En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Luc

Ses blogs

Hontes

Hontes

Souffrances, amour, désespoir, moquerie, musique et philosophie... La vie, quoi !
Luc Luc
Articles : 1463
Depuis : 23/09/2005

Articles à découvrir

R152 Fuite en chute

Je me trouvais au milieu du salon. Les plafonds étaient élevés, trois mètres peut-être, et sertis de poutres de bois. Sur le sol de tommettes rouges et anciennes, mon regard fut attiré par une tache circulaire en plein centre de l’une d’entre elles. Me penchant, je constatai la parfaite transparence du liquide exempt de toute viscosité a

Vers Paris

Demain je reprendrai la direction, du nord. Tout au long du trajet, chaque endroit dépassé à vive allure insinuera de nouveau en moi les souvenirs jusque lors cachés. Parcourant l’Ardèche, me reviendront en mémoire ces paysages désolés et brûlés par le soleil, entourés de contreforts montagneux sur lesquels sont juchés des villages co

Evanoui

Confronté à la supposée absence de désir pour ma personne, je me suis évanoui. Confronté à la saleté de mon propre corps angoissé, je me suis ré-évanoui. Déjà, confronté à l’absence de mon propre désir jadis, je m’étais évanoui. Encore avant, confronté à la maladie et à l’effet supposé des médicaments y afférents, je m

NECRO 2016

2016 va s’éteindre comme ces damnées bûches de chêne « pleine bille » qui brûlent aussi bien dans ma cheminée qu’un poteau en acier… Je m’en réjouis absolument, même si 2016 fut à la fois une année particulièrement pourrie en termes de décès, comme on le constatera plus loin, mais bien meilleure personnellement. Mes carnets u

Hypocondrie automnale

Entendre à nouveau parler de maladie me renvoie à la mort, sans travers ni raison. La couleur de mon visage changeant s’était-elle rosie du fait d’un éclairage de cette teinte que pour plaisanter, quelqu’un m’avait demandé ce qu’il se passait, que j’étais « tout rouge ». Évidemment, avec l’état de mon épaule gauche, de mes

Je suis Leonard, hallelujah !

Je suis Leonard, hallelujah ! Avec cet aveu, je vais me faire tuer par les amis du Bro-Gwened, mais j’assume... Ou plutôt j’explique : je ne suis pas du Bro-Leon, mais bien Leonard Cohen. Et oui, le petit grand homme est mort. Alors après « Je suis Charlie », « Je suis Paris », et en attendant « Je suis Air France », « Je suis Volkswag

L'après-coup

Mon squelette rapetissait. Il tirait si fort sur mes muscles et tendons et opprimait tous les organes internes. J’avais la nette sensation qu’il ne cesserait sa régression que lorsque je ne serais plus qu’un point de masse maximale qui finirait par imploser dans une bulle de latex bleu, un son ridicule de type « blop », avant que de dispar

Le tsunami de la Baie des Anges

Nous étions dans une salle de réunion, au sixième étage d’un hôtel dominant la Promenade des Anglais avec vue plongeante sur la baie des Anges. Nous devions être en avance avec Audrey J. puisque nous n’étions que deux dans cette pièce moquettée et meublée de fauteuils en cuir italien et tables de bois clair. Les murs gris pâle étaie

Sève noire

La tige de métal S’est fichée juste là, Entre nez et œil bas, Et la douleur s’installe. Je me tortille sans but Dans la vaine détresse De ce que je n’ai su Mais maintenant me blesse. La brûlure des sangs Noirs descend dans la gorge Pour fondre dans la forge Du gastre incandescent. La poitrine se lève Plus difficilement, Maintenant que

Le missile chinois

Dans le village de Penero-Nevez à l’île d’Arz, les constructions sont baignées d’un soleil presque méridional, qui de leurs pierres sèches et claires diffusent une clarté presque trop forte. Avec quelques compagnons, nous déambulons en silence jusqu’à parvenir au détour d’une ruelle étroite et encaissée à une terrasse de bar c