Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
le babel

le babel

ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Ses blogs

Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l

Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
le babel le babel
Articles : 561
Depuis : 03/12/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Gogyōka de la popularité

Le vent du port secoue les mats comme autant de carillons autorisés. J’ai le cœur entre les dents à tenir sur les tables titubantes sans ivresse. Seuls les chemins vers des secrets rabâchés sont indiqués et fréquentés. Si « personne n’entre à moins d’être géomètre », je ne compterai plus. Tous les bateaux identifiés et aux coul

Gogyōka mars 2022 calendrier grégorien

Papillon en coque, verdict quant à chenille, agonie en carnaval. Arbres mis en demeure de nids, convoqués par rapport à pare-soleils. Jonquilles mimosas pissenlits dénoncent la houle des nuits en appel. Les rues, épitoges, les néons, parties civiles, proscrivent la glaise : terne. Bleu cresson, blanche chemise, pétale rubis, kaki témoin mé

Gogyōka d’un vendredi soir en juin

Un son de silence tombe tranché sur la façade, lame de crépuscule. Un nénuphar prend le temps de soigner son tutu vert et danse sous le lierre Un panier de fruits offre ses seins aux mouches et aux abeilles et les allaite. La poudre du chemin, bientôt galaxie dans la fontaine, s’arrime aux navettes de sueur. Le soir baguenaude, surpris par l

Salah Abdeslam, comment vont les enfants ?

Il s’était levé sans réveiller sa femme. Autant la laisser dormir et rêver longtemps, Autant la laisser glisser vers d’autres temps. Il a pris ses clefs, son blouson, sa routine. Les rues carillonnaient de bonjours en smartphones. Les journaux bégayaient nos vies en vitrines. Encore une fois la même journée d’automne, Trop occupée pou

Gogyōka de la vieille d’en face

La dame a confit son visage de figue oubliée au soleil. Les parfums, les couleurs n’ont plus besoin de varier. L’accroc au châle signe évidemment la prestance naturelle. Ses mèches revêches s’imaginent en lierre à pendeloques. On ne voit plus d’elle que nos pieux mensonges habituels.