En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Alice HUGO

Alice HUGO

Ecrire le bonheur, le chagrin, l'espérance A l'encre de mon âme espérant vous séduire, Ou conter vos émois en toute circonstance : Tel est mon Univers ... Et Des Mots Pour Le Dire.

Ses blogs

DES MOTS POUR LE DIRE

DES MOTS POUR LE DIRE

Faire rire,sourire,émouvoir,remercier,égratigner,féliciter...Prêtez-moi vos pensées,je vous les rendrai en rimes.
Alice HUGO Alice HUGO
Articles : 299
Depuis : 27/09/2006

Articles à découvrir

VOUS AVEZ UN MESSAGE

VOUS AVEZ UN MESSAGE

Poème sollicité via « Le Manuscrit » : « besoin d'aide valerie bonjour Alice, cela fait un moment que je viens vous lire sans jamais oser déposer un petit mot. Vous êtes incroyable, vos textes sont magnifiques, ils me font sourire ou parfois pleurer, ils me touchent toujours en plein coeur ! j'aurais aimé avoir votre talent, mais mes mots n
LE TEMPS DES VACANCES

LE TEMPS DES VACANCES

Mes chers Lecteurs, Qu'y a-t'il de mieux, en ces temps estivaux, qu'un Poème évoquant les vacances ?... Je souhaite les vôtres merveilleuses, de celles qui parfument la mémoire de souvenirs fleuris. Je ne serai jamais loin de vos pensées, ni de vos univers... Alice. J'aime le fier mistral et son étreinte sèche, Quand sa respiration exhale en
ALICE ET LE PETIT COCHON

ALICE ET LE PETIT COCHON

ALICE ET LE PETIT COCHON Un petit cochon grassouillet Vivait heureux et gai dans sa maison de paille Où le confort était douillet, Et le buffet garni pour y faire ripaille. Cependant un matin joli, Tombant, par le hasard, sur un journal de mode, Il grogna : " Je suis ramolli Avec mes flancs plus ronds qu'une antique commode ! Je ne réponds pas a
UNE MERE

UNE MERE

Bonne Fête à toutes les Mamans ! UNE MERE La jeune Mere - Rodin Il n'est rien de plus chaud que le nid protecteur Dont j'ai quitté l'abri d'un cri libérateur, Vibrant déjà pour toi d'une ferveur profonde : Ton ventre est le berceau du Monde. Il n'est rien de plus doux sur mon rêve agité, Pour museler les maux , chasser l'adversité, Qu'une
TRILOGIE CELESTE : LA NUIT

TRILOGIE CELESTE : LA NUIT

TRILOGIE CELESTE III LA NUIT Chimère satanique aux bras tentaculaires, Elle tisse de noir les voiles rémanents, Et bannit le soleil vers d'autres continents Pour exhiber les feux de ses joyaux stellaires. Mais, dans l'obscurité des dogmes populaires, Il n'est point de salut pour les coeurs abstinents Qui redoutent l'ardeur des griefs immanents,
L'ATELIER DU PRINTEMPS

L'ATELIER DU PRINTEMPS

L'ATELIER DU PRINTEMPS Miro Squelettes décharnés sous leur manteau de glace Buvant au ciel de Mars la sève du soleil, Parez de verts atours vos rameaux en éveil Sur les arches du pont où la volute enlace Le rire d’une fleur forgée en la rosace, Laquelle profitant de votre lourd sommeil Vous fait perdre la face. Oh, l’affront sans pareil !
TRILOGIE CELESTE : L'AURORE

TRILOGIE CELESTE : L'AURORE

TRILOGIE CELESTE I L'AURORE Il est des matins clairs où tout paraît loisible, Des levers de soleil si purs, si flamboyants, Qu'ils consument l 'émoi des songes effrayants Dont l 'âme se corrompt au seuil de l 'Invisible. C'est l'heure de l'éveil. Sous l'azur immobile, Fleurissent les contours de guerets verdoyants Que jaspent de leurs ors les
ECRITOIRE MARIN

ECRITOIRE MARIN

ECRITOIRE MARIN Le ciel a peint ce soir un camaïeu de rose. Quelques galons dorés lèchent encor les flots, Tandis qu'en messager des scintillants falots La lune, au firmament, semble prendre la pose. Sur les bateaux mouillés où le grelin* repose, Seul vacille parfois l'oeil glauque des hublots ; Du ventre de la mer montent de longs sanglots Qu
TRILOGIE CELESTE : LE CREPUSCULE

TRILOGIE CELESTE : LE CREPUSCULE

TRILOGIE CELESTE II LE CREPUSCULE Par delà le ponant où le jour se fissure, Lorsque l'ombre s'adoube au glaive du mistral, L'horizon s'abandonne au souffle vespéral, Jetant sur le décor sa froide damassure. Le ciel ensanglanté lèche sa meurtrissure ; Il veut reconquérir l'espace sidéral Et gagner sur la nuit l'âpre duel astral. Mais la sor
LE CHAT SORCIER

LE CHAT SORCIER

LE CHAT SORCIER Sur le coussin ridé du vieux fauteuil Voltaire,Sa Majesté le chat ronronne avec entrain,Accrochant des soupirs aux volutes d'airainQui forgent le salon dont il est locataire. Il ne dort que d 'un oeil, rêvant de manigancesDont souffre maintes fois mon chatouilleux mollet ;Mais lorsqu'il se repent, d 'un feulement drôlet,Je cède