Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

nilrem

nilrem

souffleurs de vers

Ses blogs

nilrem.over-blog.com

nilrem.over-blog.com

CARNET DE VOYAGE
nilrem nilrem
Articles : 81
Depuis : 07/08/2013

Articles à découvrir

L’oiseau de nuit

L'oiseau de nuit Je suis un rêve Voyageur entre deux mondes J'étends mes ailes Entre la nuit et le jour Le soir je m'élève Et le matin je retombe Aussi léger que je suis lourd. Les vents épais M'arrachent à cette terre Gonflent mon cœur De mille soleils nocturnes, Je suis riche de poussières Je danse avec la lune Ombre dans sa lueur. Oisea

LE PASSAGE

Le PASSAGE Le silence du monde Aux lèvres épaisses Vient poser contre ma joue un baiser Il tire le drap du ciel sur mes yeux ouverts Et me dit qu'il est temps de voyager

LE TEMPS Le temps se mesure A un pas, un murmure, A l'épaisseur d'un mot, A l'attente d'un écho. Le temps a un parfum Celui qui s'évapore S'accroche aux creux des mains Puis part vers d'autres ports. Et le temps s'étire Fragile comme un soupir Il se fige doucement Dans l'étreinte des amants. Le temps est un félon Et le temps se fait long Quan

passionnément

Percussion de deux âmes qui s'affrontent et se touchent Entre leurs mots qui s'effilochent et leurs mains et leurs bouches, Souffles à fleurs de peaux qui enlacent les corps Les couchent sur le dos et murmurent encore, Les attachent au fleuve de leur folie indécente Où ils tanguent dans leurs Ô incandescentes, Faim, soif insensées de tous leu
Le Grand Moussu

Le Grand Moussu

Le grand moussu Il est là, Dressé dans les ombres du feuillage, Tapi dans les lumières perlées Qu'un ciel d'orage Suspend à peine à sa cime assoiffée. Il est là, Murmures incessants, Bruissements à fleurs de peau Qui touchent votre âme et goûtent votre sang Parcourent vos mains, sillonnent votre dos, Vous ancrent dans la terre Au centre

L'éphémère

L'éphémère L’éphémère est si doux, C'est une distorsion du temps Sur les ailes d'un papillon, C'est juste ce rendez vous Où nous ont portés les vents Aux croisées des abandons. L'éphémère reste présent, Il est comme un tourbillon Il gronde dans nos veines, Bouillonne dans notre sang Nous fait perdre la raison Durant l’éternité,

La boxeuse, l'incompatibilité

La boxeuse, l'incompatibilité Elle est fragile, alors elle boxe Enchaine les coups et s'abandonne, Elle t'enlace de ses poings, un paradoxe, Et si tu baisses la garde, elle te sonne. C'est une chatte, une danseuse d'âme Elle a le goût du sang et des larmes, Elle tourne autour de toi, elle ronronne, Elle t'effleure, douce et frappe fort, Pourtant

la parole

Le silence est d'or et la paroles et d'argent ? Non !!! La parole s'endort, et le silence est de plomb

l'invitation au voyage

L'invitation au voyage Il est de ces inconnues Que l'on effleure du regard, Que l'on croise dans la rue Ou sur le bord d'un trottoir, De ces femmes qui vous envoûtent, Qui vous touchent un court instant Puis vous laissent sur la route, Immobile dans le présent. Il est de ces inconnues Qui vous frôlent de leur parfum Mais que vous perdez de vue E

border line 2

Je sais, je baisse les yeux, mon regard vous écorche, Mais ne laissez pas votre cœur au fond de vos poches. Ne déviez pas vos pas pressés sur ce trottoir Car je ne suis rien sur votre trajectoire, Juste un bout de tissu, un morceau d'espace, Enfin presque rien, rien que le temps n'efface. J'étais cependant un prince, j'étais un géant, Je le