards en laisse ou lachés pissent et chient sur la pelouse du square où jouent des mio

Et fut sec à !

Je voudrais dormir - fuir cet immonde asileOù le brouillard des murs diffuse aux intransDes messages sans mots nés d'accords stériles. Nos yeux grimés de clous, et pochés d'écrans,Naviguent dans la vague émotion perdueDe pourceaux écorchés, et d'enfants, vendusAux fibres lumineuses décomposées. L'image est molle, et, privée de sens, jou

Lâche et ricanant

Lâche et ricanant, l'âge étendDes grappes de rimes rivéesMouchant l'horizon d'inconnu. C'est quand le cœur a ses ennuisQu'il tique et toqu' contre un vieux clouD'horloge aux rouages grattésPar trop de cendres sablonnés ;Ses aiguilles cognant aux verresS'alignent par travers au sang. Sec est le cœur quand il - aigri,Cheval tassé, rompu d'av

Au boulot !

Tête à claque ! le large nous emportait...L'espoir est la fiction des croyants, un réconfort, mais n'étant né ni croyant ni espérant le vide est ma seule vision, le silence mon seul recours, m'efforçant d'épuiser tous les systèmes de pensée que des esprits charitables ont tenté de m'inculquer. Et le vide s'impose plus sévèrement encore

À Fort Isthme..

" Un besoin de moins est une force de plus. " L.G. Gauny Alors que, tandis que, pendant que... les publicitaires, les chanteurs, les speakeurs, présentateurs et autres singes de la farce médiatique citent, sans le nommer, et en le sabotant, Fredo Nietzski (" Ce qui ne me tue pas me rend plus fort... "), qui songerait à exhumer l'aphorisme ci-des