Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
mymp

Ses blogs

www.seuilcritiques.com
mymp mymp
Articles : 1197
Depuis : 23/08/2011
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Les nuits de Mashhad

Les nuits de Mashhad

Parler des Nuits de Mashhad, c’est parler d’abord de la ville de Mashhad, personnage à part entière du nouveau film d’Ali Abbasi. Parler de ce qu’elle représente en Iran. Car si elle est la deuxième ville du pays, elle en est surtout la ville sainte chiite la plus importante (avec Qom) qui abrite le mausolée de l’imam Reza et qui, ch
La nuit du 12

La nuit du 12

Un féminicide, encore un, à la suite, qu’on égrène. Direct, rapide, gratuit on dirait. Clara rentre chez elle, il fait nuit, un type masqué apparaît face à elle, l’asperge d’un liquide, l’enflamme, repart. On investigue, on questionne, on pleure, on allume des bougies, on n’y arrive plus. Et autour le monde continue de tourner, dur
The sadness

The sadness

Reprenons. Annoncé comme LE plus violent, LE plus hardcore et LE plus transgressif des films de zombies/infectés, The sadness arrive enfin sur nos écrans avec la réputation, sinon LA réputation, d’électrochoc ultime en la matière. Toujours prêt pour une bonne dose de cinéma extrême, tu ne pouvais donc décemment pas passer à côté du
Nope

Nope

Toujours se méfier, avec Jordan Peele. Toujours y regarder à deux fois. Get out et Us n’étaient pas seulement des films s’appropriant, à leur manière, le genre horreur, le genre cauchemar qui vous tombe dessus et vous happe, mais des œuvres transformant une matière fictionnelle hyper codée en propos sociétal. Car derrière l’angoisse
Compétition officielle

Compétition officielle

Quand le cinéma décide de se moquer de lui-même, de se regarder droit dans les yeux ou de se donner des claques, ça peut donner de grands films, des classiques même, par exemple Boulevard du crépuscule, La nuit américaine ou The player. En ce qui concerne Compétition officielle, on restera au niveau du film sympathique, mais sans plus. Qui
Peter von Kant

Peter von Kant

François Ozon, dont on sait la passion pour le cinéaste allemand, s’était déjà frotté à Fassbinder en adaptant, en 1999, sa pièce de théâtre Gouttes d’eau sur pierres brûlantes. Il réinterprète cette fois Les larmes amères de Petra von Kant (la pièce originale et le film) en y substituant, pour l’occasion, la mode au cinéma, l
Decision to leave

Decision to leave

C’est peu dire que Decision to leave aiguisait les impatiences, flattait les appétits : retour au cinéma de Park Chan-wook après six ans d’absence (pendant lesquels il a réalisé une mini-série, The little drummer girl, et un court-métrage en mode iPhone), scénario aguicheur lorgnant du côté d’Hitchcock, de La veuve noire, de La fiè
L'année du requin

L'année du requin

OK, tu veux bien te montrer conciliant, à la rigueur quand t’es de bonne humeur, faire des efforts, faire semblant un peu, arrêter de tout critiquer pour un rien, un plan pas terrible, une photographie moche, un acteur nul, un problème de rythme, mais parfois ce n’est pas possible, ce n’est pas envisageable. Par exemple pour L’année du
The medium

The medium

Puisque Na Hong-jin, le prodige sud-coréen, n’a plus rien fait depuis The strangers en 2016, et qu’on attend toujours son hypothétique film sur Woo Bum-kon, auteur d’une tuerie de masse en avril 1982 qui fera plus de cinquante morts et une trentaine de blessés, on en est là, à devoir se contenter d’un film qu’il a "seulement" coécri
As bestas

As bestas

"Je me suis allongé et j’ai vu le ciel étoilé, et quand je me suis réveillé, j’étais ici, dans cette vallée", raconte Antoine, expliquant pourquoi il a voulu venir vivre ici, vieillir ici, se sentir libre ici. Ici, c’est ce petit village en déclin de la Galice comme hors du temps, laissé à son sort, dans son jus ancestral, où Antoi