En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

C'est Nabum

C'est Nabum

Bonimenteur de Loire " Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto"

Ses blogs

Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.
C'est Nabum C'est Nabum
Articles : 3224
Depuis : 25/02/2009

Articles à découvrir

Sous les galets, la plage.

Sous les galets, la plage.

La Loire au plus bas. Karine Chesné Un étiage qui dure anormalement. Nous sommes en novembre et notre rivière s’étire mollement comme au plus sec de ses étés. Le barrage de Villerest sonne le creux et met ainsi en danger le refroidissement des centrales nucléaires, ces monstres sournois qui attendent leur heure pour semer la désolation su
La course d'obstacles

La course d'obstacles

Le monde merveilleux de la santé À notre santé ... Elle voue son temps libre à l’accompagnement d’un ami vers ce qu’on nomme aimablement le service public de la santé, manière d’exprimer avec élégance un établissement en manque cruel de moyens . Elle n’ose décrire par délicatesse, pudeur ou bien décence l’effroyable parcours
Au bal

Au bal

Sur un pas de Polka Folk toujours Après bien des années de bouderie injuste, d’évitement sans raison, je me suis retrouvé pour mon plus grand plaisir dans un bal folk, cet espace merveilleux où, toutes générations confondues, les gens dansent en couple ou bien en groupe, chantent et rient avec un réel plaisir. La musique ne rugit pas d'am
Rien à se mettre sous la dent

Rien à se mettre sous la dent

Le brochet au pain sec. Conte pour enfants et plus grands ... Il était une fois Léon, un vieux brochet qui s’était cassé toutes les dents à croquer la vie, les petits et les gros poissons. Il avait écumé toute la rivière, s’était montré gourmand et vorace au point de n’avoir plus de ratiches. Le problème est que dans l’eau, les p
Des cheveux dociles

Des cheveux dociles

Et une mèche rebelle. Chronique capillaire Il m’a fallu attendre le seuil de la soixantaine pour apprendre, stupéfait, que j’ai des cheveux dociles. Voilà bien une nouvelle qui m’a laissé pour le moins dubitatif et en réalité, bien plus qu’interrogatif, totalement désemparé ! J’ai toujours pensé et beaucoup ont confirmé ce senti
L’inclusion grammaticale

L’inclusion grammaticale

Le nœud du problème. Contribution dérisoire Il y a du rififi chez les grammairiens ! La règle d’autrefois porte en elle la domination masculine sur la pauvre femme par la faute d’un accord imparfait qui prétend qu’un genre l’emporte sur l’autre. C’est assez singulier et les propositions se font plurielles pour contrebalancer la ter
Les Chiens n’aiment pas le train

Les Chiens n’aiment pas le train

Ils aboient pour que la locomotive reste à quai L'empathie ferroviaire... Pourtant, tout avait débuté en fanfare et avec un grand panache de fumée. Le 2 mai 1843, à l’heure du laitier, aux alentours de 6 heures 30, en ce petit matin, le premier convoi ferroviaire reliait Paris à Orléans. Une compagnie avait été créée pour l’occasion
La fripouille sublime.

La fripouille sublime.

Prince en son royaume. Un capitaine ad-hoc. Le privilège de la naissance, il n'y a souvent que ça de vrai dans nos petites villes provinciales, confites dans la dévotion pour ceux qui portent un nom qui symbolise un pan glorieux de l’histoire locale. À ceux-là, tout est pardonné, plus encore : tout leur est permis ; car nul ne songerait à
Ailleurs

Ailleurs

Loin de moi, en tout cas. Ailleurs J’ai la tête ailleurs et rien ne me permet jamais de garder les pieds sur terre. Je divague, je me perds en pensées incertaines, je perds tout contact avec le réel. Cet ailleurs ne serait donc pas de cette terre ni même de ce temps, il échapperait au possible ou bien à l’envisageable. Il se dissout dans
Au prochain arrêt.

Au prochain arrêt.

Quand le RER prend l’eau Dérapage Mais que diable venait-il faire dans cette galère, lui le marinier de Loire égaré au pays des Nautes et des catacombes de Lutèce ? Il devait bien y avoir une explication plausible à sa présence dans ce compartiment bondé, entouré de gens à la triste figure, au regard perdu sur des écrans vides de vie,