Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Katie à l'ombre des mots songeurs

Katie à l'ombre des mots songeurs

Humaine lambda, je vis aux confins de la Lune, au pays des Oranges Bleues. J'aime les mots comme ils viennent, j'aime les couleurs, les images, la bonne bouffe, la musique et la chaleur du partage. Alors j'ai créé mon propre pays. Ses racines sont aux couleurs de ma poésie, entre les bruits de la vie, ses senteurs et ses lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts

Ses blogs

Katie, à l'Ombre des Mots Songeurs

Poésie entre vie, couleurs et lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts
Katie à l'ombre des mots songeurs Katie à l'ombre des mots songeurs
Articles : 805
Depuis : 13/06/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Bienvenue à l'ombre de mes mots

Bienvenue à l'ombre de mes mots

« Ce qui me fait vous écrire est une chose infime comme le demi-sourire d'un ange. » Humaine lambda, je vis aux confins de la Lune, au pays des Oranges Bleues parfois bigarades amères. J'aime les mots comme ils viennent, j'aime les couleurs, les images, la bonne bouffe, la musique et la chaleur du partage. Alors j'ai créé mon propre pays. S
Chahut inside

Chahut inside

Chahut inside Au pas pressé des pensées la tête éclatée se prête aux mots amis des jours grandioses des angoisses et d'un peu d'apothéose Dans le halo d'une caresse d'outre-tombe soulevé d'une main de maître le néant sourire aux dents peaufiné et haleine féroce me lâche aux coutures bouleversée de frissons Dans l'acide des ombres d'un
La nuit des Perséides

La nuit des Perséides

La nuit des Perséides Une nuit électrique polluée de lumière et de lune trop pleine les pensées embrasées de mille feux filent au ciel où des brassées d'étoiles vaquent aux rêves … … … Il y avait Rain Man il y a rainette moi c'est Rainbow née un soir de pluie dans une flaque d'eau au milieu de couleurs à en perdre haleine J'y ai g
Le petit hérisson baptisé Gaston

Le petit hérisson baptisé Gaston

Je l'ai vu de loin, petite tache oblongue posée sur l'herbe. Je me suis approchée, n'en croyant pas mes yeux... Pas plus grand que ma main, il trottinait de ci, de là, fouissant son minuscule museau au pied d'une feuille, puis le relevant pour humer l'air alentour. Lorsqu'il m'a aperçue, à peine s'est-il recroquevillé, prêt à se mettre en b
Piètre fatalité

Piètre fatalité

Piètre fatalité De vampire hémophile en démon falot une existence de nature peu banale rêve immorale entre mes plis froissés Dans le froid dénudé de ma tombe fatalement je trébuche et succombe aux agapes des mots encanaillés Ils ripent à longueurs de journées agglutinés en piètres camelots sur le phrasé dépité de ma langue aphone
Un chouïa vaut mieux qu'un rien tu l'auras

Un chouïa vaut mieux qu'un rien tu l'auras

Un chouïa vaut mieux qu'un rien tu l'auras Un pipi de chat est tombé du ciel l'autre matin. Pas suffisant toutefois pour que les plantes puissent se passer de l'eau domestiquée. Cette mini douche tropicale a rafraîchi pour un temps le paysage, lavant les poussières et les relents de chaleur des jours passés. Une parenthèse bénie dans un ét
Une page se tourne, le printemps s'en va...

Une page se tourne, le printemps s'en va...

Le printemps en fleurs et réminiscences... L'œillet La ciboulette en fleurs Une grive musicienne posée à terre Marjolaine La huppe fasciée derrière un rideau de pâquerettes Narcisse des poètes La jacinthe des bois L'ophrys apifera
Mille fleurs et dentelles

Mille fleurs et dentelles

Mille fleurs et dentelles Pierres précieuses en chemin de ronde des mille fleurs et des dentelles lorsque vient la faim du monde défrisent une fronde mortelle Un uppercut au creux des mots sème la pagaille et déchaîne l'envie houle en bouche Frisottis du bout des doigts qui frémissent mais n'osent pas... .
Saison d'apocalypse

Saison d'apocalypse

Saison d'apocalypse Brûlant, l'été. Aride. Surchauffées les heures piquent piqûres d'insectes insupportables des nuages pleins de promesses narguent filant secs sous la caresse insolente du vent La Terre brûle les maisons s'embrasent des hommes riquiqui avec leurs tuyaux bombardiers d'eau dérisoires Tourne, tourne la tête, tourne la vie...