En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

David Vallet

David Vallet

Tags associés : chamellerie, infini, messages, textes

Ses blogs

David Charles

David Charles

Petits textes au hasard des nuits. Tentatives, essais de style, travail des silences, traversées de désert, dressage de chameaux.
David Vallet David Vallet
Articles : 231
Depuis : 24/06/2008

Articles à découvrir

Peut-être un regret

Après-midi inaudibles. Qui les vit en plein n’imagine pas sa chance, ou l’a prise à temps. Rêve d’enfermé. Le passage au loin des camions, la mésange, tout près et plus encore, les menus bruits des travaux d’intérieur. On fabrique l’énergie utile et s’il est assez d’amour, songe aux goûts dans un souci d’harmonie. Le soleil

Passage

Certains soirs d’intensité variable dessinent d’étranges clairières peuplées d’autre. Les alternatives noient d’évidence au point qu’elles paraissent issues d’aurore. La réalité aime ce vide qui étend l’étincelle discontinue de son intuition. Le handicap des mots dépassé(s), disparait la prêtrise adjacente. Ce qui donne la

Prière

Un tel contentieux n’envisage aucun recours. Ce que décèlent les nuits y ajoute une pierre presque tombale. Cioran, arrivant dans la rue, eut une pensée semblable, et définitive. Comme s’il fallût toujours divaguer en souffrances, ne s’en distinguer que par attribut lexical, son volume, ses particularités captieuses. Le dégoût qu’il

Cinq minutes avant le coucher du soleil

Tout va bien ? Sourire. Tout va bien. Séparons nos corps anonymes jusqu’à plus tard ou jamais, peu importe. Sachons le hasard. L’accueil fut doux, l’œil rassasié, l’écueil passé sans problème. Silence, aucun mot de passe et autres simagrées verbeuses, dilatoires. Nous étions pressés par l’instant, la fenêtre favorables, la rés

Histoire d'encre et d'eau

Ascension parmi l’à peine teinté bleu vers la promesse d’une averse au sol aride en faisant d’argiles intentions. C’est par elle que tout devient.Immuable et discret cycle issu du temps calmé enfin de tant d’agitation, nécessaire jadis. Il attend, craque, s’ouvre, le sol. Halète, appelle et prie l’intervention, le retour, le reve

Chambre - Extrait

Je prends le cahier dans l’armoire, la plume achetée au supermarché, m’allonge, attends un peu, gribouille quelques notes. Je suis en retard. J’écris de préférence le matin, tôt, juste avant l’aube, dans l’entre-deux. Pas encore le jour, plus tout à fait la nuit. La nuque soutenue par un coussin, les genoux repliés, le monde n’e
Du tout neuf

Du tout neuf

Chambre Par David Charles Couverture souple, 178 Pages Comment gérer son quotidien, lorsque l’angoisse tend à le métamorphoser en un combat permanent contre soi-même ? S’associer au drame habituel vendu partout ou, au contraire, tenter une nouvelle approche, renverser la situation ? Il passe un frisson au-dessus, partagé dans l’immédiat

Deux, trois pas

Sortons, le soleil attend dans l’air calme. Qui tu es ne les intéresse pas, leur regard embrasse sans distinction. Laissons-nous traverser champs, forêts, marais, montagnes. D’invisibles pouvoirs y règnent depuis longtemps. Leur bienveillance n’a de limite que celle de notre accueil. Surtout n’imposons ni ne proposons rien, car nous n’

Perce

Vu l’aube entière, le toucher précis du soleil, là-bas, sur les bosquets épars. L’infini s’efface pour encore une fois, quand descend l’espace, otage neutre des structures métalliques. L’ère du détail prendra son tour. Tout au plus s’enchantent en retrait ceux qui dorment au jour des nuits secrètes. Déguisés, par l’escalier

Bougie d'un soir

Des gradins regarder les gladiateurs cyniques montrer nos misères auxquelles rire équivaut pleurer. Candeur, nous n’osons même plus t’appeler à la rescousse du néant dont nous sommes déjà, nourris d’autres. Autres soi-même sans croix ni foi dans ces instants-là d’isolement universel, ce qui fait soi confine à l’intime d’une ai