En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Opale

Ses blogs

Les poèmes d'Opale

Les poèmes d'Opale

Des mots sur les maux de l'inceste.
Opale Opale
Articles : 318
Depuis : 25/03/2008
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Ta tombe

Ta tombe

Que pourrais-je écrire sur ta tombe Alors que t'es pas vraiment morte ? Ci-gît Opale, petite fille Disparue le coeur en guenilles Que pourrais-je porter sur ta tombe Alors que tu respires encore ? Quelques nounours, un ou deux jouets De quoi pouvoir t'apprivoiser. Crois-tu que je puisse enterrer Tous ces morceaux de coeur brisé Tout ton ennui, c
Fulgurance

Fulgurance

Mais qu'est-ce que tu viens faire là ? Je n't'ai pas entendu venir Je n't'ai pas senti arriver Mais en cinq minutes mes souvenirs Viennent à mon cerveau t'imposer. Qu'est-ce qui se passe ? Comment tu fais Pour qu'après toutes ces années En cinq minutes soient balayées Toute bonne humeur et toute gaieté J'y comprends rien, les larmes coulent J
A toi Dominique...

A toi Dominique...

Nous nous sommes croisés sur la toile, au hasard de nos blogs. Quelques mots de moi sur le tien, quelques mots de toi sur le mien. Bien sûr dans la "vraie vie" on ne se connaissait pas, mais le coeur peut traverser l'écran et ressentir la bonté d'un homme et tu étais un homme bon, un homme bien, généreux et profondément sensible . Je ne sav
Vivre avec toi

Vivre avec toi

Il me faut vivre avec toi Même toute blessée , même de guingois Simplement vivre avec toi Pas malgré toi , pas contre toi Vivre avec toi Avec ce froid dessous tes doigts Vivre avec toi Te réchauffer de toute ma voix Il me faut vivre avec toi Même si bancale , si animale Vivre avec toi T'apprivoiser , te dire la joie Vivre avec toi Parce qu'on
Il y a 10 ans..un ange

Il y a 10 ans..un ange

Je me suis retrouvée Sur le quai de la gare Les jambes qui tremblaient Les yeux plein de cafard J'arrivais dans cette ville Que je n'connaissais pas J'arrivais dans cette ville Il y a dix ans déjà . Je me suis avancée Et je t'ai aperçue Toi à qui je confiais Mon passé et bien plus Je me souviens si bien De ce que tu m'as dit Je me souviens d
Si je pouvais..

Si je pouvais..

Si je pouvais venir te chercher Petite enfant, aux mains du cinglé Si je pouvais entrer dans l'appart Ce monde à part, cette maison de fous Je te dirais, à toi apeurée Que c'est fini, que c'est plus ta vie Je te dirais, à toi terrifiée Que l'homme-monstre j'ai dénoncé. Si je pouvais venir te chercher Enfant perdue, toi qui ne sais plus Je t
J'ai beau vouloir...

J'ai beau vouloir...

J'ai beau lutter Ils reviennent les souvenirs De c'que j'ai vécu de pire Ils sont là sans crier gare Parlent d'enfance dans le noir. J'ai beau vouloir M'éloigner du désespoir Ecraser ce sale cafard Ils savent toujours m'avoir. Je me souviens De ton regard, de tes mains Je n'y peux strictement rien Enfant prise pour une putain Par cet homme au n
La main sur la poignée

La main sur la poignée

Debout devant la porte La main sur la poignée Et de peur quasi morte De devoir avancer. Mon esprit fracassé Reste persuadé Que vivre c'est mourir Et se veut alité. Quel poison ont-ils mis A l'intérieur de moi Quel tueur d'envie Me ronge à petits pas ? Cette croyance insensée D'une inertie alliée Qui arrêterait le temps Figeant dans le pré
Amputée

Amputée

Tu es venu un jour Et tu m'as découverte Et ton coeur sans amour M'a vue déjà à terre Devant toi sur sa route Une enfant de huit ans Cabossée par la vie Mais l'espoir l'habitant . Tu n'as pu résister C'était bien trop tentant Tu m'as roulé dessus Comme ne m'ayant pas vue Tu as oeuvré quatre ans A semer la terreur A transformer le temps En
Indifférence...

Indifférence...

Si tu savais dans quelle souffrance Me replonge ton indifférence Toujours le même numéro Celui de ton silence radio . Un jour j'ai osé t'accuser De m'avoir longtemps abusé J'ai pris ma force et mon courage A défaut d'une quelconque rage Mais pour toi tout est oublié Tu vis comme si de rien n'était Même quand tu reçois le papier Te prév'n