Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Eveeiram

Ses blogs

From ME to who wants

Courtes nouvelles, états d'âmes, poésies, vie de maman, et quelques clins d'oeil. Tout est dans le texte :-)
Eveeiram Eveeiram
Articles : 274
Depuis : 12/05/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Paroles : Noël, à petits pas

Paroles : Noël, à petits pas

lien vers la chanson: https://youtu.be/JrYAUIPgb2U L’hiver en décembre s’est bien installé Mon souffle dessine des signaux de fumée J’aimerai qu’il m’entende Qu’il sache quoi m’apporter Problème, pour qu’il descende : Je n’ai pas de cheminée Maman a dressé une table magnifique Il flotte dans l’air comme un parfum magique C
La légende des petites chèvres jamais contentes

La légende des petites chèvres jamais contentes

Il était une fois, il y a fort longtemps, un troupeau de jolies petites chèvres qui paissaient, librement, dans de magnifiques pâturages au flanc de montagnes majestueuses. Les prairies dans lesquelles évoluaient les biquettes étaient idylliques : rivières, cascades, arc-en-ciel, fleurs multicolores, horizons à couper le souffle ; leur envir
Un monde englouti

Un monde englouti

Papy n’habite pas très loin de la maison de retraite. J’aime bien cette route car elle serpente, malicieuse, tout le long des Balcons, et qu’elle propose comme cadeaux ses perspectives aléatoires sur les méandres paresseux du fleuve. En plus, là, avec l’Automne qui comme coule de partout une lumière dorée de gâteau aux pommes, même

Une photographie

Je voudrais partager une photographie. Mais elle serait tellement insuffisante en regard de tout ce je voudrais transmettre. Laissez-moi vous décrire le contexte. Juin. Le matin. Dehors. La nappe jaune (celle d’hier) est restée sur la table ; elle ne sent plus la lessive. Le parasol, ouvert (inutile car le sud n’est pas encore à l’honneur)
Les sacs

Les sacs

Les sacs Merci pour Chihuahua, cocktail, hélium, guacamole, nabuchodonosor, inique et remorque grâce à qui j’ai conçu cette histoire. Toute ressemblance, bien sûr, à une situation ayant été récemment vécue reste probablement fortuite, évidement. Aujourd’hui, dernière ligne droite : je boucle les valises. Boucler les valises, c’est

Rêves de Papier

Sur une feuille blanche Où je n’ai rien écrit Les mots silencieux n’ont pas laissé de traces. Les plumes et leurs pattes de mouches : Je pourrais en sourire mais j’ai trop mal au vide. Ces mots, tu ne les liras jamais - Je pose mon stylo comme d’aucun se réveille. A quoi bon ? J’ai la mine mauvaise. Peut-être que demain, croisant Mes

Les yeux fermés

Je ferme les yeux et m'imagine Evadée Je ferme les yeux et m'imagine Echappée Si c'est écrit En tout petit - Un peu plus près, là, juste après - Alors oui je Regarderai Mais aujourd'hui, Assez de peine ; L'espoir brisé garde ses chaînes Comme la douleur, Comme la douleur d'ailleurs La douleur elle aussi Est fardeau à porter : Il n'y a de m

Haiku - Vent d'ouest

Le sel de l'Océan Larmes accumulées (Même les bateaux échouent) Au loin l'horizon Même lui S'est barré. Lancer une bouteille Se demander si elle est lue Se souvenir de l'avoir bue. Marées - d'une Terre à l'autre Le coeur des Océans Balance.

Au clair de mon coeur

Au clair de mon coeur Des ombres dansent, encore, J'ai le pouls en bataille Quand, l'océan, défait, D'un baiser m'éclabousse. Là, sur la plage vide Où je me suis assise Une vague insolente S'épuise à mes genoux. - Jamais la mer ne monte aussi haut d'habitude ! - Mais du sel de l'instant j'en ai perdu le goût. De ce moment fugace Il ne reste
La sirène de Granitâa

La sirène de Granitâa

Je vais vous raconter l’histoire d’une sirène venue des terres glacées de Granitâa. Dans ce pays de gel et de blanc, le soleil reste froid et la neige de diamant. La sirène y vivait alors avec les siens, êtres mi-poisson, mi-humain ; autour d’elle, seuls des flocons de givre troublaient son quotidien. Les sirènes sont invisibles aux hom