Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jane Hervé

Jane Hervé

Ses blogs

le gué de l'ange

le gué de l'ange

poésie des images et des lettres
Jane Hervé Jane Hervé
Articles : 52
Depuis : 12/07/2020

Articles à découvrir

La chrysalide

La chrysalide

Perdue dans la chrysalide du sommeil, veloutée, elle pense. Le corps cotonneux et apaisé, encore capté par la nuit, elle sait qu’elle va devoir s’éveiller, s’éveiller à la lumière déjà présente, s’éveiller aux nouvelles du jour, s’éveiller au langage, enfin, qui croit tout savoir et tout dire. * Elle ne sait pas ce qu’elle v
La liberté de l’arbre

La liberté de l’arbre

Arbre arachnéen, photo J. Hervé Suite du blog L’arbre est-il sot, 21 et 23 août Dans la panoplie des êtres vivants émerge peu à peu la liberté et la notion de liberté. D’où vient-elle ? Ce privilège n’était jusqu’alors attribué qu’à l’espèce humaine. Les philosophes glosaient volontiers sur ce thème, jaugeant la liberté
 L’éventail des jours

L’éventail des jours

Courgette magique Dans l’éventail des jours, aujourd’hui en est un. Un de plus d’une certaine façon, un de moins d’une autre. Il suffit de désigner le repère : à la naissance par la mère, jambes écartées dans le vide ; à la mort par ceux qui accompagneront ce que je ne serai plus. Mon jour, ma possession, mon cœur, mon âme, Mon a
Tchekhov, un écolo du désespoir

Tchekhov, un écolo du désespoir

Une perdrix non disparue En 1887, Anton Tchekhov dénonce déjà la disparition des espèces dans une nouvelle de 12 pages Le pipeau. Au fil des paragraphes, il martèle que « Le temps est venu de la fin de tout », « où le monde doit périr », où « tout penche à la même fin », « au pire »…Comment est-ce possible? Tchekhov le démontre
Leur Ailleurs est notre Ici

Leur Ailleurs est notre Ici

Ils s’en vont tous, les poings dans leurs poches crevées : leur gilet aussi devenait idéal. Ils vont sous le ciel. Faim ! Et ils sont ton féal ; Oh, là là, que de mets splendides, ils ont rêvés ! Leur unique habit avait un large trou. Affamés, ils égrenaient dans leurs courses des mers et des pays. Leur auberge était à la Grande Ourse.
Briançon

Briançon

La Guisane Cette nuit, je suis retournée au pays de l’enfance. J’ai emménagé dans la même maisonnette dans le même lotissement militaire, Cité Barbot. J’étais pourtant adulte. J’avais un compagnon. Des murs émanaient un concerto pour violon, magnifique. Cet air né de la pierre ocre occupait toutes mes sensations, me touchait, m’e
Tata Yoyo n’est pas que tata Yoyo

Tata Yoyo n’est pas que tata Yoyo

Annie Cordy Annie Cordy n’est pas qu’Annie Cordy. Tata Yoyo n’est pas qu’une tata qui a «dans sa tête des tas d’oiseaux ». La chanteuse était si immuablement joyeuse et légère qu’elle pouvait paraître superficielle. Je le croyais. Et pourtant, elle trompait l’observateur. Il a fallu sa mort ce 4 septembre pour en prendre consci
Tchekhov alerte pour sauver la nature

Tchekhov alerte pour sauver la nature

Suite du blog du 17 septembre A l’heure « où le mot écologie n’existait pas », écrit la journaliste Brigitte Salino dans le Monde (1), l’œuvre de Tchekhov est marquée par « la présence métaphorique du monde végétal » (…) L’un des personnages d’ Oncle Vania, Astrov, « ressemble beaucoup » à l’auteur. « Comme l’écriv
La vie, c’est quoi ?

La vie, c’est quoi ?

Morceau de trottinette Dedans, Notre vie, un vrai tour de France du matin au soir, vaisselle, ménage, cuisine ; vais aux selles, mémé déménage, cuicui bécassine. - Tes rimes, c’est de la friture ! - Si c’est de la petite d’éperlans, miam miam ! Si c’est de la grande pour antenne réseau, pouah ! Notre vie, un vrai match entre le PSG
Se délivrer de la mer…

Se délivrer de la mer…

Se délivrer de la mer… Xavière Gauthier, autrice, m’a adressé son prochain roman Délivrance de la mer. Cette mer obsédante hante le cœur rude des pêcheurs et le coeur fragile d’une fillette. Son histoire d’écumes se raconte dans celle de l’enfant. En voici le commencement... « Je suis née ici. J’ai toujours vécu ici. J’ai u