Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Jean Pierre Mazille

Ses blogs

Tu m'étais tout

et le savais peut-être
Jean Pierre Mazille Jean Pierre Mazille
Articles : 550
Depuis : 18/06/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Ma nuit sans tes pas

Ma nuit sans tes pas

MA NUIT SANS TES PAS Hier, dès sa tombée tu y griffais tes pas Et tu faisais ton Chat sous les odeurs de lune ; Au matin, du maquis renaissait ma fortune. Qu’elle est longue la nuit d’où tu ne reviens pas ! Classical Lullabies - Auld Lang Syne (La nostalgie de ton retour ne m'avait pas encore envahi comme le brouillard noir d'aujourd'hui ; q
Veuillez m’excuser, Jean Racine

Veuillez m’excuser, Jean Racine

(403/800) Comment pourrait-on se permettre d'abîmer par une mauvaise pochade le si beau théâtre de Racine, en l’espèce Andromaque ici, par l’envoi d’un petit quatrain d’excuses qui suit, peut-être ? Sponsorisé par ORANGE, SFR, BOUYGUES et autres HERMIONE Comment Pyrrhus fit-il savoir à Andromaque Que son amour sentait infiniment l’
Veuillez m’excuser, José-Maria de Heredia

Veuillez m’excuser, José-Maria de Heredia

(796/800) C’était avant la seconde, déjà en anamnèse, je refaisais un vilain bébé à l’un de mes Lagarde & Michard, croyant "préquelliser" LES CONQUÉRANTS : Chaque soir, j’espérais leur doux réveil magique, Les bleuités d’iris d’une Maman unique Enchantaient mon sommeil de mirages dorés ; Le lendemain pensant cette vie éterne
Anamnèse enfantine

Anamnèse enfantine

Un petit bout de printemps dans le jardin de Monet à Giverny ANAMNÈSE ENFANTINE Chaque fois cher Monet que je vois cette fleur Que tu peignis si bien et qui t’appartient presque, Je repasse au jardin où j’ai laissé mon cœur Butiner sa beauté sur tes si tendres fresques. Water Lilies Giverny #4 (1916) - Claude Monet
Nostalgie d'un vieux con d'aujourd'hui

Nostalgie d'un vieux con d'aujourd'hui

NOSTALGIE D’UN VIEUX CON D’AUJOURD’HUI Ô bel † alexandrin ! Le lunaire poète Se fourvoie dans un songe en un temps qui n’est plus À tailler chaque vers dans le tissu voulu Par Maître Mallarmé ; c’était une autre fête ! Voici la publication du samedi, jour dédié aux poètes français de la Modernité :Un film d'Éric Rohmer réa
Jeune proie des books

Jeune proie des books

Photo by Lucas Chilczuk JEUNE PROIE DES BOOKS Tu n'as pas froid aux yeux et brûles ceux des hommes Ton corps adolescent a su selon l'Agence Sa beauté rare offrir aux pages d'un press-book ; Un bien juteux contrat te fait quitter l'enfance — Je serai son dealer ! — déjà bande un vieux bouc. Milo Manara comme d'habitude
Veuillez m’excuser, Jacqueline de Romilly

Veuillez m’excuser, Jacqueline de Romilly

(212/800) Me pardonnerez-vous d’avoir mis votre Grèce Divine RoMILLY, de Jacqueline aussi, Dans mes piètres écrits* en pochades sans cesse ? Votre TERRE NATALE a dit non, c’est ainsi ! *Sur "ma" Pénélope en particulier, hélas !
Une tradition bien cachée

Une tradition bien cachée

Photo by Lucas Chilczuk Photo by Ferdinando Scianna UNE TRADITION BIEN CACHÉE DES TRIPOTS SICILIENS SI… Où en trichant hier tu fis sauter la banque, Nue sous un voile noir à la table de jeux On a pris père indigne à ta fille et lui manque En acompte à ta dette une carte* à son Je. *Un atout même, ici surtout ! Photo by Ferdinando Scianna
Ton sport-étude en gages

Ton sport-étude en gages

Photo by Lucas Chilczuk Photo by Jeff Crow Sur un court de tennis à l'ombre des regards, TON SPORT-ÉTUDE EN GAGES Une fois ordonné d'ôter l'intime linge Sous la fine tenue qu'il t'avait faite donner, Tant que dans ta raquette imparfait résonnait Un coup déjà appris le gardait le vieux singe. Et en patinage, ça marcherait aussi, dit-on ! Pho
Veuillez m’excuser, Victor Hugo

Veuillez m’excuser, Victor Hugo

(773/800) Comment pourrait-on se permettre d'abîmer ces vers de Victor Hugo, et parmi ses plus beaux et touchants ? Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. J'irai par la forêt, j'irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. LE CHANT DU BULLETIN DE VOTE, SAM