Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Serge Dutfoy

Serge Dutfoy

Tags associés : bd, illustration

Ses blogs

Le blog de Serge Dutfoy

illustration, bande dessinée, peinture, musique, jazz, piano, archives
Serge Dutfoy Serge Dutfoy
Articles : 135
Depuis : 12/01/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Dave, Jean, Ronald, je perds mes re(pères)…

Dave, Jean, Ronald, je perds mes re(pères)…

2012…une année qui aura vu disparaître encore quelques-uns de mes repères, des personnalités sans qui le monde (le mien en tout cas) ne serait pas ce qu’il est. Dave Brubeck, il y a quelques jours ; j’ai eu la chance de le voir au festival de jazz de Nice où il se produisait avec ses fils. Pas mal de ses compositions font maintenant part
Jacques Cordeau, lycée Claude Bernard, rentrée 1961/62

Jacques Cordeau, lycée Claude Bernard, rentrée 1961/62

Septembre 1961… Ça y est, j’ai eu mon bac et surtout je rentre à Claude B. Claude B. : le lycée Claude Bernard à Paris, là où on prépare le professorat de dessin. Premier cours d ‘ « études documentaires ». « On y passera 10 heures, 20 heures s’il le faut, mais je veux que ce soit parfait ! » Voilà les consignes du prof, monsie
Le mystère du carton à dessin de Quentin de la Tour : c’est Amédée qui en hérite !

Le mystère du carton à dessin de Quentin de la Tour : c’est Amédée qui en hérite !

J’aime bien les statues sur les places, dans les jardins publics. Depuis que je suis tout petit, il y a bien longtemps. Mais pourquoi toujours prendre comme sujet un personnage célèbre, un militaire, un homme d’état, un grand scientifique, voire un artiste ?... Par exemple, sur ce socle vide inhabité qui se trouve devant le lycée Henri Mar
Gilbert Taggart, for us american star (& stripes of course !)1956/57

Gilbert Taggart, for us american star (& stripes of course !)1956/57

Le thème proposé par Illustration Friday me permet de rendre hommage à un étudiant américain arrivé par je ne sais quel hasard au lycée Henri Martin au cours de l’année scolaire 1956/57. Et j’en profite une fois de plus pour proposer une nouvelle création sur le socle en attente devant le lycée Henri Martin et une nouvelle utilisation
Exclusif : Serge tout nu !

Exclusif : Serge tout nu !

Il y a un moment que j’essaie de mettre de l’ordre dans mes archives. D’où cette retrouvaille avec une aquarelle de ma tante Germaine , que je daterais de 1946 ou 1947. Je dois avoir dans les quatre, cinq ans maximum, et ma mère, qui espérait une fille après la naissance de mon frère aîné Pierre, le filleul de Germaine, me coiffait ave
Lettre à Henriette : ma prof de dessin aura toujours vingt ans !

Lettre à Henriette : ma prof de dessin aura toujours vingt ans !

Cet homme-là n’est qu’un rustre, il reçoit des courriers, des vrais courriers, écrits à la main, de cette dame qui lui parlent de ce qu’il aime, du temps passé, de la chose artistique. Et cette dame lui renvoie des œuvres de jeunesse de ce rustre, qu’elle avait gardées précieusement jusque-là. Et cet homme-là, ce rustre, semble ig
De Saint-Quentin à New York : Pop art et purisme, Lichtenstein et Ozenfant

De Saint-Quentin à New York : Pop art et purisme, Lichtenstein et Ozenfant

Le centre Pompidou présente jusqu’au 4 novembre 2013 une rétrospective Roy Lichtenstein, une des figures emblématiques du pop art américain. Saviez-vous que Roy Lichtenstein fut l’élève de « notre » Amédée Ozenfant, (un nom connu de tous les saint-quentinois ne serait-ce que par l’école qui porte son nom rue des Patriotes), à l’
Il revient!

Il revient!

Plus d’un an que je n’ai rien raconté là-dessus. Ce n’est pourtant pas la matière qui manque, même si la matière qui m’intéresse ne varie pas trop. Et regardez-moi cette tenue, pas encore habillé à cette heure-ci; c’est que maintenant, je fais dans le genre Balzac l’inspiré, et j’attends … l’inspiration. Mais c’est pas
SKELETON DANCE!

SKELETON DANCE!

Connaissez-vous « Skeleton dance » , un des premiers courts-métrages sonorisés des studios Disney (1929), en noir et blanc, signé Ub Iwerks le vrai créateur de Mickey. Une inspiration des plus macabres, avec cinq minutes d’animation dans un décor de cimetière; et comme son titre l’indique, sur une musique qui n’est pas la danse macabr