En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mireille Cholley

Mireille Cholley

Ses blogs

Unfini de nous

Unfini de nous

"Homme libre, toujours tu chériras la mer! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme Dans le déroulement infini de sa lame" Baudelaire
Mireille Cholley Mireille Cholley
Articles : 73
Depuis : 22/09/2013

Articles à découvrir

Lieux d'une vie

Lieux d'une vie

Lieux au parfum d’enfance, ceux de la nuit, du jour, au soir, à midi, à jeun ou repue, lors des journées rythmées par les temps d’école, de repas, des crépuscules à n’en plus finir. Longues solitudes habitées de rêves, d’explorations fantasmées, dans le foisonnement d’un imaginaire nourri aux mythologies des grecs, des romains,
Minuit

Minuit

Minuit. Pile. 00 :00 sur l’écran lumineux de son portable. La mer gronde, il vente, il bruine dans ce pays où elle a échoué. Venue par hasard il y a 10 ans, revenue depuis chaque année pour des vacances d’été. Pour l’amour de ces longues plages de sables blonds, dénudées à marée basse ; de ces côtes sauvages, un village se nichant
Portraits

Portraits

Il y a sœur Anne, la délicatesse même, l’écoute, la bienveillance, l’accueil personnifié. Tout est grâce a-t-elle coutume de dire. Pour dire, tout se reçoit et s’incarne dans la grâce et avec la grâce de Dieu. Elle s’occupait avant des vaches m’a-t-on dit. Ce qui ne lui fait pas un grand changement avec maintenant … Près des 7
Vroum

Vroum

J-30. Levée du jour. Il fait bon, la chaleur est douce. Je percute l’opercule et grignote patiemment. Je sors mes antennes, me hisse hors de l’alvéole et me déploie. Mon corps est velu, massif, mes pattes sont courtes, mes mandibules ramassées. J’entends un bruissement, mes sœurs s’activent tout alentour. Une grande opération de venti
Mon nom

Mon nom

Do Ré Mi Fa sol la si do Une petite cantate DO MI RE DO, une gamme qui sonne au son d’un Mi aigu suivi d’un ré grave. Deux notes qui annoncent la composition de toute la gamme de ma vie. Elles prennent leur envol sur le sol de mon nom, d’une fertilité que les Franc-Comtois d’où s’origine ma famille désignent par CHOL. Deux notes, MI

Désir

Elle, l’amoureuse transie d’attente et d’espoir, lui, l’amant qui s’aventure d’aventure dans ses bras. Passage éclair, la laissant le cœur en errance, ensemencé d’une étincelle. Instants lumineux de chair à chair, chair labourée de sa force, chair pétrie de désir. Etonnement, chavirement en son âme. Qu’est-ce ? Une vie qui

Fiction

Sombre. Sombre du noir d’une nuit infernale. Nuit de l’âme, nuit des sens, nuit des actes, tout est silence, obscurité. Nuit des temps. Gouffre ouvert. Plongée des êtres dans un abîme sans fond. Plaintes, longues plaintes silencieuses d’indicibles angoisses, mots scellés, empêchés, arrêtés. Peur au ventre. Errance de l’âme, vidé
Un métier?

Un métier?

Je suis chargée de mission. Une dénomination vague, un fourre-tout du secteur public et parapublic. Mon métier consisterait à se faire oublier. A se fondre dans la masse la plus dense possible. C’est un métier de fourmi. D’abord parce que lorsqu’elle se réveille, la fourmi ne peut que réaliser la tâche du jour qui lui est assignée, e
Très chères mains

Très chères mains

Je vous écris, il y a si longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de vous voir, de discuter avec vous. Comment allez-vous, depuis notre dernière rencontre ? Je ne sais plus d'ailleurs depuis combien de temps elle date. Une semaine, un mois, un an : le temps s'efface face à vous. Il me semble vous connaitre depuis tout temps, vous me paraissez êt
A perdre haleine

A perdre haleine

Partir, s’éloigner. Au plus vite. Du sang s’écoule de sa jambe. Faire un garrot. Vite, vite, avant qu’il ne s’évanouisse, avant qu’il ne se vide de lui-même. Mettre le plus de distance avant qu’il ne soit repéré. S’arrêter et prendre soin de sa jambe. Trop tard, il entend les chiens, ils ne sont pas loin. Il voit encore les bar