Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Aurélien Delsaux

Ses blogs

le cahier blanc / Aurélien Delsaux

le cahier blanc / Aurélien Delsaux

Aperçus (poèmes, dessins, peintures, etc.) de l'oeuvre littéraire et plastique d'Aurélien Delsaux.
Aurélien Delsaux Aurélien Delsaux
Articles : 497
Depuis : 04/10/2006

Articles à découvrir

révolution

ne t'habitue pas arme-toi par le poème et par l'histoire par l'idée l'ami le silence ce monde attend sa guérison

pour toi

entre chez moi par la parole prête l’oreille à ma maison chaque saison y est gardée bouquet de houx muguet buis mauves chaque fatigue a son royaume la porte s’ouvre et notre chat traversant en songe les siècles miaule à l’énigme du présent tandis que trois enfants sérieux crient qu’il est l’heure il faut jouer maintenant viens rep

Chez Vladimir Nabokov

Je pense aux aurochs et aux anges, au secret des pigments immuables, aux sonnets prophétiques, au refuge de l’art. Vladimir NABOKOV, Lolita, 1955, traduction de Maurice Couturier

Chez Ivan Viripaev

MARTA (ivre) : Et chaque événement de ma vie depuis ce moment-là paraît désormais différent, parce que je sais que tout autour de moi demeure en amour. Je ne le remarquais pas, parce que je n’aimais pas. Il me semblait, qu’il y avait autour de moi tant de merde et tant de malheur. Je ne voyais que de la merde, il me semblait que tout ce p

Chez Roberto Bolaño (2)

Ce soir-là, alors que les paroles sonores du jeune Guerra résonnait encore dans le fond de son cerveau, Amalfitano rêva qu’il voyait apparaître dans un patio de marbre rose le dernier philosophe communiste du XXème siècle. Il parlait russe. Ou plutôt : il chantait une chanson en russe tandis que sa grande carcasse de déplaçait, zigzaguan

Chez Roberto Bolaño

Des jours et des jours, cependant, je me suis attendue à une mauvaise nouvelle. Je lisais la presse (pas tous les jours parce que nous n’avions pas d’argent pour acheter le journal quotidiennement), je regardais la télévision, j’écoutais les nouvelles à la radio dans le salon de coiffure, craignant de trouver la silhouette finale de Maci

Chez Nicolas Gogol

Heureux l’écrivain qui fuit les plats caractères dont la trop réelle banalité rebute et accable, pour s’adonner à la peinture des âmes nobles, honneur de l’humanité; qui, dans le tourbillon d’images continuellement changeantes, choisit quelques rares exceptions; qui ne trahit jamais le ton élevé de sa lyre, ne s’abaisse point ver