Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Fil@ment

Ses blogs

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

••• É𝐜𝐨𝐭 𝐝𝐮 𝐒𝐢𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 •••

😷 Littéra'tueur en série non homologué 😜
Fil@ment Fil@ment
Articles : 185
Depuis : 21/05/2009

Articles à découvrir

L'agonie de la Joie (3)

L'agonie de la Joie (3)

[ Clapotis d'océan... Durée : 1:32 ===> mode "patience" ou "masochisme" à activer, selon l'humeur ! Source de l'eau : © ? - @Hawaii ASMR Nature Relaxation via YouTube ] Il sait où elle commence, elle sait où il s'arrête. Pas besoin qu'elle lui envoie des signes avant-coureurs, par expérience ou par habitude, depuis un moment déjà c'est lu

(Sold-out in Inverness.)

(...) Hibernation, pour ce qu'il reste à en cacher. Station debout, station d'hiver, prochaine sortie, Inverness. Ou Vancouver, ou Vladivostock : aucune espèce d'importance, tant qu'il ne s'agit pas de s'y rendre à cette époque. Puisqu'il s'agit surtout de passer l'hiver au chaud. Et, déjà, de passer l'hiver tout court. (Entendu à la radio c
"Donne-moi quelque chose qui ne meure pas" (*)

"Donne-moi quelque chose qui ne meure pas" (*)

Illustration sonore : © Katie Melua, "If You Were a Sailboat" - ® YouTube (*) Titre d'un ouvrage de Christian Bobin, dont je suis un admirateur (presque) inconditionnel. (J'expliciterai ce "presque" un jour où je n'aurai plus de comptes à rendre qu'à Vivre !) Tu ne seras plus jamais là, pas vrai ? Cette nuit, comme toutes celles d'avant depui
*L'Aube Épine* (Dorsale du Ciel d'en face...)

*L'Aube Épine* (Dorsale du Ciel d'en face...)

(La grâce d'une voix cristalline, en l'occurrence celle de la "Celtic Woman" (en réalité elle est Néo-zélandaise !) Hayley Westenra, qu'à une lointaine époque j'avais beaucoup écoutée... Pour accompagner la montée héliosique (?!?) et la descente sélène) Crédit montage vidéo : @BloodyMoffin - © et ® via Youtube Avec quelle déconcer
Banco ! ("Dépression, Oseille levant") [2]

Banco ! ("Dépression, Oseille levant") [2]

(p) & © Noir Désir, "L'homme pressé" - Source : @NoirDesirVEVO via You-Tube [ Note : le premier volet de cette rubrique, qui a priori n'avait rien à voir avec ce qui va suivre, est consultable ici. ] Ce blog était sans doute trop mort (en même temps, vu le p'tit nom dont je lui affublé...), il a fallu que je le mortifie davantage ! Wèp, j'a
Deux fois six pieds sous terre

Deux fois six pieds sous terre

(Tout est dit, n'est-ce point... ?) Composer des sizains, ou des alexandrins ; ça vaut le coup de rein. Un coussin, un couffin. Un coup pour rien. Un truc et un machin, pas de cause ni fin. Ça peut te faire du bien. (...)
L'Agonie de la Joie. (4)

L'Agonie de la Joie. (4)

(Plus c'est kitsch, plusse-mèyeurr c'est... Ce titre et cette vidéo en mode West Side Story revisité valent autant pour leur côté ancestral que pour l'insouciance qui nous marquait"jadis"... !) La fièvre, quand elle dépasse largement les 40, faut surtout pas s'en inquiéter. Par les temps qui courent, c'en est même rassurant : c'est signe
"Tout ça... pour ça !"

"Tout ça... pour ça !"

(...) "Mais fais un effort, bordel !" "Remets-toi un peu en question !" "Prends sur toi, aussi, ho !" "Tu sais, tu devrais faire ceci, tu pourrais faire cela, dis tu m'écoutes ?!? Ah oui, regarde comme moi je. Et puis, imagine que.. Sans compter que, après, ben tu vas voir comme.......................................................... !!!" Tu fa
L'Empreinte de Personne (2)

L'Empreinte de Personne (2)

© Tori Amos, "Crucify" - Sources : @RHINO via You-Tube - (Tous droits réservés) Depuis qu'elle a vu un cœur en forme d'étoile de mer se pavaner les seins à l'air, votre âme croit pouvoir s'énamourer de n'importe quelle aura qui viendrait à traîner par-delà son champ de vision, autant que dans son rayon d'action. Elle avait déjà appris
Larguer-les-amarres.com (2)

Larguer-les-amarres.com (2)

(N.B. : il est évident que je ne suis pas responsable de la promotion des artistes, la vidéo officielle inclut la chose. Et c'est de bonne guerre, n'est-ce point ?!?) [ Ce matin ce titre, tout nouveau tout chaud, me rappelle (à) mes anciennes envies d'Ailleurs. De tellement d'Ailleurs que je n'en suis toujours pas revenu ! Et je ne suis pas prè